×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

PME Régions - En bref

Par L'Economiste | Edition N°:5980 Le 01/04/2021 | Partager
pme-region-brefs-080.jpg

■ Le CRI de Draâ-Tafilalet fait la promotion d’Intelaka
Le Centre Régional d’Investissement (CRI) de Drâa-Tafilalet a initié une caravane de sensibilisation, d’information et de promotion au profit des jeunes porteurs d’idées et de projets au niveau de la région. Cette caravane est organisée en collaboration avec l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) pour présenter le programme intégré d’appui et de financement des entreprises (PIAFE). Cette caravane sillonne les 5 provinces de la région de Drâa-Tafilalet (Errachidia, Ouarzazate, Zagora, Midelt et Tinghir). Composé d’une offre de financement et d’accompagnement fournie à des conditions très avantageuses, le PIAFE s’adresse notamment aux jeunes diplômés/qualifiés porteurs de projet, auto-entrepreneurs inscrits au registre national, entrepreneurs individuels, très petites entreprises y compris les commerçants, artisans et coopératives.

■ AWB: 6.500 porteurs de projets financés en 2020
6.500 jeunes et porteurs de projet pour un montant de 1,25 MMDH ont été financés par le groupe Attijariwafa Bank, dans le cadre de l’initiative Intelaka. Ce qui correspond à 46% du total des crédits accordés par le secteur bancaire, souligne le Groupe dans un communiqué sur ses résultats financiers de 2020. Par ailleurs, le Groupe a assuré la formation et l’accompagnement à travers une offre complète de services non financiers profitant à 60.000 TPME, jeunes promoteurs et porteurs de projet via le réseau Dar Al Moukawil.

■ Entrepreneuriat: Des instituts de formation pour les TPME
La CGEM et le MEN vont porter la création de deux Instituts de formation à l’entrepreneuriat et au middle management des TPME à Marrakech et à Tanger. Objectif: accompagner les jeunes porteurs de projets ou ceux qui envisagent de créer leurs entreprises. Les futurs instituts se veulent une réponse aux aspirations des régions à booster leur performance économique, ainsi que l’élargissement de l’attraction des jeunes intéressés par les affaires et désirant se lancer dans l’entrepreneuriat. Ainsi, le secteur privé à travers le patronat qui est associé à ces projets devra identifier les formations à même de permettre d’améliorer la compétitivité des entrepreneurs.

■ L’Village: 20 porteurs de projets en scène
Troisième semaine pour L’Village, émission de webréalité dont le but est de mettre en avant l’entrepreneuriat au monde rural, ses enjeux et ses difficultés, et de le faire découvrir au grand public. Cette émission diffusée sur son propre site et les réseaux sociaux est porté par Concept Mena Group en partenariat avec le Centre régional de l’investissement de Marrakech/Safi et l’UM6P.  20 porteurs de projets de la région ont été  sélectionnés après un appel à candidature auquel ont répondu près de 4.500 personnes. A travers des ateliers, ils bénéficient de l’accompagnement d’experts en matière d’accès au financement, de management, de procédures administratives.

■ Green Watech, une startup pour le traitement des eaux usées
La 6e Édition de la Semaine de l’Eau et l’Energie a présenté une startup, Green Watech, fondée par des Marocains, offrant un système de traitement et de réutilisation des eaux usées écologique, adapté aux zones rurales.  Ce nouveau procédé destiné au traitement des eaux usées domestiques au niveau des petites communautés et villages en milieu rural, consiste à collecter les eaux usées domestiques, les filtrer et les traiter jusqu’à obtenir une eau de haute qualité qui peut être réutilisée en toute sécurité dans l’irrigation. L’application du procédé de filtre imbriqué offre une solution écologique, durable et économique en raison de son coût réduit d’investissement et d’entretien, expliquent  les managers de la startup. «Ce procédé permet d’améliorer la qualité de vie de la population rurale, de créer des opportunités d’emploi, réduire la vulnérabilité et les migrations forcées des habitants des zones rurales et de minimiser l’utilisation d’eau douce pour l’irrigation, économiser l’eau en tant que ressource naturelle».

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite