×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Club Med: Le Maroc, nouvelle destination premium

Par Ghizlaine BADRI | Edition N°:5871 Le 23/10/2020 | Partager
henri-giscard-destaing-071.jpg

«Notre zone opérationnelle est basée à Casablanca à partir de laquelle nous gérons les implantations au Maghreb et en Afrique. Nous sommes en pourparlers avec la RAM pour utiliser Casablanca comme point névralgique pour des circuits vers l'Afrique» souligne Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med (Ph. Joel Saget - AFP)

Club Med lance un village à Essaouira et modernise ceux de Marrakech et Cabo Negro. Un mémorandum d’entente a été signé par le ministère du Tourisme, l’Office national marocain du tourisme, la Société marocaine d’ingénierie touristique et le groupe Club Med, le 19 octobre dernier. Dans une interview exclusive accordée à un média marocain et africain, Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med, livre à L’Economiste les détails de sa stratégie.  
 
- L'Economiste: Vous venez d'annoncer 3 projets Club Med dont un nouveau site à Essaouira. Quel sera leur positionnement?
- Henri Giscard d’Estaing:
Notre volonté est de développer la destination Maroc car le pays a tous les atouts d’une grande destination touristique haut de gamme mondiale.
Le Maroc combine l’histoire, la culture, la gastronomie, la qualité des services et le sens de l’accueil tout en offrant à ses visiteurs des sites d’une grande beauté. Pour qu'il puisse attirer une nouvelle clientèle asiatique comme les Chinois, les Américains ou les sud-américains, il faudrait que toutes les conditions nécessaires soient réunies pour répondre à leurs attentes.
Tout d’abord, nous allons bien évidemment continuer à répondre à la demande de notre clientèle traditionnelle francophone et européenne (France, Belgique et Royaume-Uni). Dans ces marchés classiques, nous allons nous adresser aux familles - qui cherchent des prestations d’expérience haut de gamme – et notamment les familles «3 générations»: Grands-parents, parents et enfants qui représentent 20% de notre clientèle. Ensuite, pour le Club Med d’Essaouira, notre projet est de proposer cette destination à cette clientèle, qui apportera à la ville une dimension familiale.

- A quels segments de marchés vont-ils s'adresser?
- Pour contribuer à faire du Maroc une destination mondiale, notre souhait est de proposer la double destination Marrakech-Essaouira à une clientèle long courrier. Le premier marché du Club Med est la France, suivie de la Chine, qui est un marché gigantesque. Afin de s’adresser à cette dernière, il faut répondre à certains critères. Pour un séjour en moyenne de 8 jours, nous avons pensé qu’il fallait intégrer plusieurs formules, dont l’une est la combinaison d’un circuit Marrakech-Essaouira, qui sont deux lieux totalement complémentaires. L’idée est de créer un écosystème avec un séjour combiné pour ces familles. Concernant la Chine, le Maroc prévoit une année Maroc-Chine et développe ses dessertes aériennes avec la RAM. Avec notre partenariat privilégié avec la Chine, où nous sommes le principal opérateur touristique européen, nous souhaitons participer à cet essor sino-marocain.

- Bénin, Sénégal…, vous avez aussi renforcé votre stratégie de développement en Afrique de l’Ouest. Quelles synergies avec le Royaume?   
- En effet, nous sommes convaincus de la potentialité de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique du Sud où nous avons déjà lancé notre projet. Notre ambition est également de nous implanter en Afrique de l’Est. Il faut dire que depuis le temps que nous parcourons le continent Africain, nous y avons d’immenses potentialités. L’Afrique regorge de richesses naturelles, animales, balnéaires et au Bénin, qui représente l’une des plus anciennes cultures africaines, nous avons décidé d’offrir cette belle destination à nos grands voyageurs. Le Maroc tout naturellement doit occuper une place prépondérante dans cette dynamique, car le pays a les capacités économiques et politiques pour un développement en Afrique. Nous travaillons activement à aiguiser cette synergie pour optimiser la dynamique africaine.

- Quelle est la place du Maroc dans votre stratégie continentale?
- Notre zone opérationnelle est basée à Casablanca et à partir de laquelle nous gérons les implantations au Maghreb et en Afrique. L’optique est de créer pour cette clientèle un circuit plus lointain avec une escale au Bénin. Nous sommes en pourparlers avec la RAM pour utiliser Casablanca comme point névralgique. Nous travaillons avec notre partenaire marocain la CDG, ainsi qu’avec notre partenaire panafricain Grit Real Estate Income Group qui a déjà investi dans divers projets à l’île Maurice, au Sénégal, en Afrique du Sud et au Kenya pour faciliter cette transition et ces synergies continentales. Le Maroc est l’une de nos destinations principales dans la région Europe du Sud-Afrique, avec l’Italie.

Propos recueillis par Ghizlaine BADRI

club-med-marrakech-071.jpg

 L’investissement pour le site de Marrakech, dont le bail est prolongé jusqu’en 2031, est de 274 millions de DH pour répondre aux familles «3 générations» (Ph. CM)

                                                                              

Solidarité en temps de crise

«Nous sommes implantés au Maroc et nous y sommes toujours très actifs depuis près de 60 ans», rappelle Henri Giscard d'Estaing. Le premier Club Med a vu le jour en 1963 à Al Hoceima, puis ensuite est arrivé le Club Med à Agadir en 1966, qui a été le premier établissement à avoir été construit «en dur» dans le monde. En 2004, le groupe a lancé sa stratégie de montée de gamme au Club Med de la Palmeraie à Marrakech, premier resort qui a incarné et symbolisé ce mouvement stratégique. «Le Maroc est une destination phare pour le Club Med et nous avons toujours été présents à ses côtés dans les moments difficiles. Aujourd’hui, alors que le secteur du tourisme continue de souffrir de cette crise sans précédent, il nous semblait symbolique et important de rouvrir notre Resort de Marrakech et de présenter nos nouveaux projets dans le pays. Ces derniers ont été actés, il y a 10 mois à présent, et retardés par cette crise sanitaire inédite. Cette nouvelle étape est pour nous essentielle, car elle nous permet de capitaliser sur les formules gagnantes», précise le PDG du Club Med. C’est donc un signal positif que nous sommes aujourd’hui heureux d’annoncer à travers la réouverture de Marrakech dans des conditions sanitaires optimum offertes par le Royaume. Et avec le projet d’Essaouira qui nous tient particulièrement à cœur.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc