×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    «La nouvelle zone industrielle cible les entreprises qui opèrent dans les phosphates et l'agro-alimentaire»

    Par L'Economiste | Edition N°:597 Le 17/09/1999 | Partager

    · Pour l'année en cours, CMS investira 100.000 Dollars dans l'étude de faisabilité

    · Le Maroc, un «enjeu stratégique» pour la firme américaine

    - L'Economiste: Qu'apporte le projet de la nouvelle zone industrielle d'El Jadida pour votre groupe?
    - M. John W. Clark: Il s'inscrit dans le cadre de notre stratégie de développement international. Cette politique repose sur le réinvestissement de CMS Energy dans les régions où notre entreprise réalise les meilleurs résultats. Il faut dire que le Maroc figure parmi les cinq pôles privilégiés en matière d'investissement pour CMS Energy. C'est un marché qui représente un enjeu stratégique. L'objectif est de créer des opportunités en aval pour les entreprises exerçant dans le secteur des phosphates et celles opérant dans les domaines à valeur ajoutée, notamment le secteur agro-alimentaire. A travers ce projet, CMS Energy cherche à participer dans la création d'un climat favorable pour les investissements internationaux.

    - Quel est l'état d'avancement des travaux?
    - Pour l'heure, nous sommes encore à l'étape d'évaluation. Pour l'année en cours, CMS Energy investit 100.000 Dollars dans le financement de l'étude de faisabilité. Pour l'année prochaine, nous allons accorder 200.000 à 400.000 Dollars. Nous devrions avoir les premiers résultats de l'évaluation au cours du premier semestre 2000. En fait, l'enquête permettra d'estimer les besoins en matière d'infrastructures. D'ailleurs, nous nous sommes engagés dans l'investissement dans les réseaux d'assainissement et de canalisation. Dans une première phase, nous allons commencer par un parc de 100 hectares, mais nous examinons la possibilité d'étendre cette superficie. Pour donner plus de crédibilité aux résultats de l'évaluation, nous allons faire appel à des bureaux d'études spécialisés. Ce genre d'investissement s'étend sur une période de cinq à dix ans.

    - D'après vous, quelles sont les entreprises qui pourraient s'intéresser à la nouvelle zone industrielle de Jorf Lasfar?
    - CMS Energy vise dans un premier temps les entreprises qui opèrent dans l'industrie des phosphates. Dans ce sens, nous avons déjà entamé des négociations prometteuses avec l'OCP. Nous cherchons ainsi à sensibiliser les clients de l'Office pour étendre leurs activités. Le principe est de permettre à l'industrie des phosphates d'assurer le processus de transformation local et exporter un produit fini à partir du nouveau parc industriel. Cela aura sûrement une forte valeur ajoutée au niveau de la balance des paiements pour le pays. Les multinationales sont également concernées par notre ciblage. Nous allons entamer une campagne de sensibilisation auprès des décideurs pour exposer les atouts qu'offre la zone en matière de production et de distribution.

    - Parallèlement à la nouvelle zone industrielle, quels sont les autres projets qui seront lancés au Maroc?
    - Aujourd'hui, nos efforts sont axés sur l'élargissement de la capacité de production de Jorf Lasfar. Avec la construction des troisième et quatrième unités de coproduction à Jorf Lasfar qui s'achèvera fin 2000. La centrale aura une capacité globale de 1.356 mégaWatts, soit le double de la capacité actuelle. Cela va représenter un tiers de la capacité d'approvisionnement totale du pays. Avec cette capacité, la Centrale de Jorf Lasfar devient ainsi l'une des installations privées de production électrique les plus importantes au monde.


    Carte de visite


    Présente dans plus de 22 pays différents ainsi que dans plus de 30 Etats aux Etats-Unis, CMS Energy Corporation totalise un chiffre d'affaires annuel de 7,5 milliards de Dollars. Les avoirs propres en énergie de la société sont estimés à 16 milliards de Dollars. Les activités de CMS Energy concernent notamment l'exploitation de centrales électriques et de gaz naturel, la production indépendante d'énergies, l'exploitation de pipelines de gaz naturel et son stockage. S'y ajoutent l'exploration et la production de pétrole et de gaz ainsi que la commercialisation, la prestation de service et le commerce de différentes formes d'énergie.
    Le groupe constitue le plus important distributeur d'électricité aux Etats-Unis. La société dessert près de 2,6 millions de clients répartis entre les Etats-Unis, le Venezuela et le Brésil.
    Avec une capacité de production de l'ordre de 9.000 mégaWatts, CMS est l'un des plus grands producteurs indépendants d'énergie au niveau mondial. L'entreprise dispose de 35 centrales en exploitation ou en construction dans le monde.
    Pour ce qui est de la stratégie de CMS, elle vise l'Afrique en particulier et le Moyen-Orient. Au Maroc, CMS Energy exploite et détient 50% de la centrale électrique de Jorf Lasfar. Il s'agit de la plus importante installation de production indépendante d'énergie en Afrique (le coût du projet est de 1,5 milliard de Dollars). Une joint-venture entre Asea Brown Boveri (ABB) et CMS Energy a permis aux deux sociétés d'exploiter les deux unités de production existantes. Ces dernières ont une capacité de production de 660 mégaWatts. L'achèvement de l'agrandissement de Jorf Lasfar (unités 3 et 4), prévu pour l'an 2000, pourra répondre à environ 65% des besoins en électricité du Maroc. Ce qui représentera près du tiers de la capacité d'approvisionnement total du pays. Aux Emirats Arabes Unis, CMS Energy a décroché un contrat de 700 millions de Dollars et ce, pour la construction d'une centrale électrique et de dessalement.

    Propos recueillis par Mohamed Douyeb

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc