×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Banques participatives: Des progressions «étonnantes» au premier semestre

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5873 Le 27/10/2020 | Partager
Le PNB du secteur bancaire participatif bondit de 75% à fin juin
Le résultat net toujours déficitaire mais se résorbe
Nécessité de mobiliser l’épargne pour mieux se développer

Si la Covid-19 fait peser un risque sur le secteur bancaire participatif encore fragile et menace de le vouer à l’échec, les banques et fenêtres participatives affichent, étonnamment, des tendances prometteuses au premier semestre. C’est l’une des principales conclusions du rapport de Finéopolis Institute qui analyse leurs résultats semestriels.

Le secteur qui boucle le troisième exercice plein de son histoire s’en sort, le moins que l’on puisse dire, bien en dépit de la crise sanitaire et économique engendrée par le coronavirus. Pour preuve, un PNB qui a littéralement explosé, +75%, pour s’établir à 140,5 millions de DH.

Ceci dit, les banques et fenêtres participatives restent toujours déficitaires mais elles résorbent leurs pertes d’année en année. «Le secteur bancaire participatif a commencé à résorber ses pertes en passant d’un déficit de 207,4 millions en juin 2019 à une perte de 183,6 millions de DH à fin juin 2020 en matière de résultat net, soit une réduction de 11%», soutient le cabinet. Parallèlement, les charges d’exploitation ont progressé de 8% pour s’établir à 315 millions de DH.

Pour ce qui est de l’activité, l’encours de financements accordés par le secteur bancaire participatif a bondi de 59% pour atteindre 7,7 milliards de DH. A lui seul le produit Mourabaha qui est marqué par une forte concentration du financement immobilier s’accapare plus de 88%. Même constat pour les ressources qui enregistrent toutefois des progressions plus contenues.

Le nombre de comptes à vue augmente de plus de 38% en glissement annuel et l’introduction des dépôts d’investissements a permis de mobiliser un total de 2,9 milliards de DH avec une progression de 19,89% sur les six premiers mois de l’année. «Néanmoins, le ratio de transformation reste considérablement déséquilibré avec un taux de plus de 376%», relève Finéopolis Institute.

En dépit de ses progressions, le secteur bancaire participatif représente peu dans le système bancaire avec à peine 1% de l’encours bancaire global. Ce chiffre est encore moins significatif (0,27%) lorsqu’il s’agit des dépôts bancaires participatifs.

A cela s’ajoute l’absence de couverture Takaful qui fait peser un risque social sur les banques et fenêtres participatives. Sans parler du déséquilibre de leur gestion bilancielle qui est, comme l’assure le cabinet, une des conséquences directes de l’enchérissement des produits bancaires participatifs par rapport aux produits conventionnels. D’où l’importance de concentrer les efforts dans la mobilisation de l’épargne, à travers la proposition d’une offre de services de «la banque au quotidien».

Une couverture géographique encore faible

En matière de couverture géographique, le secteur bancaire participatif est représenté à travers un réseau de 146 agences dédiées et points de vente au sein d’agences classiques. Ce réseau est en augmentation de 18% en glissement annuel. Cependant, le secteur bancaire partici¬patif ne représente que 2,23% du réseau bancaire national qui compte 6.539 agences.

Moulay Ahmed BELGHITI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc