×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

RCI Finance Maroc solidifie ses fonds propres

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5919 Le 05/01/2021 | Partager
La filiale du Groupe Renault boucle avec succès une émission obligataire subordonnée
68 millions de DH levés via un placement privé auprès d’investisseurs qualifiés
endettement-19.jpg

RCI Finance Maroc est parvenue à stabiliser son endettement à 4,7 milliards de DH à fin septembre. Cette stabilisation est induite par un appel croissant au marché des capitaux (RCI Finance)

RCI Finance termine l’année sur une bonne note. La société de financement du groupe Renault au Maroc est parvenue à lever des fonds sur le marché de la dette privée. La captive automobile a ainsi clôturé avec succès la première émission obligataire subordonnée de son histoire pour un montant de 68 millions de DH.

C’est aussi sa première levée de fonds sur une maturité de 10 ans. L’opération qui s’est faite via un placement privé auprès d’investisseurs qualifiés va permettre à la société de renforcer ses fonds propres et conforter sa solvabilité, dans un contexte le moins que l’on puisse dire difficile.

A ce titre, RCI Finance a opté pour un taux révisable, indexé sur le cours des bons du trésor à 52 semaines. Ainsi, le taux d’intérêt facial pour la première année est fixé à 3,29% pour permettre à la société d’optimiser le coût de son capital et ainsi éviter le recours à l’endettement bancaire.

Justement, le spécialiste du crédit automobile pour les marques Renault et Dacia attache une attention particulière à son endettement financier qui s’est établi à 4,7 milliards de DH au troisième trimestre. Un poste qui s’est en grande partie stabilisé suite à un appel croissant au marché des capitaux.

C’est ainsi que la dette bancaire a diminué de 19% à 2,55 milliards de DH alors que l’endettement lié aux Bons de Société de Financement (BSF) s’est élevé à 2,13 milliards de DH en augmentation de 40% par rapport à fin septembre 2019. Cela illustre donc bien la stratégie de la société de diversifier son refinancement et optimiser le coût de sa dette.

Sur le plan de l’activité, la société a bénéficié du redémarrage de l’activité après le confinement qui s’est traduit par un doublement de la production par rapport au second trimestre suite à la reprise des ventes automobiles. Ainsi 1,4 milliard de DH de nouveaux financements de véhicules ont été octroyés à fin septembre.

Partant, le PNB au troisième trimestre s’est accru, malgré la crise, de 8% pour atteindre 238 millions de DH. Selon la société de financement, le PNB s’établit à 82 millions de DH en hausse de 41% au cours du troisième trimestre notamment grâce à la montée en puissance de l’activité de services.

Moulay Ahmed BELGHITI

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc