×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    «Le mariage est un vrai projet économique«
    Soumaya Naamane Guessous, sociologue et professeur universitaire

    Par L'Economiste | Edition N°:2476 Le 02/03/2007 | Partager

    . L’Economiste: Si l’on exclut 2004, année d’application de la Moudawana, les chiffres du mariage sont en progression. Comment expliquer cela?- Soumaya Naamane Guessous: Je pense que les attentats du 16 mai à Casablanca ont insufflé un sentiment d’insécurité, de pessimisme et de morosité et cela pourrait bien avoir influencé les projets d’engagement et pas seulement le mariage en 2004. La réforme, intervenue la même année, a également pu dissuader les hommes, notamment en raison de sa mal compréhension. Tout ce qui a été dit à propos de la nouvelle Moudawana, comme le risque de perdre la moitié de son appartement en cas de divorce, a certainement créé quelques réticences quant à cet engagement. L’embellie que connaissent les chiffres du mariage en 2005-2006 s’explique, quant à elle, par quelques indicateurs socioéconomiques tels que la politique sociale d’accès au logement. Cette politique est devenue l’une des priorité du gouvernement et de SM le Roi ces dernières années. Elle a de ce fait beaucoup contribué à l’augmentation des nombres des mariages, en ce sens que cette politique permet de régler l’éternelle problématique du logement. . Peut-on croiser l’évolution du mariage avec la baisse du taux de chômage? - Oui. Je pense qu’une croissance économique satisfaisante et une baisse du taux de chômage peuvent agir positivement sur l’institution du mariage. Ce dernier est devenu un véritable projet économique, et les jeunes ne veulent plus se marier sans être prêts. Ceci englobe bien entendu un emploi, un logement et une situation financière à même d’assurer le quotidien du couple. L’Initiative nationale de développement humain (INDH) peut également expliquer la hausse des mariages. N’oublions pas que les nombreux projets lancés dans le cadre de cette initiative contribuent sérieusement à redonner confiance aux franges sociales, surtout les plus enclavées d’entre elles. Propos recueillis par Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc