×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

CNRST: Appel pour un bureau de transfert de technologies

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5880 Le 09/11/2020 | Partager
Objectif: Sortir les résultats de la recherche du laboratoire vers l’industrie
A peine 1% des brevets déposés au Maroc sont valorisés
cnrst-080.jpg

Sur les 192 demandes de brevets d’origine marocaine enregistrées en 2019 par l’OMPIC, plus de la moitié (56%) sont le fait d’universités. Ces dernières se placent ainsi premières dans le domaine. Toutefois, rares sont les dépôts de brevets suivis d’une valorisation industrielle

Au Maroc, les chercheurs sont souvent seuls quand il s’agit de la valorisation des résultats de leurs recherches. Ils ont du mal à se connecter au monde industriel et à commercialiser leurs trouvailles. De leur côté, les entreprises gardent leurs distances par rapport aux milieux académiques. Pour remédier à cette situation, le CNRST défend aujourd’hui l’idée de la création d’un Bureau national de transfert de technologies, permettant de sortir les résultats de la recherche des laboratoires vers l’industrie.

Le département de l’Enseignement supérieur, qui fixe les orientations stratégiques, ne s’est pas encore prononcé sur le projet, revendiqué par de nombreux chercheurs. Certains prônent même l’installation de Technology transfer offices (TTO) au sein des universités.

«Nous souhaitons un bureau national qui permettrait de coordonner toutes les actions des universités et centres de recherche. Il pourrait fédérer les moyens et les compétences, et assurer ce rapprochement entre les milieux académique et industriel, afin de créer de la richesse à partir de la production scientifique», confie Jamila El Alami, directrice du CNRST.

«Pour le moment, la recherche aboutit à des publications, des thèses et brevets d’invention. Or, seulement 1% des brevets au niveau national sont valorisés. L’Inde, par exemple, dispose d’un organisme dédié, public mais à gestion privée, depuis les années 50», poursuit-elle. Le bureau pourrait inclure des partenaires, comme l’OMPIC, les fonds de capital risque, fondations privées…   

En attendant, le CNRST tente d’avancer sur ce chantier, notamment à travers la formation «d’experts valorisateurs» des résultats de la recherche. Le projet rentre dans le cadre de l’initiative Teck-Tamkeen, lancée en 2018 en partenariat avec l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

L’idée est de constituer un réseau marocain pour l’innovation et le transfert de technologies. Les formations ont démarré en 2019-2020. Universités, centres de recherche, clusters…, ont été invités à y inscrire leurs collaborateurs. Une nouvelle session a démarré ce début novembre avec une centaine de participants.
En parallèle, une étude sur l’appréciation du potentiel économique des brevets déposés par les chercheurs a été initiée.

Ahlam NAZIH

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc