×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Le commerce montre des signes de redressement

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5871 Le 23/10/2020 | Partager
Une hausse de 7,2% en 2021, ce qui redonne de l’optimisme
La vente des produits liés à la pandémie a été particulièrement forte

Le commerce mondial montre des signes de reprise par rapport à la forte baisse provoquée par la pandémie Covid-19. Dans ses récentes perspectives (Octobre 2020), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) prévoit une baisse de 9,2% du volume du commerce mondial des marchandises pour 2020, puis une hausse de 7,2% en 2021.

D’après les données actuelles, la baisse prévue pour l’année en cours serait moins importante que les 12,9% attendus au titre du plus optimiste des deux scénarios présentés dans les prévisions publiées en avril.

croissance-071.jpg

Le commerce mondial des marchandises en volume devrait chuter de 9,2% en 2020. La baisse prévue est inférieure aux 12,9% annoncés dans le scénario d’avril. Le taux devrait rebondir à 7,2% en 2021. Tout dépendra de l’évolution de la crise sanitaire et économique

Pour les économistes de l’OMC, les bons résultats commerciaux enregistrés en juin et juillet ont redonné un peu d’optimisme quant à la croissance globale du commerce cette année. Au cours de ces mois, les mesures de confinement ont été assouplies et l’activité économique s’est accélérée.

Les mesures de confinement et les restrictions en matière de voyages ont imposé d’importantes contraintes du côté de l’offre aux économies nationales. Ce qui a réduit la production et l’emploi dans des secteurs qui sont généralement résistants aux fluctuations des cycles conjoncturels, en particulier les services non marchands. Dans le même temps, des politiques monétaire et budgétaire vigoureuses ont stimulé les revenus. Ce qui a permis à la consommation et aux importations de reprendre dès que les mesures de confinement ont été assouplies.

La poursuite de la reprise à moyen terme dépendra de la vigueur de l’investissement et de l’emploi. L’un et l’autre pourraient être compromis si la confiance était ébranlée par de nouvelles flambées de Covid-19. Ce qui pourrait forcer les gouvernements à réintroduire des mesures de confinement.

En conséquence, le risque de révision à la baisse des prévisions est important, selon l’OMC. Une correction à la hausse pourrait se produire si un vaccin ou d’autres traitements médicaux se révélaient efficaces, mais leur impact serait moins immédiat. D’autres facteurs pourraient contribuer à améliorer les résultats commerciaux. Sur la liste figurent les effets de richesse créés par la vigueur des marchés de l’immobilier et des marchés boursiers, et un coup de fouet donné à la croissance par de nouveaux secteurs technologiques tels que ceux de l’intelligence artificielle et du commerce électronique.

 Ce que dit la Cnuced

Dans sa publication trimestrielle «Global Trade Update», la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) prévoit une contraction de la valeur du commerce mondial de 7 à 9% par rapport à 2019. Et ce, en fonction de l’évolution de la pandémie pendant les mois d’hiver. La Cnuced confirme que les tendances commerciales se sont améliorées grâce à la reprise plus rapide que prévue des activités économiques en Europe et en Asie de l’Est.

Comme annoncé sur nos colonnes (cf. notre édition N°5870 du jeudi 22 octobre 2020), la Chine en particulier a relancé son économie beaucoup plus tôt que prévu. Les exportations chinoises se sont stabilisées au deuxième trimestre 2020 et ont fortement rebondi au troisième trimestre (avec des taux de croissance de près de 10% en glissement annuel).

L’évaluation du commerce dans différents secteurs montre que les industries de l’énergie et de l’automobile ont été les plus durement frappées par la pandémie. En revanche, grâce au télétravail et aux mesures de protection personnelle, on assiste à une forte croissance dans des secteurs tels que les équipements de communication, les machines de bureau, le textile et l’habillement.

Les exportations de fournitures médicales permettant de lutter contre la Covid-19 en provenance de Chine, de l’Union européenne et des Etats-Unis sont passées d’environ 25 milliards de dollars à 45 milliards de dollars par mois entre janvier et mai 2020. Et depuis avril, le commerce de ces produits a augmenté en moyenne de plus de 50%.

Fatim-Zahra TOHRY

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc