×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Finances publiques: Le scénario se corse

Par Franck FAGNON | Edition N°:5884 Le 13/11/2020 | Partager
La situation sanitaire et la lenteur de la reprise pourraient déjouer les prévisions
Un trou de 50,5 milliards de DH à fin octobre
Le choc sur les recettes fiscales s’élève à 13,4 milliards de DH

Face à la pandémie du coronavirus, les gouvernements continuent à jouer les pompiers, chacun avec ses moyens. Entre septembre et octobre, le déficit budgétaire s’est creusé de 7,7 milliards de DH pour atteindre 50,5 milliards de DH, selon le ministère des Finances. Il s’établirait à 7,5% du PIB en fin d’année.

recettes-fiscales-084.jpg

Le confinement et la baisse de la consommation des ménages se ressentent sur les recettes de TVA. Pour sa part, l’IS doit sa résilience à sa concentration et une crise qui affecte moins durement les principaux contributeurs

Des doutes entourent cette prévision au regard de l’évolution de la situation sanitaire. Ce qui est certain, c’est que la crise va laisser des séquelles dans le tissu productif et cela va durer quelques années.

La CGEM plaide pour un stimulus budgétaire plus marqué quitte à augmenter l’endettement public pour favoriser un rebond rapide de l’économie. Un resserrement budgétaire précoce serait en tout cas nuisible pour la reprise, soutient le FMI auprès des gouvernements, notamment les autorités marocaines, après sa dernière mission d’évaluation.

Le gouvernement veut ramener le déficit budgétaire à 6,5% en 2021. Pour les équipes du FMI, le Maroc pourrait dégager des marges de manœuvre supplémentaires en accélérant certaines réformes, notamment celle de l’administration publique visant à rationaliser les dépenses. Les dépenses de fonctionnement progresseraient de 3,6% en moyenne sur la période 2021-2023 alors que l’investissement, lui, se stabiliserait autour de 78 milliards de DH sur la même période.

A fin octobre, les dépenses de biens et services ont augmenté de 6,3% dont une hausse de 5,7% des charges de personnel à 111 milliards de DH. Par contre, l’investissement est en baisse de 6,3% à 49,8 milliards de DH, soit un taux de réalisation de 70%.

Le choc de la pandémie sur les recettes s’élève à 17,4 milliards de DH dont une baisse de 7,7% (13,4 milliards de DH) du rendement des recettes fiscales. Le plus gros impact provient de la TVA dont les recettes ont décroché de 10,6% en raison de l’impact du confinement sur la consommation des ménages et les importations.

Les rentrées au titre de la TIC ont diminué de 2,8 milliards de DH tout comme les droits d’enregistrement et timbre. La baisse des impôts directs s’est limitée à 2 milliards de DH dont 1,8 milliard de DH des recettes de l’IR suite à la diminution ou la disparition des revenus de milliers de salariés.

deficit-budgetaire-084.jpg

Le déficit budgétaire s’établirait à 7,5% du PIB en fin d’année. Des doutes entourent cette prévision au regard de l’évolution de la situation sanitaire

Par contre, l’IS a augmenté de 1% à 38 milliards de DH. A cela s’ajoutent 2,1 milliards de DH de contribution de solidarité sur les bénéfices. Le produit de l’IS est assis sur les résultats de 2019. Sa résilience s’explique notamment par son niveau de concentration. Un petit club d’entreprises (moins de 80) assurent la moitié des recettes de l’IS et un peu plus d’un millier génèrent 80%.

Or, la crise affecte moins durement une partie de ces entreprises, hors secteur du tourisme et immobilier. Le vrai impact sera apprécié en 2021 où le gouvernement s’attend à une collecte de 38,6 milliards de DH, soit 14,4 milliards de DH de moins par rapport à la recette anticipée avant la crise du coronavirus.

L’IR rapporterait près de 40 milliards de DH, ce qui semble assez optimiste compte tenu des dégâts sur le marché du travail et un taux de chômage qui s’établit à 12,7% à fin septembre. La baisse des recettes de l’IS et de l’IR en 2021 sera en partie compensée par la contribution sociale de solidarité.

F.Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc