×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

· Plus de 9000 suppressions de postes depuis 1990 : Moteurs: Renault accélère le renouvellement de sa gamme

Par L'Economiste | Edition N°:219 Le 29/02/1996 | Partager

Renault veut renouveler d'ici à l'an 2000 la totalité de ses moteurs et boîtes de vitesse. Le constructeur français a en effet annoncé qu'il allait investir 14 milliards de Francs (1FF=1,73DH) jusqu'en 1999 dans le développement et la production de nouveaux groupes moto-propulseurs.
Il a ainsi dévoilé son nouveau moteur "D" d'une puissance de 1.149 cm3 qui aura nécessité 3,2 milliards dont 2 milliards en investissements industriels. Ce moteur, qui sera produit au rythme de 2.300 par jour, équipe déjà la Clio Chipie et sera monté prochainement sur la Twingo et quelques modèles de la Clio "phase 3" prévue pour avant l'été, indique Les Echos.
Après le moteur "D", Renault doit présenter la version turbo-compresseur du moteur "G" Diesel de 2,2 litres de cylindrée qui équipera la Laguna. Le constructeur lèvera ensuite le voile sur un 5 cylindres 20 soupapes monté sur la Safrane. Enfin, Renault et son confrère PSA Peugeot Citroën présenteront l'hiver prochain un nouveau V6 développé en commun.

Par ailleurs, Renault compte intensifier ses efforts de productivité qui sont actuellement de 6 à 7% par an. Dans cette optique, le patron du groupe Louis Schweitzer a prévenu son personnel qu'il y aurait des réductions d'effectifs chaque année jusqu'en 2000. C'est ainsi qu'il a annoncé le 20 février, lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire, un plan social prévoyant pour 1996 la suppression de 1.640 postes et 1.184 mobilités internes. Ce plan, qui vise essentiellement les sites de Flins, Cléon, Le Mans et Sandouville, est aussi basé sur des départs en préretraite (922 postes) et sur l'incitation au travail à temps partiel (147 postes). Pour rajeunir son personnel, le constructeur automobile favorise en outre le développement des préretraites progressives contre l'embauche de jeunes. Le plan contient ainsi 868 départs pour le recrutement de 434 jeunes.
En six ans, les effectifs de Renault auront été réduits d'environ 14% (soit 9.449 postes), passant de 68.713 en décembre 1990 à 59.264 en décembre 1995.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc