×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Enquête L'Economiste-Sunergia: Pourquoi les plus jeunes ne se sentent pas Africains?

Par Amin RBOUB | Edition N°:5911 Le 23/12/2020 | Partager
16% des Marocains réfutent leur africanité
Un sentiment plus partagé auprès des 18-24 ans (24%)
Plus des trois quarts des sondés revendiquent l'appartenance au continent
africains-et-jeunes-011.jpg

16% des Marocains ne se sentent pas Africains. Ce sont davantage les jeunes âgés entre 18-24 ans (24%) qui répondent par la négative

Etonnant! Une bonne partie des Marocains ne se sentent résolument pas africains. Plus exactement, «16% des Marocains» ne se sentent pas appartenir au continent. C'est ce qui ressort des résultats de l'enquête L'Economiste-Sunergia menée auprès de 1.208 répondants via Internet.

Curieusement, ce sont les plus jeunes qui n'ont pas ce sentiment d'appartenance au continent africain. En fait, ce raisonnement est plus ancré dans la pensée commune des sondés âgés entre 18 et 24 ans, qui représentent pratiquement le quart de l'échantillon (24%). 

A la question directe: «En tant que Marocain, vous sentez-vous Africain?», 16% des répondants sont catégoriques: «Non».  Ce déni identitaire d'histoire et de géographie ne résulte pas de l'ignorance ni d'un rejet. Selon des sociologues, une bonne partie des Marocains, surtout les jeunes, ont tendance à regarder en priorité vers le Nord (Europe).

  Une bonne proportion a aussi un penchant pour l'Est (péninsule arabique, Moyen-Orient), souvent pour des considérations religieuses. Le chercheur et universitaire Ahmed Assid attribue plutôt ce flou identitaire à un conditionnement lié à l'éducation et aux cursus scolaires: «Nos manuels d'enseignement exacerbent notre passé oriental et nos liens avec la péninsule arabique au détriment de l'Afrique.

Certains défendent toujours la théorie pan-arabiste qui situe l'origine des Marocains au Yémen ou encore en Syrie, refusant du coup de reconnaître l'africanité des populations installées au Maroc depuis des millénaires». 

Autre lecture, autre analyse socio-économique: «L'Afrique est devenue synonyme de pauvreté et de violence pour de nombreux Marocains qui ne veulent pas être associés à cette image. Cela déteint sur les relations qu'ils ont avec les migrants subsahariens», explique la sociologue Fatima Aït Ben Lmadani.

Fort heureusement, ce flou identitaire n'est pas assez répandu, ni généralisé. En effet,  plus des trois quarts des interviewés revendiquent leur africanité (77%). Ce constat est partagé presqu'à parts égales entre les femmes et les hommes (respectivement 77 et 76%).

Autre enseignement parlant de l'étude, plus les sondés sont âgés, plus ils se considèrent Africains. Par tranche d'âge, 83% des 55-64 ans se disent Africains à part entière. S'ensuivent juste après les 45-54 ans (82%). Même la répartition géographique est un facteur déterminant du sentiment d'appartenance au continent noir!

Plus les Marocains résident au Nord et à l'Est (Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et Oujda), plus ils se considèrent africains (81%). Même tendance au Centre (Casablanca-Rabat-Kénitra) où les sondés revendiquent aussi majoritairement cette identité (77%). Plus loin au Sud, 72% admettent leur appartenance au continent.

En termes de salaires, plus les rémunérations sont moyennement moins élevées, plus les Marocains se sentent africains. C'est le cas notamment des sondés ayant des revenus qui oscillent entre 2.001 et 4.000 DH (81%), entre 4.001 et 6.000 DH (80%), entre 6.001 et 12.000 DH (78%)... Pour les revenus de 12.000 DH et plus, 74% se disent Africains.

                                                                                 

Fiche technique

L’enquête L’Economiste-Sunergia intervient dans le cadre de la série d’études Market Insights du groupe Sunergia. Elle a été réalisée du 7 au 26 août via internet. Au total, cette investigation a été menée auprès de 1.236 personnes résidant au Maroc, et qui ont accepté de répondre à un questionnaire soumis au hasard aux utilisateurs de réseaux sociaux. Les sondés sont âgés entre 18 et 65 ans, voire plus. Bien évidemment, les résultats de cette étude ne représentent que les internautes marocains. Ils ne peuvent donc être généralisés à l'ensemble de la population.
Les répondants représentent une population connectée, urbaine... Ils ont un niveau d'études relativement élevé et des revenus supérieurs à la moyenne marocaine. Près des trois quarts  des sondés sont des hommes. 35% sont âgés entre 18 et 34 ans, 37% ont entre 35 et 54 ans et 31% ont 55 ans et plus. Sur l'ensemble de l'échantillon, 32% des répondants habitent la région Casablanca-Settat, 17% vivent à Rabat-Salé-Kénitra, 9% sont issus de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. 32% ont un revenu inférieur ou égal à 4.000 DH/mois, 11% perçoivent  entre 4.001 et 6.000 DH, 26% ont des revenus entre 6.001 et 12.000 DH et 31% vivent avec plus de 12.000 DH/mois.

Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc