×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Covid-19: «Le monde entre dans une nouvelle phase»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5921 Le 07/01/2021 | Partager
Les pays doivent agir rapidement, recommande l’OMS
Actuellement, plus de 30 pays vaccinent leurs populations à haut risque
Des scientifiques enquêtent sur les origines du virus

La solidarité est plus nécessaire que jamais. C’est le mot d’ordre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a estimé que le monde est entré dans une nouvelle phase de la pandémie de Covid-19. Les pays sont «dans une course pour sauver des vies» et que «comme dans toute crise, il faut agir rapidement et ne pas le regretter», a indiqué le directeur général de l'agence, le docteur Tedros Ghebreyesus.

covid-19-vaccins-021.jpg

La semaine dernière, l'OMS (voir aussi https://www.who.int et https://news.un.org) a publié sa première liste d'utilisation d'urgence pour le vaccin Pfizer-BioNTech. L'agence a également déclaré qu'il était «encourageant» de voir le lancement du vaccin Astra-Zeneca au Royaume-Uni. Actuellement, plus de 30 pays vaccinent leurs populations à haut risque.

Mardi 5 janvier, le groupe stratégique d'experts sur l'immunisation, connu sous le nom de Sage, s'est réuni pour discuter des recommandations politiques concernant l'utilisation des vaccins Pfizer et BioNTech.

Le président du groupe, Alejandro Cravioto, a recommandé l'administration de deux doses de ce vaccin dans un délai de 21 à 28 jours. Il a reconnu «l'absence de données sur la sécurité et l'efficacité après une dose au-delà des trois à quatre semaines étudiées dans les essais cliniques».

Le groupe a donc prévu une disposition pour les pays en cas de retard de quelques semaines dans la fourniture d'une deuxième dose afin de maximiser le nombre de bénéficiaires avec la première dose. Selon Cravioto, les experts doivent «être un peu ouverts à ce genre de décisions que les pays doivent prendre en fonction de leur propre situation épidémiologique».

Les membres de l'équipe scientifique internationale qui va enquêter sur les origines du virus ont commencé à se rendre en Chine. Le nombre de cas de Covid-19 dans le monde est si élevé en ce moment que les hôpitaux et les unités de soins intensifs sont surpeuplés.

Mardi, plus de 84 millions de cas avaient été signalés dans le monde, avec plus de 1,8 million de décès, selon l’OMS. Avec l'arrivée de l'hiver dans l'hémisphère nord, les gens sont plus à l'intérieur et en contact étroit, «ce qui est plus risqué».

Aussi, «de nouvelles variantes, qui semblent être plus transmissibles, aggravent la situation». Pour cela,  tous les pays sont sommés «d'intensifier les tests et le séquençage du virus afin de pouvoir surveiller et réagir efficacement à tout changement».

F.Z.T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc