×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger veut soigner ses cimetières

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5895 Le 01/12/2020 | Partager
Al Mojahidine, le plus grand, mais aussi le plus mal entretenu
Relance en cours du cimetière-modèle, un projet qui date de 2016

Détritus et saletés, absence de chemins aménagés, manque d’entretien, les cimetières à Tanger n’ont jamais été dans pire situation. La pression démographique de la ville à laquelle s’ajoutent les décès du Covid, ont engorgé les allées du cimetière Al Mojahidine, l’un des plus grands de la ville.

tanger-cimetieres-095.jpg

Le carré Covid, l’une des dernières zones du cimetière Al Mojahidine. Un projet d’extension est en cours pour augmenter la capacité de ce cimetière, l’un des plus grands de Tanger (Ph. Adam)

Pour réhabiliter tous ces espaces qui doivent être empreints de respect, le Conseil de la Commune de Tanger vient d’approuver une série de mesures. La remise en état  du cimetière d’Al Mojahidine, premier concerné par ces travaux, passe d’abord par le recensement et le lancement de procédures d’expropriation pour la mobilisation du foncier nécessaire à son extension.

Avec sa dizaine d’hectares, le cimetière, situé dans l’arrondissement Tanger-Al Madina est l’un des plus denses, avec l’ouverture de plusieurs nouvelles allées. C’est aussi à Al Mojahidine que sont enterrées, dans un carré spécialement aménagé, les personnes décédées du Covid-19.

cimetieres-tanger-095.jpg

La Commune travaille aussi à la relance du projet de cimetière-modèle de Rahrah, un vaste espace de 15 hectares. Celui-ci devrait, enfin, permettre aux familles d’enterrer les leurs plus dignement, grâce à un nouvel aménagement, jusque là non utilisé à Tanger: des carrés espacés avec des allées numérotées pour l’identification rapide des tombes ainsi que des salles pour les condoléances. Le projet avait été lancé en 2016, mais n’avait pas pu avancer en raison du retard dans la mobilisation du foncier nécessaire.

Elle se trouve à côté du centre médico-légal de Tanger, inauguré en avril dernier.

A noter que Tanger dispose d’autres cimetières comme celui de Marshan ou celui de Sidi Amar, eux aussi soumis à une forte pression et proches de la saturation. o

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc