×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Conflits d’intérêts: L’Istiqlal défend son texte

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5924 Le 13/01/2021 | Partager
Il propose un cadre global, couvrant les différents cas d’abus de position professionnelle
Des déclarations de conflits d’intérêts devront être soumises à l’IPPLC

«Au moment où le Maroc se penche sur la refonte de son modèle de développement, nous avons considéré qu’il est important de mener un certain nombre de ruptures, dont celle avec la société de privilèges et l’économie de rente».

chambre-des-representants-024.jpg

 Pour le parti de l’Istiqlal, la mise en place du nouveau modèle de développement devra s’accompagner d’une série de ruptures, dont celle avec la société de privilèges et l’économie de rente, favorisées par les conflits d’intérêt (Ph Bziouat)

Pour Nizar Baraka, SG du parti de l’Istiqlal, le nouveau modèle de développement doit être déployé dans un contexte marqué par un suivi rigoureux des situations de conflits d’intérêts. C’est décisif, selon lui, pour rétablir la confiance des opérateurs économiques, sapée à cause du manque de visibilité, mais aussi de la place des privilèges, donnant lieu à des monopoles ou à des positions dominantes.

Intervenant lors d’un webinaire organisé par la Fondation Abderrahim Bouabid, le patron de l’Istiqlal a mis l’accent sur l’importance de mettre en place un cadre juridique dédié, pour faire face à ce phénomène. Son parti a élaboré une proposition de loi, déposée à la Chambre des représentants en septembre dernier (cf notre édition du 28 septembre 2020).

Selon Baraka, face à l’installation d’une économie de connivence ou de copinage, plusieurs opérateurs se sont détournés des secteurs concurrentiels vers d’autres protégés, ou bénéficiant d’avantages fiscaux ou autres. Aujourd’hui, «le nouveau modèle de développement devrait apporter une réponse à ce phénomène qui fausse le jeu de la libre concurrence», a-t-il noté.

D’où l’importance, selon lui, de mettre en place un cadre global et cohérent d’intégrité. Surtout que les dispositions actuelles sur les conflits d’intérêts, par exemple au niveau de la loi organique sur le fonctionnement du gouvernement ou du Code pénal, ne constituent pas un cadre complet, selon l’Istiqlal. D’où l’importance d’un texte dédié.

L’un des principaux apports de ce texte, déposé à la 1ère Chambre, est de préciser la définition du conflit d’intérêts. Il s’agit de «toute situation dans laquelle se trouve un agent public, un élu ou une personne nommée à une responsabilité publique, qui pourrait affecter son indépendance, sa neutralité et son impartialité dans l’exercice de ses fonctions».

Cette définition couvre également «tout abus de position professionnelle à des fins personnelles, directement ou indirectement». S’y ajoute «toute utilisation d’informations obtenues grâce à la fonction occupée, pouvant porter atteinte au principe de libre concurrence».

Le champ d’application de ce texte concerne les membres du gouvernement, ceux des deux Chambres du Parlement, les magistrats, les présidents des instances de régulation, les membres des chambres professionnelles…

                                                           

Sanctions

Pour Baraka, l’un des principaux apports de cette proposition de loi porte sur l’introduction de la notion de déclaration de conflits d’intérêts. «Celle-ci devra être faite au niveau de l’Instance de probité et de lutte contre la corruption (IPPLC), qui doit être dotée de moyen pour assurer le suivi et le contrôle», a-t-il affirmé. Pour ce qui est des sanctions, Baraka a mis en avant 2 types de cas. Dans celui de non déclaration, les peines prévues se limitent à des amendes. Pour les cas de conflits d’intérêts avérés et non déclarés, des sanctions administratives sont prévues, notamment la révocation de la fonction, ou l’interdiction d’élection pendant 6 ans. Ces peines peuvent aussi être assorties de confiscation des biens issus de situations de conflits d’intérêts. 

M.A.M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]conomiste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc