×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Echanges extérieurs: L’investissement en berne

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5870 Le 22/10/2020 | Partager
Equipements, intrants et produits énergétiques en forte baisse
Seuls les achats de produits alimentaires augmentent

 Energie, produits bruts et biens d’équipement affichent un recul fort prononcé à l’import sur les huit premiers mois. C’est bien évidemment l’effet de la pandémie. Mais au-delà, les incertitudes qui entourent l’issue exacerbent l’attentisme parmi les investisseurs.

echanges-exterieurs-070.jpg

A fin août dernier, la facture énergétique a plongé du tiers par rapport à la même période de 2019. Elle s’est établie à 34,4 milliards de DH contre  près de 52 milliards, une année auparavant. C’est l’effet prix mais aussi la baisse des volumes réceptionnés: 4 millions de tonnes contre 4,6 millions

«Du coup, de nombreux projets sont à l’arrêt ou attendent d’être lancés», indiquent certains milieux professionnels. Ces derniers n’excluent pas un changement de la tendance dès le début de l’année prochaine si le budget actuellement en discussion s’annonce favorable.

Pour le moment, les indicateurs des échanges extérieurs à fin août dernier ne prêtent pas à l’optimisme. Aussi bien les achats que les ventes à l’international accusent des baisses abyssales pour la quasi-totalité des produits. La facture énergétique a plongé de plus de 33% à 34,4 milliards de DH. C’est l’effet prix mais aussi la baisse des volumes réceptionnés: 4 millions de tonnes contre 4,6 millions. Les prix ont également baissé de plus de 30%. A fin août dernier, la tonne était négociée à moins de 4.000 DH au lieu de 5.680 DH à la même période de 2019. (Voir infographie).  

Dans le même sillage, les biens d’équipement ont fondu de plus de 15 milliards de DH, les demi-produits utilisés dans la fabrication ont accusé une chute de 9,4 milliards et les produits bruts un peu plus de 2,4 milliards de DH.
En revanche, les achats de produits alimentaires ont augmenté de plus de 7,5 milliards de DH. Ils ont culminé à 39,1 milliards de DH contre 31,6 milliards à fin août 2019. Le surplus s’explique surtout par les acquisitions des céréales (blé, orge et maïs) dont la facture frôle les 11 milliards de DH.  

tranfert-mre-070.jpg

Les transferts des MRE affichent une certaine résilience. En dépit de la conjoncture de la pandémie, il n’a été enregistré qu’une légère baisse des flux de 2,3%

Au total, les importations sur les huit premiers mois se sont chiffrées à 272,4 milliards de DH contre 326,8 milliards, un an auparavant, soit une chute de 16,6%. De leur côté les exportations accusent une forte baisse de plus de 15%. Le recul touche en particulier des secteurs réputés pour être des leviers du développement des ventes à l’extérieur. C’est le cas de l’industrie automobile dont les principales composantes affichent de fortes chutes. Il s’agit des ventes du câblage (-33,3%), de la construction (-25,2%) et de l’intérieur véhicules et sièges (-20%). La part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 24,7% contre 27,3% un an auparavant.

En ce qui concerne les exportations du secteur textile et cuir, celles-ci ont été affectées par le recul des ventes des vêtements confectionnés: environ 5 milliards de DH. Alors que les expéditions de bonneterie ont perdu près de 1,4 milliard de DH. Même l’activité des phosphates et dérivés qui affichait une certaine résilience sur le premier semestre a fini par céder le pas à fin août dernier.

L’export du groupe OCP ayant dégringolé de 5,6%. Cette baisse  provient essentiellement du recul des ventes de l’acide phosphorique de 29,7%. Par contre, les exportations des engrais naturels et chimiques enregistrent une hausse de 5%. La part de ce secteur dans le total des exportations gagne 2,1 points passant de 18,3% à fin août 2019 à 20,4% sur les huit premiers mois.

                                                                   

Services: L’excédent perd 22,8 milliards de DH

A fin août dernier, la balance des échanges de services affiche un excédent en baisse de 37,9% ou 22,8 milliards de DH. Le solde s’établit ainsi à 37,4 milliards de DH contre 60,2 milliards à la même période de 2019.
Le recul s’explique aussi bien par la baisse de l’export que de l’import. En ce qui concerne les ventes, celles-ci se sont contractées de près de 33% à 83 milliards de DH. Alors que les achats se sont inscrits également en forte baisse de 28%.
Quant aux recettes voyages, principale composante des exportations de services, elles atteignent 23,5 milliards de DH contre 52,6 milliards une année auparavant. Bien que les dépenses aient baissé de plus de moitié d’une période à l’autre, l’excédent de la balance voyages s’est effondré de 56,8% à 21,8 milliards de DH.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc