×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Marrakech: La GIZ accompagne le Cluster Menara

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5923 Le 12/01/2021 | Partager
Pour développer le «Marrakech, Health & Beauty Valley»
Innovation et valorisation des plantes aromatiques et médicinales, les objectifs

Un centre d’Innovation dédié à l’agroalimentaire et aux cosmétiques. C’est le prochain projet du Cluster Menara (Industrie de luxe agroalimentaire et cosmétique) qui rassemble une centaine de membres, spécialisés dans l’agroalimentaire et la cosmétique.

cluster-menaragenerant-022.jpg

Le Maroc regorge d'une riche variété d'espèces dont plus de 4.200 recensées. Pourtant, à peine 300 sont récoltées et demeurent très peu valorisées malgré la tendance mondiale (Ph. L'Economiste)

Ce projet bénéficiera d’une aide de la coopération allemande et de la collaboration de l’université Cadi Ayyad et devra voir le jour au sein de la cité de l’Innovation. Soutenu par le ministère de l’industrie, le cluster qui a 8 ans d’existence rassemble des acteurs des deux filières notamment les industriels, les universités et les pouvoirs publics régionaux, autour d’une vision commune de l’innovation et de la recherche et développement.

Objectif: créer de la valeur ajoutée à travers l’innovation et la R&D, et promouvoir l’industrie agroalimentaire et cosmétique de luxe marocaine. On y retrouve des industriels comme Cartier Saada, Ste Impériale Des Thés Et Infusions (Impérium Holding), Arganis, Ircos, Nectarome. A aujourd’hui, le cluster a labellisé plusieurs projets R&D collaboratifs, soutenu 9 entreprises rien qu’en 2020 et délivré 16 formations.

foret-022.jpg

Le cluster a lancé l’écosystème «Marrakech, Health & Beauty Valley» pour la valorisation des plantes aromatiques et médicinales dans la région de Marrakech. Le projet est en cours de concrétisation notamment avec des partenaires investisseurs privés qui sont en train d’investir dans une zone industrielle dédiée avec l’aide du CRI et de la wilaya de Marrakech/Safi.

Le projet est au niveau de la validation du foncier, en attendant la concrétisation de l’engagement du Conseil régional de Marrakech-Safi pour cet écosystème (Cf. L’Economiste n°5444 du 1er décembre 2019).

L’idée est de faire de Marrakech une destination mondiale attractive en matière de valorisation des PAM (plantes aromatiques et médicinales) avec la création de 2.600 emplois directs industriels, générant près de 3,4 milliards de chiffre d’affaires à l’horizon 2024, indique Youssef Mouhyi, président du cluster Menara.

Les plantes aromatiques et médicinales (PAM) sont incontournables au quotidien et le Maroc regorge d'une riche variété d'espèces dont plus de 4.200 recensées. Avec ses 40 acteurs locaux, la région Marrakech-Safi est la 2e région exportatrice des PAM au Maroc, générant un chiffre d’affaires global estimé à plus de 650 millions de DH, contribuant à plus de 25% du chiffre d’affaires national.

                                                                  

Taux de transformation

Comme pour l’ensemble du Royaume, le taux de transformation de ces espèces à Marrakech reste très faible, ne dépassant pas 7%. Pour développer une industrie de valorisation à plus forte valeur ajoutée dans la région, il faudra lever un certain nombre de freins au niveau de l’amont d’abord. En travaillant sur les ressources (peu de plantes cultivées et une exploitation informelle des ressources spontanées), les techniques de collecte, la traçabilité… Au niveau de la valorisation industrielle, il faut pallier les difficultés d’accès au financement -très souvent dues à une méconnaissance des mécanismes existants-, les difficultés d’accès à des débouchés commerciaux et la faible dynamique d’innovation, détaille Mouhyi. D’où la mise en place d’un écosystème territorial pour la valorisation industrielle des plantes aromatiques et médicinales qui va capitaliser sur la dynamique déjà enclenchée. Grâce au centre d’innovation, la zone industrielle et l’aide des organismes, l’écosystème est en train de prendre son envol.

De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc