×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Le Cercle des Experts

Maroc-Israël: Une opportunité extraordinaire pour RAM et le tourisme

Par Jalal IMANI | Edition N°:5907 Le 17/12/2020 | Partager

Diplômé de l’ESCAE Dijon en 1982, Jalal Imani, à travers une carrière de 37 ans dans l’aérien et le tourisme, est un expert et fin connaisseur de ces secteurs. A Royal Air Maroc, il a été représentant en Belgique, en Espagne, en Italie, directeur Afrique à Dakar. Egalement sous-directeur marketing et communication, DG Atlas Catering, DG Amadeus Maroc, DG RAM Academy. Il a aussi été directeur commercial et marketing à Accor Maroc, directeur des opérations, délégué Afrique à l’ONMT basé à Dakar et DG de la CNT

En 1990, le Maroc recevait 20.000 Israéliens annuellement. Ils transitaient via l’Europe particulièrement la France, la Belgique, la Turquie et l’Espagne pour rejoindre le Maroc via les compagnies aériennes de ces pays. En tant que représentant RAM pour la Belgique à l’époque et pour récupérer ce trafic, j’avais entamé, avec l’accord du siège, des négociations avec la compagnie israélienne et des tour-opérateurs israéliens pour établir un contrat permettant de reprendre tout ce trafic perdu en faveur de cette compagnie et de RAM en se partageant les tronçons Israël, Europe, Maroc. C’était une opération unique et exaltante à tout niveau pour reprendre un marché important et totalement perdu pour RAM. Tout était prêt mais c’était certainement un peu trop tôt et cela ne s’est pas fait.

Aujourd’hui, il devrait y avoir au moins 50.000 Israéliens, non seulement d'origine marocaine mais aussi d'origine non marocaine qui visitent le Maroc annuellement.
La normalisation des relations avec Israël, c’est tout bénéfice pour RAM et pour le tourisme.

Avec l’établissement historique des relations diplomatiques entre Israël et le Maroc, tout ce trafic aérien perdu se fera directement entre Tel-Aviv et Casablanca et sera partagé entre RAM et peut-être El Al. Et je me dis: «incroyable!!», 30 ans après, nous y voilà, et en vol direct!! Cela m’a rappelé mon expérience personnelle. C’est historique qu’un avion RAM atterrisse en Israël, cela sera une des premières actions concrètes.

Le tourisme d’Israël vers le Maroc pourrait connaître un essor fulgurant pour atteindre en deux ans maximum, après la pandémie bien sûr, entre 200.000 et 300.000 arrivées. Cela représentera le 7e marché pour le Maroc après la France, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et les USA.

Et cela représente 20 à 30 fréquences par semaine. Pour RAM, qui prendrait au moins la moitié de ce trafic, entre 100.000 et 150.000 clients (le double en termes de passagers car le passager dans l’aérien se compte par sens), soit autrement dit l’affectation de 5 à 8 avions à temps plein à raison de 1 à 2 vols/jours toute l’année. Ce n’est pas peu dire en cette période de crise de l’aérien qui va durer jusqu’en 2023.

Pour le tourisme, cela sera un pays phare et prioritaire car la tendance haussière des arrivées devrait durer des années.

Tout cela devrait supposer l’installation d’un bureau RAM en Israël pour gérer tous ces départs et pour démarcher les professionnels du tourisme ainsi que les sociétés corporate. De même, éventuellement l’installation d’une Délégation de l’ONMT pour la promotion du Maroc in situ.

Qui l’aurait dit il y a quelques jours de cela. C’est historique aussi pour RAM et pour le tourisme.

ram-007.jpg

Le tourisme d’Israël vers le Maroc pourrait connaître un essor fulgurant pour atteindre en deux ans maximum, après la pandémie bien sûr, entre 200.000 et 300.000 arrivées. Cela représentera le 7e marché pour le Maroc après la France, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et les USA. Et cela représente 20 à 30 fréquences par semaine
(Ph. L’Economiste)

Le tourisme, comme le dit l’adage, est un véhicule de paix. Ce message est plus fort et plus concret que jamais, aux Israéliens de mieux connaître les Marocains, et aux Marocains de mieux connaître les Israéliens, de combattre les éventuels inimitiés ou clichés et de s’enrichir par la connaissance, la compréhension et l’acceptation de l’autre.

En conclusion, et  même si ce n’est pas l’objet de l’article, cela a participé à la reconnaissance du Sahara marocain par les Etats-Unis grâce à la volonté et la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI et du président Trump. Juste retour des choses, et un pas important vers la victoire finale de la reconnaissance internationale de notre intégrité territoriale.

Cela renforce aussi la position à l’international du Maroc dans son engagement à la recherche de la paix au Moyen-Orient et pour la cause palestinienne.

Qui dit mieux!

                                                                            

Pourquoi l’essor pourrait être fulgurant

maison-dhaim-pinto-007.jpg

Dans le quartier du Mellah à Essaouira, la maison d’Haim Pinto, construite en 1837, est devenue une synagogue ouverte à tous (Ph. L’Economiste)

Le Maroc n’est pas seulement et c’est déjà beaucoup un pays touristique aux multiples atouts reconnus internationalement qui lui a permis en 2019 de recevoir 13 millions de touristes. C’est aussi pour les Marocains juifs une présence vieille de plus de deux millénaires.

Un exode d’Espagne au Maroc de centaines de milliers de Juifs pourchassés par Isabelle la catholique. Et pour l’Histoire récente, n’oublions jamais entre autres que feu SM Mohammed V a pris sous sa protection les Juifs-Marocains à l’époque de la persécution par le régime de Vichy, que feu SM Hassan II a participé aux accords de Camp David et a ouvert un bureau de liaison d’Israël à Rabat, et qu’aujourd’hui SM Mohammed VI établit des relations diplomatiques historiques avec Israël.

Les Marocains juifs ont une identité nationale et leur affluent hébraïque a toujours été préservé à travers l’histoire, et pour preuve la liberté de culte, la préservation du patrimoine juif, la présence de synagogues, de cimetières juifs, de tombes de saints juifs.

C’est tout cela réuni, couplé à la normalisation des relations et l’ouverture de lignes aériennes directes qui fera du Maroc une destination privilégiée de ces Marocains d’Israël au nombre de 700.000, de la diaspora judéo-marocaine à travers le monde et des Israéliens de manière générale.

A RAM de se préparer, aux professionnels de tourisme également. Et ceci pour un tourisme non seulement classique balnéaire ou de découverte du Maroc, mais aussi de retrouvailles pour certains et de découverte pour d’autres du patrimoine matériel et immatériel juif au Maroc.

Lancement de lignes aériennes, promotion de la destination Maroc en Israël, organisation de voyages de familiarisation au Maroc de journalistes, de tour-opérateurs et d’agences de voyages, de bloggeurs et d’influenceurs en provenance d’Israël, ouverture de bureaux RAM et ONMT. Toute la panoplie d’actions doit y passer.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc