×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

«Dans l’absolu, beaucoup reste à faire«
Entretien avec Emmanuel Dierckx de Casterlé, représentant résident du Pnud au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2243 Le 28/03/2006 | Partager

. Cibler les femmes pour corriger les inégalités. «L’économie doit être juste, équitable et créer des emplois» - L’Economiste: Le rapport 2005 du Pnud sur le développement humain est largement consacré aux femmes. Pourquoi avoir opté pour une approche genre dans votre analyse de la situation économique et sociale au Maroc?- Emmanuel Dierckx de Casterlé: Que ce soit dans l’éducation ou dans la santé, ce sont les femmes qui accusent le plus de déficit. Œuvrer pour un meilleur avenir revient, d’abord, à corriger les inégalités. Le Maroc est certes mieux loti que plusieurs autres pays arabes. Ce constat sera largement mis en exergue à la sortie du rapport arabe sur le développement humain, dans deux à trois mois. Mais, dans l’absolu, beaucoup reste à faire. Le chantier est ouvert. Et le ciblage des femmes doit être un critère tant dans l’analyse des faits que dans les mesures tendant à corriger les dysfonctionnements. - Votre rapport s’étend largement sur le volet éducation. Quelles sont vos recommandations à cet égard?- Le rapport ne constitue pas une grande dénonciation qui aboutit à des recommandations. Il est destiné à des décideurs, qu’ils soient dans le gouvernement, les associations ou les universités. Il donne les chiffres irréfutables de 2004 pour faire le point sur la situation du développement humain au Maroc. Mais je pense que l’issue serait dans l’application de la charte de l’éducation, qui nous paraît être la bonne réponse. Il faut appliquer son contenu avec rigueur, diligence et efficacité. La Cosef est également un observatoire important, un outil capital dont il faut optimiser l’efficacité.- Vous avez également participé à l’élaboration du rapport du cinquantenaire sur le développement humain. S’il fallait résumer la portée de ce travail?- Le plus important dans cette initiative est le débat qui en est attendu. J’en veux pour preuve l’exemple de l’Inde, dont la percée économique a été aussi brutale qu’envahissante. Le tout, sur une base de gouvernance nettement plus séduisante que celle de la Chine. Pour citer Amartya Sen, Indien d’origine et prix Nobel en économie, le facteur ayant enclenché cette rupture positive est le débat. Un débat public, ouvert, constant et profond. Cette méthodologie est également valable au Maroc. Le rapport du cinquantenaire en constitue la base, vu la documentation sensationnelle qui fait sa richesse. Universitaires, société civile et hommes politiques sont appelés à s’atteler davantage sur sa lecture. Un tel document, et les correctifs qu’il propose, offrent également des possibilités énormes pour les programmes des partis politiques. - Vos fonctions prennent fin au cours de ce mois au terme d’un mandat de 4 ans au Maroc. Quel bilan faites-vous? - J’estime avoir eu beaucoup de chance dans la mesure où je suis arrivé au Maroc à un moment où il y avait un bouillonnement dans le domaine de la gouvernance avec l’IER, la Moudawana... Le rapport du cinquantenaire auquel j’ai eu le privilège de participer a également constitué un point fort de mon séjour. Un séjour que je compte bien prolonger. Les grands chantiers économiques et les changements qui s’en suivront méritent que l’on y assiste. Encore faut-il que l’économie soit juste et équitable et qu’elle crée des emplois. L’INDH est une réponse à cette grande question. Les réformes doivent être appliquées avec célérité et rigueur. Propos recueillis par Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc