×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès-Parkings: La nouvelle SDL sera opérationnelle le 12 novembre

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5878 Le 04/11/2020 | Partager
En attendant, une campagne de communication dédiée aux citoyens est lancée
Cartes prépayées, abonnements, recharges… Première sortie des gestionnaires

Le démarrage d’exploitation de la nouvelle société de développement local (SDL) en charge du secteur du stationnement est fixé au jeudi 12 novembre 2020. Une date très attendue pour le lancement d’un nouveau modèle de gestion, après plus de 2 ans de tractation avec l’exploitant privé, la mairie, les autorités locales et le ministère de l’Intérieur. C’est un dossier qualifié à la fois d’épineux, social, économique et à polémique. Ce mardi 3 novembre 2020, les dirigeants de la SDL Fès-parkings ont consacré leur première sortie médiatique à L’Economiste.

fes-parking-078.jpg

Concernant le sort des gardiens de voitures qui risquent d’être lésés par ce nouveau mode de stationnement urbain, Yann Inghilesi, DG de Fès-Parkings affirme que l’entreprise «n’est en guerre contre personne». Il précise que la SDL avait appelé les gardiens à intégrer sa plateforme mais «très rares ont répondu à l’appel» (Ph YSA)

■ Communication tous azimuts

yann-inghilesi-078.jpg

Yann Inghilesi, DG de la SDL Fès-Parkings (Ph. YSA)

Ce 3 novembre 2020, 8h30, Yann Inghilesi et André Bigazzi, respectivement DG de la SDL Fès-Parkings et membre du conseil d’administration, sont sur le pied de guerre. Cette semaine, qui s'avère cruciale pour le démarrage de l’exploitation, est précédée par une large campagne de communication afin d’introduire une nouvelle approche de gestion du stationnement. Affichage publicitaire sur 14 panneaux 4X3, flyers, explications fournies par des jeunes, et des vidéos de sensibilisation sur les réseaux sociaux sont prévus.
L’exploitation sera lancée, dans un premier temps, au niveau de l’arrondissement d’Agdal (Zone B) pour 6.500 places de stationnement. Tirant profit de l’expérience des autres villes ayant opté pour ce modèle, Fès Parkings a mis en place des techniques de paiement qui ne recourent plus à la monnaie et sont modulables selon le besoin des automobilistes (plus besoin de monnaie, et mesure effective de la durée de stationnement). Pour ce qui est des parkings de la médina (Zone A), des solutions appropriées seront adoptées à la fin des travaux d’aménagement. La tarification différera entre commerçants abonnés et simples visiteurs.

■ Tarifs, contrôle, verbalisation…

tarifs-controle-078.jpg

Une appli et une plateforme numérique dédiée seront mises en service le 12 novembre 2020 afin de permettre l’achat du service de stationnement. «Un avantage économique sera offert à tous les comptes ouverts durant ce mois de novembre», encourage le management. «Il s’agit d’un service prépayé qui fonctionne à l’instar de la carte téléphonique ou Jawaz (ndlr; pour les autoroutes) et qui sera rechargé au niveau de 51 points de vente en plus des agences Chaabi Cash et Tasshilat», explique-t-il. Concrètement, l’usager devra payer 6 DH pour chaque 4 heures de stationnement. Des possibilités d’abonnements pour les résidents professionnels et les résidents en habitat seront également proposées. La SDL prévoit aussi des gratuités dans certains cas, «sans oublier l’économie que feront les automobilistes qui ne paieront que ce qu’ils auront consommé, avec la possibilité de tarifs réduits pour le stationnement de plus longue durée valable au niveau de toutes les zones à stationnement payant et la gratuité la nuit».

■ Caméras de contrôle autorisées par l'ANRT
La SDL dotera la ville d’un matériel de contrôle. Dès ce vendredi, des voitures équipées de caméras sillonneront les différentes avenues et ruelles pour contrôler les voitures stationnées. Celles-ci, «autorisées par l’ANRT» et fonctionnant dans le respect des données personnelles, filtreront les plaques d’immatriculation qu’elles communiqueront à la plateforme de contrôle de la société. «Nous avons des agents assermentés qui se chargeront de constater les infractions. L’automobiliste qui sera avisé et devra payer une amende dans un délai de 48 h. En cas de triples récidives successives, et non paiement, son véhicule sera immobilisé», souligne le responsable de la société. A noter que celle-ci pourrait garantir l’élaboration de 1.500 PV par jour.

■ Mettre fin aux rixes et au stationnement traditionnel
 «La SDL de Fès dont le conseil d’administration est présidé par Mr le Wali, a toutes les chances de réussir, d’autant plus que la ville est très avancée en matière de Smart City et sa population adopte bien les nouvelles technologies», indique le management. La solution proposée par la SDL permettrait de soulager la vie de la ville en général et les commerces en particulier de l'impact négatif du stationnement traditionnel. Elle mettra également fin aux tarifs souvent fixés par les gardiens et qui provoquent parfois des conflits avec les automobilistes.

■ Parking souterrain  
Le parking souterrain de la place de Florence (74 millions de DH) sera maintenu. Des études de faisabilité mesurant la sismologie du terrain et la profondeur que le parking pourrait supporter à côté des immeubles voisins doivent être effectuées au préalable», explique André Bigazzi. La problématique des réseaux d’eaux, assainissement, électricité...sera également étudiée. En attendant, les dirigeants de la SDL promettent un modèle de gestion basé sur une signalisation au sol et panneaux identifiant les emplacements payants et non payants et la mobilisation d’agents de contrôle officiels assermentés (de Fès Parkings) formés pour une meilleure interaction avec le citoyen.
Les transactions seront gérées par téléphone ou par application dédiée. «Le cash n’étant plus nécessaire et les contrôles seront réalisés par visio contrôle permanent mobile depuis des véhicules automobiles dédiés», conclut Inghilesi.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc