×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Vaccination: La campagne démarre bientôt!

Par L'Economiste | Edition N°:5897 Le 03/12/2020 | Partager

La campagne de vaccination anti-Covid débutera dans les prochains jours au Maroc. Une opération de grande envergure en deux injections qui couvrira en premier lieu les citoyens de 18 ans et le personnel de la santé. Les réactions à chaud de nos lecteurs… (cf.  notre article du 23/11//2020)

vaccins-097.jpg

 

■ Encouragements
Il est de notre devoir – en tant que citoyens qui se respectent – d’encourager pleinement la campagne et de contribuer dans la mesure du possible à faciliter cette opération d’envergure nationale dont la logistique s’avère d’ores et déjà délicate à mettre en place. Sans oublier son enjeu capital, qui devrait permettre de mettre fin à l’angoisse que vivent des milliers de familles marocaines depuis mars dernier…
A.B.
■ Flou informatif
Cette communication n’est pas claire. Le ministre de la santé a évoqué quelque 2.888 espaces en cours d’aménagement qui seront réservés à la vaccination, pour ensuite préciser que les équipes chargées de cette opération devront se rendre dans les hôpitaux, les administrations publiques et les établissements pénitentiaires. Où donc se fera précisément la vaccination? A n’y rien comprendre!
Z.N.

■ Se méfier des effets secondaires…
Cette campagne ne me dit rien qui vaille! Nous autres Marocains compterons parmi les premiers peuples du monde à nous faire vacciner… Ce n’est pas très rassurant. En effet, que savons-nous dudit «vaccin»?  Il est fort possible que ce dernier occasionne plusieurs effets secondaires dérangeants tels que de la fièvre, un malaise, des douleurs musculaires ou encore des rougeurs. Des risques inconsidérés à prendre à mon humble avis et qu’il serait plus judicieux d’éviter en repoussant le plus tard possible l’échéance.
L.P.
■ Mieux vaut tard que jamais
Le vaccin anti-Covid arrive enfin. Il n’était pas trop tôt! Cela fait plus de sept mois que le pays est quasiment immobilisé pour cause de pandémie sanitaire. Une crise économique et sociale qui a déjà beaucoup trop duré!
D.M.

■ Un risque à prendre!
Il faut  absolument et de toute urgence faire vacciner la population marocaine. Le virus a tué suffisamment de citoyens jusqu’à ce jour! D’autant plus que le nombre de personnes à risque – autrement dit exposées – est particulièrement important et que notre système de santé – déjà délabré à la base – est plus que saturé… Enfin, il faut tenir compte de l’impact socio-économique de cette pandémie qui ne va pas s’amoindrir avec le temps. Aussi, bien que le vaccin en question ait été développé en un temps record et présente des risques d’effets secondaires évidents, cela vaut le coup d’essayer!
A.A.

                                                                      

Guergarate: La terreur Polisario

guergarate-097.jpg

Le cessez-le-feu signifie toute cessation des hostilités – sous toutes ses formes – convenue entre des belligérants. Pourtant, dans l’affaire du Sahara marocain, ce ne fut absolument pas le cas du côté de l’Est de l’extrême sud de la région. Cette zone a en effet été sujette à maintes reprises à l’incursion militaire de bandes armées jusqu’aux dents et consenties par le Royaume! Ces bandes en question, se proclamant représentatives de nos frères et sœurs sahraouis, ont évolué librement dans les provinces sahariennes sans être à la merci de quiconque…
Résultat? De nombreux actes de violence au cours de ces derniers mois - notamment au niveau du point de passage de la ville de Guergarate – créant de l’insécurité humaine et occasionnant des dégâts matériels mais surtout économiques sans précédent! Pourtant, ce ne sont pas les appels à l’accalmie - lancés régulièrement par le Royaume du Maroc auprès des instances onusiennes – qui manquaient pour faire entendre raison à la partie adverse. Une situation intenable qui transgresse largement les règles de base du droit humain, en particulier la libre circulation des personnes et des biens. Ces mêmes agissements, qui entravaient la reprise normale du trafic routier entre le continent africain et le reste du globe, s’apparentent en quelque sorte à des actes terroristes de par leur mode opératoire. En effet, cette bande organisée impose son diktat par la seule force des armes et en recourant à la terreur ainsi qu’à la déstabilisation. Ainsi, deux réalités géopolitiques se confrontent. D’un côté un état de droit représenté par le Royaume du Maroc, et de l’autre le front de terreur Polisario prêt à multiplier le terrorisme dans l’espace saharo-sahélien.
B.W.

                                                                      

Et d’autres réactions

■ Grille tarifaire anti-Covid: Hypocrisie
C’est bien beau une grille tarifaire. Néanmoins, cela ne mettra pas fin à l’anarchie qui règne dans le secteur des cliniques privées. Chacun y dicte sa loi! Et cela, même si nous sommes en plein cœur d’une économie fondamentalement libérale avec pour client le patient. C’est bien le serment d’hypocrite et non d’Hippocrate qui a permis à bon nombre de médecins d’obtenir leurs diplômes.
L.M.

■ Diego Maradona: L’immense perte!

diego-maradona-097.jpg

Le monde du football et l’Argentine sont en deuil! Le décès de Diego Maradona – une véritable légende du ballon rond et un ami du Maroc – sera particulièrement difficile à oublier… Parmi ses plus grands exploits notamment, son célèbre but contre l’Angleterre pour lequel il était parvenu à «dribbler» près d’une dizaine de joueurs en plus du gardien!
E.O.

■ Recrutement
Votre édito du 23 novembre dernier sur les problématiques du recrutement et du chômage m’a particulièrement interpellé. Le pire dans tout cela réside dans les obstacles inutiles et injustes qui privent ces jeunes de passer un concours sous prétexte de limite d’âge… Ainsi, un jeune de 31 ans ne peut pas passer le concours des auxiliaires de justice dont la limite d’âge pour postuler a été fixée à 30 ans. Du gâchis!
L.M.
■ Rabat interdite aux casablancais: Une tare pour l’économie
L’interdiction pour les casablancais de se rendre dans la capitale – même munie d’une autorisation exceptionnelle – est complètement absurde. Le comble étant que cela est aussi valable dans l’autre sens… Il est compréhensible de vouloir tenter d’isoler ces deux foyers d’infection, mais pas d’une manière aussi radicale! A-t-on pensé aux retombées sur l’économie du Royaume? Ces deux métropoles comptant parmi les plus importants centres d’investissements et d’affaires du pays! Au lieu de restreindre l’accès aux villes, il serait bien plus efficace et judicieux d’investir dans une campagne de sensibilisation massive aux gestes barrières!
L.K.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc