×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Régions

Marrakech: Pas de reprise sans Jemaâ el Fna

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5873 Le 27/10/2020 | Partager
Hôtels et musées rouvrent leurs portes alors que la place mythique reste silencieuse
Conformément aux consignes de sécurité, la halqa est toujours interdite

La vie culturelle reprend progressivement à Marrakech avec la réouverture de plusieurs lieux cultes de la ville. Il en est ainsi des Jardins Majorelle, du musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau, Dar Si Said, Dar El Bacha, Al Macaal, les jardins secrets, le musée Yves-Saint Laurent… Après plusieurs mois de fermeture en raison de la situation sanitaire, leurs équipes ont préparé la reprise des activités tout en veillant à la sécurité du public.

marrakech-jemaa-el-fna-073.jpg

L’Association du Grand Atlas et le CDRT ont organisé un spectacle «encadré» regroupant différentes troupes de la place pour faire sortir Jemaâ el Fna de sa torpeur et soutenir matériellement les artistes de la place (Ph. Mokhtari)

Les musées ont adopté de nouvelles conditions d’accès, respectant les mesures de distanciation et le port obligatoire du masque. Ils ont aussi adopté des tarifs plus bas en cette période. Les hôtels qui avaient fermé leurs portes sont aussi  de la partie.

La Mamounia, Le Mandarin, Hivernage Collection ont rouvert leurs portes alors que le Royal Mansour, le Four Seasons reprennent leurs activités fin octobre, tout en espérant un retour des touristes étrangers et nationaux. A noter que les restrictions sur la mobilité ont déjà fait perdre, à la première ville touristique du Maroc, la saison d’été et celle de la Toussaint.

«Les fêtes de fin d’année (Noël et réveillon) sont  également compromises», ont annoncé les professionnels du tourisme, invités au Club de L’Economiste la semaine dernière (Cf.L’Economiste n°5872 du 26 octobre 2020). Si les hôtels et les musées rouvrent progressivement leurs portes, rien en revanche n’est annoncé pour la place mythique de Jemaâ el Fna. Les rassemblements étant toujours interdits, la place demeure toujours aussi silencieuse et ses artistes sans travail et sans ressources.

Ils ont même été obligés de vider les lieux pour se conformer aux consignes des autorités compétentes en attendant des jours meilleurs. C’est ce qui a poussé d’ailleurs des ONG, le Centre de développement de la région du Tensift (CDRT) et l’Association Grand Atlas à organiser en coordination avec la wilaya de la région Marrakech-Safi une campagne de dons.

Ce fut également l’occasion de tenir un spectacle, encadré par les autorités, regroupant différentes troupes de la place pour faire sortir Jamaâ el Fna de sa torpeur et soutenir matériellement les artistes de la place. Une sorte de retour à la normale, mais tout aussi «encadré», de ce lieu mythique, qui aspire accueillir dans un avenir très proche, ses visiteurs et ses artistes.

A défaut, c’est tout un capital immatériel qui risque de disparaître. Inscrit en 2008 sur la liste représentative de l’Unesco, ce patrimoine est en péril, alertent les ONG et les associations d’artistes. Pour le préserver, il est urgent de créer un fonds de solidarité pour les gens de la halqa et initier des projets  générateurs de revenus au bénéfice exclusif de la place, de ses artistes et de ses artisans.

De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc