×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Immobilier: Le marché efface quasiment le passage à vide du 1er semestre

Par Franck FAGNON | Edition N°:5887 Le 19/11/2020 | Partager
Les ventes rattrapent une grande partie de leur retard entre juillet et septembre
Malgré le sursaut, l’activité dans le résidentiel reste 15,3% en dessous de son niveau en 2019
Double baisse des prix et des taux d’intérêt pour les acquéreurs

Les dégâts de la pandémie du coronavirus sur le pouvoir d’achat des ménages a fait craindre des reports ou annulations massifs des projets immobiliers. Après l’effondrement des transactions entre avril et juin en raison du confinement, elles se sont nettement redressées au troisième trimestre, revenant pratiquement à leur niveau d’avant-crise.

immobilier-087.jpg

Les ventes d’appartements ont reculé de 14,8% au troisième trimestre, en glissement annuel. Cela témoigne de la prudence de certains ménages face aux incertitudes qui pèsent toujours sur l’économie. Le bond du taux de chômage à 12,7% sonne comme un rappel à la réalité

Elles ont bondi de 117% sur trois mois confirmant les premiers retours du terrain en juillet. «Il n’y a pas eu d’annulations massives des préventes. De nombreux acquéreurs ont finalisé leurs transactions à la sortie du confinement», avait confié à L’Economiste, Idriss Bensmail, membre du directoire, directeur général adjoint BMCI.

Malgré le sursaut, l’activité reste 9,5% en dessous de son niveau au troisième trimestre 2019. La baisse est plus prononcée dans le résidentiel où les ventes d’appartements ont reculé de 14,8% et celles des maisons de 26,1%. Cela témoigne de la prudence de certains ménages face aux incertitudes qui pèsent toujours sur l’économie. Le bond du taux de chômage à 12,7% sonne comme un rappel à la réalité. La baisse des transactions masque de fortes disparités selon les villes. A Casablanca, Rabat et Marrakech, les ventes, tous segments confondus, sont supérieures à leur niveau du troisième trimestre 2019. Par contre, elles affichent une baisse de 34% à Tanger.

La concentration de la demande sur le troisième trimestre a eu pour effet de  stimuler les prix qui se sont renchéris de 3,6% par rapport au deuxième trimestre. Ils ont augmenté de 3,4% pour les appartements, de 4,8% pour les maisons et de 5,4% pour les villas. Toutefois, les ménages qui ont finalisé leur acquisition entre juillet et septembre sont repartis avec quelques économies puisqu’ils ont bénéficié d’une double baisse des prix et des taux d’intérêt par rapport à l’année dernière.

immobilier-prix-087.jpg

La concentration de la demande sur le troisième trimestre a eu pour effet de stimuler les prix qui se sont renchéris de 3,6% par rapport au deuxième trimestre. Par contre, ils sont en recul en glissement annuel

Entre les troisièmes trimestres 2019 et 2020, les propriétaires ont consenti une baisse de prix de 1,2% sur les appartements et de 2,7% sur les maisons. Parallèlement, le taux  moyen immobilier a reculé de 0,32 point par rapport au deuxième trimestre 2020 et de 0,19 point en glissement annuel.

A 4,32% au troisième trimestre, il flirte avec son plus bas historique enregistré au deuxième trimestre 2019, soit 4,18%. Jusqu'ici, les taux immobiliers sont très peu sensibles à la double baisse du taux directeur en mars et juin (0,75 point).

Après trois trimestres, ils sont restés stables par rapport à leur niveau de 2019. Cela s'explique en partie par la montée du risque d'impayé chez les ménages suite à la dégradation de leur situation financière. Les créances en souffrance ont augmenté de 15% depuis le début de l'année à 27,3 milliards de DH (crédit à l'habitat et crédit à la consommation).

F.Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc