×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Banques: La bombe à retardement des impayés s’épaissit

Par Franck FAGNON | Edition N°:5877 Le 03/11/2020 | Partager
Le stock en hausse de 9 milliards de DH sur neuf mois à 79 milliards de DH
Le taux d’impayé à 11,6% pour les entreprises privées et 9,4% pour les ménages
L’évolution de la situation sanitaire compromet un rebond rapide de l’activité économique

C’est un coup dur pour le secteur du tourisme et les activités exportatrices et indirectement leurs créanciers notamment les banques. La reconduction du confinement chez plusieurs des partenaires économiques du Maroc va exacerber les difficultés dans un certain nombre de secteurs et allonger la durée de sortie de crise.

banques-077.jpg

Au-delà de la dégradation de la qualité des portefeuilles, l’ampleur de la hausse du coût du risque traduit aussi une approche de provisionnement très conservatrice en l’absence de visibilité sur l’évolution de la situation sanitaire et des perspectives économiques

En interne, l’évolution de la situation sanitaire continue de contrarier la relance. Le nombre de contaminations quotidien épaissit aussi la probabilité d’un reconfinement, tout  au moins des territoires où la circulation du virus est forte. Pour le secteur bancaire qui s’attend à une envolée des créances en souffrance malgré les amortisseurs mis en place par le gouvernement et Bank Al-Maghrib, les choses ne pouvaient pas plus mal tourner. Ce qui va compliquer le traitement des créances en souffrance. Celui-ci dépendant d’une reprise rapide de l’activité afin de limiter les dégâts dans le tissu productif.

Selon Bank Al-Maghrib, le stock des créances en souffrance a atteint 79 milliards de DH à fin septembre en hausse de 14,6% sur un an et de 13% sur sept mois. Les impayés ont augmenté de plus de 9 milliards de DH depuis le début de l’année.

La qualité des portefeuilles s’est nettement dégradée du côté des entreprises privées que des ménages. Le taux de sinistralité s’est établi à 11,6% pour les entreprises en dégradation 0,9 point en neuf mois. Du côté des ménages, 9,4% des crédits sont revenus impayés contre 8,4% à fin 2019.

Depuis la fin des moratoires sur les échéances des crédits, les impayés ont accéléré. Ils ont augmenté de 1,7 milliard de DH en septembre sur un mois et de 5,3 milliards de DH au cours des quatre derniers mois.

Au premier semestre, le coût du risque des banques cotées avait flambé de 141% à 8,8 milliards de DH. L’ampleur de la hausse traduirait aussi une approche de provisionnement très conservatrice en l’absence de visibilité sur l’évolution de la situation sanitaire et des perspectives économiques.

F.Fa

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc