×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

«Les politiques doivent renforcer l’approche genre«
Entretien avec Purnima Mane, directeur exécutif adjoint du UNFPA

Par L'Economiste | Edition N°:2661 Le 28/11/2007 | Partager

. Une femme intégrée contribue efficacement au développement. La santé et l’éducation de base au cœur des projets Purnima Mane, directeur exécutif adjoint (Programme) du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), était récemment en visite officielle au Maroc, à l’occasion de la 12e réunion du Conseil d’administration des partenaires en population et développement (cf. www.leconomiste.com). Mane est une fervente militante pour l’accès universel à la santé de la reproduction. Rappelons que l’UNFPA vient en aide aux pays qui utilisent les données relatives à la population afin de concevoir des politiques et des programmes visant à réduire la pauvreté. L’objectif aussi est de faire en sorte que chaque grossesse soit désirée et que chaque accouchement soit sans danger. En clair, il faut que chaque fille ou femme soit traitée avec dignité et respect. Et c’est le combat que mène Mane au sein de son organisation. . L’Economiste: Améliorer la situation de la femme est parmi les priorités de votre organisation. Quelle est votre approche pour aboutir à cet objectif?- Purnima Mane: La stratégie est simple. Il s’agit d’améliorer la situation de la femme à travers l’approche genre, qui constitue l’une des missions principales de notre fonds. Nous croyons qu’une femme intégrée socialement et économiquement au sein de sa communauté contribuera activement au bien-être de sa famille et aussi au développement de son pays. Une grande partie de nos actions sont par conséquent focalisées sur l’accès aux soins pour toutes les femmes, notamment les mères, à travers la promotion de la planification familiale. Des efforts sont également engagés pour apporter des changements positifs au niveau du statut de la femme. Sur ce chapitre, je tiens à mettre en exergue les avancées réalisées par le Maroc dans ce domaine. La nomination de sept femmes dans le nouveau gouvernement constitue un exemple éloquent de l’engagement des responsables de votre pays pour l’intégration de la femme dans la vie publique. S’ajoute à cela le travail de sensibilisation mené en partenariat avec les ONG pour lutter contre le phénomène de la violence contre la femme.. Vous avez participé, le 23 novembre, au forum sur la santé de la reproduction. Quel a été l’objet de la rencontre? - Cette rencontre, inscrite dans le cadre du renforcement de la coopération Sud-Sud, a été une occasion pour échanger les expériences des différents pays participants en matière de la santé de la femme. L’objectif aussi était de dégager les actions à lancer pour assurer un accès à la santé de reproduction afin de permettre à ces pays d’atteindre, en 2015, les objectifs du Millénaire pour le développement. Pour ce faire, la réflexion a été focalisée sur 6 axes en relation avec la thématique. Il s’agit de la planification et les défis de l’intégration du VIH/Sida dans la santé de reproduction. L’approche genre et la responsabilisation de la femme et des adolescents figurent aussi au menu. Les participants ont abordé également le problème du soutien financier des bailleurs aussi bien publics que privés à ce volet de la santé.. Et les recommandations? - Les travaux de ce forum ont été sanctionnés par la publication de la déclaration de Rabat comprenant un certain nombre de recommandations. Celles-ci visent à améliorer la situation de la femme sur les différents plans. Sur ce point, on retient les efforts à déployer davantage en matière d’éducation de base afin de lui faciliter une intégration socioéconomique au sein de la société. Il en est de même pour la planification familiale et la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Dans ce domaine, il y a encore du pain sur la planche, car trop de pays sont encore confrontés à ce fléau. Propos recueillis par Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc