×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Vaccin anti-Covid-19: De la production à l’injection

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5922 Le 08/01/2021 | Partager
Plus d’un million de doses administrées dans l’UE
Les règles de l’OMS sont fondamentales

Le vaccin est un des moyens de faire face à la pandémie et constitue une source d’espoir pour le monde. Depuis le début de la campagne de vaccination européenne fin décembre, au moins 1,1 million de personnes, soit environ 0,2% de la population de l’Union, ont reçu une dose du vaccin de l’alliance américano-allemande Pfizer-BioNTech, le seul actuellement administré dans l’UE. Un deuxième vaccin, celui de l’américain Moderna, a été autorisé par Bruxelles. Le point:

covid-vaccin-022.jpg

■ L’OMS réitère ces fondamentaux: Avec ce Nouvel An et le début des campagnes de vaccination dans les pays développés, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) réitère ces fondamentaux qui ont permis de mieux lutter contre la propagation du virus. «La situation épidémiologique actuelle, avec un nombre presque record de nouveaux cas et de décès, rend impératif de continuer à respecter les mesures de sécurité afin de prévenir toute nouvelle transmission et toute perte de vie», conclut l’agence onusienne. Ce qui est sûr pour le moment, c’est que les masques et autres gestes protecteurs (se laver fréquemment les mains, maintenir une distance physique, éviter les lieux trop fréquentés...) vont rester de mise pendant une longue période de transition. Le temps aussi d’atteindre un niveau de couverture vaccinale suffisant. La pandémie a fait près de 1,84 million de morts dans le monde depuis l’apparition de la maladie en fin décembre 2019. Selon un bilan établi mercredi 6 janvier par l’OMS, plus de 84,47 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués. Critiqué sur la lenteur de son programme de vaccination, le gouvernement français a promis de presser le pas et plus de visibilité sur sa stratégie, mais sans exclure des mesures plus lourdes la semaine prochaine.
■ Les seringues sont prêtes: Les Danois, les Allemands et les Italiens faisant la course en tête pour le vaccin. Dans l’UE, c’est l’Allemagne qui a réalisé le plus d’injections (367.331), devant l’Italie (272.307), la Pologne (140.226), l’Espagne (139.339) et le Danemark (63.312), selon les dernières données disponibles. Mais en proportion de sa population, c’est le Danemark qui a vacciné le plus au sein de l’UE: 1,1% de la population danoise a reçu une dose, loin devant l’Italie (0,45%), l’Allemagne (0,44%) et la Slovénie (0,43%). Ces taux sont très éloignés de ceux affichés par Israël (17,2%) ou les Emirats arabes unis (8,4%), champions en la matière, qui ont respectivement commencé à vacciner le 19 et le 14 décembre. Outre les Pays-Bas, d’autres pays sont en retrait. C’est notamment le cas de la France (plus de 7.000 doses), de l’Autriche (8.360), de la Bulgarie (5.448) et de l’Irlande (4.000), qui ont vacciné moins de 0,1% de leurs populations respectives.
En comparaison, les Etats-Unis ont administré des doses à plus de 5,31 millions de personnes (1,6% de leur population), la Chine à plus de 4,5 millions de personnes (0,3%, au 31 décembre), Israël à 1,49 million de personnes (17,2%) et le Royaume-Uni à plus de 1,3 million de personnes (1,9%). Tous ces pays ont démarré leur campagne avant l’Union européenne, rapporte l’AFP.

                                                                   

Cette nouvelle variante plus contagieuse

Pour la troisième semaine consécutive, plus de 4 millions de nouveaux cas du nouveau coronavirus ont été signalés dans le monde. Bien que cette semaine ait connu une légère baisse par rapport à la semaine précédente. Toutefois cette tendance et d’autres tendances à court terme des données doivent être «interprétées avec prudence en raison des vacances de fin d’année», a signalé l’OMS, précisant que les chiffres peuvent être «influencés par les retards de présentation, d’analyse et de notification». «La baisse des nouveaux décès observée la semaine dernière s’est inversée avec une hausse de 3% du nombre de décès, qui s’élève à 76.000», a détaillé l’Organisation dans son dernier rapport épidémiologique. Ces dernières données interviennent alors que des rapports récents sur différentes variantes du « SRAS-CoV-2», le virus qui provoque la Covid-19, ont de nouveau suscité «l’intérêt et l’inquiétude quant à l’impact des changements viraux». Depuis le 5 janvier 2021, la variante «VOC-202012/01» initialement découverte au Royaume-Uni a été détectée dans un petit nombre de cas dans 40 autres pays, territoires ou zones dans cinq des six régions de l’OMS. Quant à la variante «501Y.V2» initialement détectée en Afrique du Sud, elle a été retrouvée dans six autres pays.

F.Z.T.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc