×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    «Maroc aux Villes Propres»: Les détails du programme

    Par L'Economiste | Edition N°:324 Le 02/04/1998 | Partager

    Pour lutter contre la pollution et améliorer l'environnement, surtout en milieu urbain, le Département de l'Environnement a mis en place «Maroc aux Villes Propres». Un document présente le programme, ses objectifs et les mesures d'application.


    "Le coût des dégradations dues à l'eau, les déchets et l'air essentiellement en milieu urbain est évalué à près de 20 milliards de DH par an", souligne un document récemment édité par le Département de l'Environnement de l'ex-Ministère de l'Agriculture et de l'Equipement.
    Le programme «Maroc aux Villes Propres» a été élaboré en 1997 pour «limiter les dégâts». Une soixantaine de villes sont concernées dans une première phase: 12 de plus de 200.000 habitants, 8 comptant entre 100.000 et 200.000 habitants, 26 de 50.000 à 100.000 habitants et 19 chefs-lieux de province dont la population est inférieure à 50.000 habitants.
    Il s'agit de doter chaque ville d'un plan environnemental lui permettant en 2005 de disposer d'un environnement «adéquat». Opération qui s'étalera sur trois ans, à raison de 20 villes par an. La démarche proposée pour la réalisation du programme a bénéficié de l'expérience acquise en matière de réalisa-tion des monographies des villes de Rabat, Marrakech, Safi et Essaouira, est-il précisé.
    La mise en application du programme s'articule autour de quatre axes principaux:
    Mise à la disposition des collectivités urbaines d'un guide méthodologique pour l'élaboration des monographies locales de l'environnement.

    Fourniture de l'assistance technique nécessaire pour l'encadrement des équipes chargées de l'élaboration de ces monographies.
    Assistance technique et financière pour la préparation de plans d'action, notamment sous forme d'implications des services techniques de l'Etat ou de recours aux services de consultants.
    Support financier à partir du Fonds National de l'Environnement pour les municipalités disposant d'un plan environnemental concerté précisant les montages technico-financiers des actions prioritaires et s'engageant à participer au coût du projet.

    Action-pilote


    Le programme "Maroc aux Villes Propres" a démarré en janvier 98 par une opération pilote: le plan d'action intégré Bou Regreg(1).
    Cette opération, dont le coût est estimé à plus de 220 millions de DH, vise à travers une trentaine d'opérations à réduire les nuisances qui font que la vallée est devenue "un véritable dépotoir". Elle est présentée en détail dans le dernier chapitre du document qui vient d'être publié.
    Parallèlement, le document fournit un guide méthodologique qui sera mis à la disposition des collectivités locales pour l'élaboration des monographies ainsi qu'une liste des monographies déjà réalisées afin de donner une idée plus précise du chemin à parcourir et des écueils à éviter.
    Pour élaborer la stratégie nationale pour la protection de l'environnement et le développement durable, le Département de tutelle s'est basé sur une étude réalisée par l'Observatoire National de l'Environnement du Maroc (ONEM) en 1992.

    L'eau, l'air, les déchets, le sol et le milieu naturel, le littoral et l'environnement urbain ont été passés au crible. Le dernier élément s'est avéré très préoccupant.
    En effet, plus de 50% des Marocains résident en zone urbaine. Une urbanisation rapide et incontrôlée du pays a donné lieu à une prolifération de bidonvilles. C'est là que les principaux problèmes d'assainissements liquide et solide sont les plus graves
    Ceci en plus des grandes émissions de gaz d'échappement et de l'installation d'activités industrielles dans des zones à caractère résidentiel qui causent de nombreux désagréments au voisinage et rend difficile la mise en oeuvre de solutions d'assainissement.
    Le troisième chapitre comprend une présentation sommaire des actions menées par le Département de l'Environnement depuis sa création en 1992, notamment en matière de mise en place d'outils, d'élaboration de stratégies, de normes ou d'études pilotes telles que les monographies locales de l'environnement.

    Hanaâ FOULANI

    (1) Cf L'Economiste n°310 du 25 décembre 1997.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc