×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Le Cercle des Experts

Relations internationales: Les grands chantiers et les espoirs pour 2021

Par Jawad KERDOUDI | Edition N°:5923 Le 12/01/2021 | Partager

Jawad Kerdoudi est président de l’IMRI (Institut marocain des relations internationales) (Ph. JK)

LE monde a été frappé en 2020 par une grave crise sanitaire qui a eu des répercussions considérables sur le plan économique et social. Né en décembre 2019 à Wuhan en Chine, le virus Covid 19 s’est propagé dans la quasi-totalité des pays de la planète. Très contagieux, il a contaminé au 3 janvier 2021 plus de 84 millions de personnes, causant la mort de plus de 1,8 million de malades.

Les pays les plus touchés sont les Etats-Unis, l’Inde, le Brésil, la Russie et la France. Après avoir essayé plusieurs traitements, les scientifiques ont réussi dans un laps de temps très court la fabrication de vaccins anti-covid qui ont commencé à être inoculés au mois de décembre 2020 dans plusieurs pays.

L’impact de la pandémie a causé une récession de l’économie mondiale de -4,4% en 2020. A valeur d’aujourd’hui, l’efficacité  des vaccins pour stopper la pandémie est encore la grande inconnue. Dans sa dernière évaluation, le FMI a prévu une croissance de l’économie mondiale en 2021 de +5,2%. Outre la crise sanitaire qui sera une priorité pour tous les dirigeants du monde, l’année 2021 sera marquée par plusieurs événements.

croissance-bm-023.jpg

La Banque mondiale a livré la semaine dernière un diagnostic pessimiste de l’économie mondiale, malade du Covid-19, et averti que son rétablissement dépendra en grande partie de la rapidité du déploiement des campagnes massives de vaccination. L’institution a abaissé sa prévision de la croissance dans le monde pour 2021 qu’elle évalue désormais à 4% au lieu de 4,2%, prévu en juin. Pour 2020, la chute de l’économie a finalement été moins sévère qu’estimée à -4,3% au lieu d’une première évaluation de -4,5%, a précisé la Banque mondiale dans ses perspectives économiques mondiales

■ La Zone de Libre-échange Continentale africaine en vigueur

zlec-023.jpg

En Afrique, la ZLECA (Zone de Libre-échange Continentale africaine) est entrée en vigueur le 1er janvier 2021. Son objectif est de parvenir à une libre circulation des biens et des services avec une suppression de 90% des droits de douane pendant une période de 5 à 15 ans. Le but principal est de promouvoir le commerce inter-africain qui n’est que 16% alors que le commerce inter-européen est de 67%. Les autres objectifs sont l’augmentation de la production industrielle, la création de chaînes de valeurs transnationales et l’amélioration de la compétitivité.

Tous ces éléments vont contribuer à accélérer les IDE en Afrique. Cependant beaucoup de travail reste à faire tels que l’établissement des règles d’origine, les offres tarifaires que chaque pays doit soumettre, et le développement des infrastructures notamment des transports transnationaux.

■ Royaume-Uni: Bye Bye Brexit

brexit-022.jpg

Le 1er Janvier 2021 a été également la date de la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne. Rappelons que le Royaume-Uni avait adhéré au Marché Commun européen en 1973, mais le référendum du 23 Juin 2016 a opté pour le Brexit avec une faible majorité de 51,9%. Il a fallu quatre années de négociations laborieuses pour parvenir à l’Accord du 24 décembre 2020 entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Cet Accord prévoit une zone de libre-échange entre les deux entités moyennant le respect par le Royaume-Uni des normes environnementales, sociales et fiscales, appliquées dans l’Union européenne. Cet Accord prévoit également le droit de pêche des européens dans les eaux territoriales britanniques pendant une période de 5 ans et demi, avec une diminution des prises de 25%. A noter que les services notamment financiers ne font pas partie de l’Accord. L’avenir montrera si le Brexit a été une bonne décision pour le Royaume-Uni. Quant à l’Union européenne, elle pourra profiter du Brexit pour approfondir son unité. Une avancée importante a été réalisée le 21 Juillet 2020 avec l’adoption d’un Plan de relance européen de 750 milliards d’euros dont 390 milliards sous forme de prêts, et 360 milliards sous forme de subventions aux pays membres qui ont le plus souffert du Covid-19. Ce plan sera financé pour la première fois par un emprunt en commun.

■ USA: Le couple Biden et Harris bientôt à la Maison Blanche

elecion-us-022.jpg

Le 20 janvier 2021 entrera en fonction à la présidence des Etats-Unis Joe Biden et Kamala Harris. Biden a en effet gagné les élections présidentielles du 3 novembre 2020 et a été élu par le Collège électoral le 14 Décembre 2020 en emportant 306 grands électeurs. Fin connaisseur des relations internationales, il a présidé la Commission des affaires étrangères du Sénat en 2002. Il veut faire jouer aux Etats-Unis un rôle de premier plan «pour instaurer des règles, signer des accords et animer les institutions internationales, afin de faire progresser la sécurité et la prospérité collectives». C’est ainsi qu’il a décidé de réintégrer les Etats-Unis dans l’Accord de Paris sur le climat, et compte investir 2.000 milliards de dollars dans les quatre ans pour un plan colossal de lutte contre le réchauffement climatique.
Sur son tableau de bord aussi, l’annulation de la procédure de retrait des Etats-Unis de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). S’ajoute l’accueil d’ un Sommet mondial pour la démocratie dont l’objectif est de lutter contre la corruption, l’autoritarisme, et pour la promotion des droits de l’homme. Autre chantier, le renforcement  du partenariat avec les alliés traditionnels des Etats-Unis, et notamment dans le cadre de l’OTAN.
Joe Biden considère la Chine comme le plus grand concurrent de l’Amérique, et a promis de conduire son pays à gagner la compétition en s’engageant à investir massivement dans les nouvelles technologies. Il prévoit de travailler avec ses alliés en désaccord avec Pékin pour mettre une pression collective sur son rival.
Sur le dossier du Moyen-Orient (Afghanistan, Irak, Yémen), il souhaite mettre fin aux guerres et renouer avec l’Accord sur le nucléaire iranien si l’Iran respecte à la lettre les dispositions de cet accord. Sur le conflit israélo-palestinien, le nouveau président américain se déclare favorable à la solution à deux Etats et souhaite renouer avec les Palestiniens ainsi que renouveler le financement américain à l’UNRWA. Enfin Biden prévoit d’adopter une politique plus dure vis-à-vis de la Russie tout en poursuivant la voie de la réduction des armes stratégiques avec ce dernier pays. L’autre volet important pour 2021 sera sa politique étrangère dans la mise en application de son programme relatif aux relations internationales.

■ L’espoir du vaccin

espoir-vaccin-022.jpg

L’année 2021 sera aussi marquée par l’espoir de mettre fin à la pandémie du Covid 19 grâce à la vaccination de masse. Pour les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le monde aurait encore six mois de «route difficile à parcourir» avant que les vaccins ne fassent plier la pandémie. Mais «nous pouvons y arriver», ajoute l’Organisation Internationale. Un peu partout, les contaminations sont en hausse, en particulier en Europe et en Amérique du Nord. Confronté à la propagation alarmante du nouveau variant du coronavirus plus contagieux et au risque de submersion du système de santé, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé la semaine dernière  le reconfinement de l’Angleterre jusqu’à la mi-février. Le plus haut niveau de restrictions imposé à près de 80% de la population anglaise n’a pas suffi à enrayer la propagation du nouveau variant, 50 à 70% plus contagieux selon les scientifiques britanniques, a souligné le chef du gouvernement conservateur. Vingt-deux pays de la zone Europe, comprenant 53 Etats dont la Russie, ont désormais enregistré des cas liés à cette nouvelle souche, a précisé l’OMS. Même si «la bataille sera encore longue», l’espoir apporté par la vaccination reste cependant de mise.

                                                                         

Une Chine en position confortable

chine-position-022.jpg

AU début de l’année 2020, l’image de la Chine s’est un peu ternie du fait que le Covid-19 est né dans la province de Wuhan, et que des manquements de la part des autorités chinoises ont permis à l’épidémie de se transformer en pandémie avec des graves conséquences sur l’économie mondiale. Le leadership de la Chine semblait confronté à une profonde crise de confiance, du fait de la guerre commerciale avec les Etats-Unis, la répression énergique du mouvement démocratique à HongKong, et des conséquences économiques du Covid-19. Cependant en mettant en œuvre des mesures radicales, l’Etat chinois a rapidement contenu le Covid-19 et a remis l’économie sur la bonne voie avec une croissance de 1,9% en 2020 et 8,2% en 2021. En novembre 2020, la Chine a signé le Partenariat régional économique global (RCEP) qui regroupe l’Asean, l’Indonésie, Singapour et le Vietnam ainsi que d’importants alliés américains: le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle Zélande.
Les Etats-Unis ne sont pas signataires de cet Accord. La Chine se trouve donc en ce début de l’année 2021 en position confortable pour étendre son influence dans le monde, et remobiliser son programme des nouvelles routes de la soie.

imri.jpg

 

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc