×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Stratégie de lutte contre la Covid-19: El Othmani malmené par les députés

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5869 Le 21/10/2020 | Partager
Les groupes de l’opposition ont taclé le chef du gouvernement sur la gestion de cette crise
Il a affirmé que son équipe «ne prête pas attention à ce discours pessimiste»
Relance économique, création d’emplois, couverture sociale… les principales priorités
el-othmani-069.jpg

Ça a chauffé entre les groupes parlementaires de l’opposition et Saâdeddine El Othmani, lors de la 1re séance mensuelle des questions de politiques publiques à la Chambre des représentants. Face aux critiques de l’opposition, le chef du gouvernement a choisi l’attaque en affirmant que «certains ne semblent pas assimiler que nous sommes face à une véritable catastrophe, dont les répercussions dépassent ce qui peut être fait par les gouvernements» (Ph. Bziouat)​

Pour son premier grand oral de la rentrée parlementaire, Saâdeddine El Othmani était attendu de pied ferme par les députés, particulièrement ceux des partis de l’opposition. Le chef du gouvernement a été interpellé sur la stratégie de son équipe pour faire face aux effets de la crise Covid-19. L’ambiance était électrique lors de cette séance mensuelle des questions des politiques publiques.

Les groupes parlementaires de l’opposition se sont élevés contre certaines déclarations d’El Othmani, lors de sa réaction aux questions qui lui ont été adressées. Celui-ci a dit «regretter que certaines questions avancent que le gouvernement présente des données contradictoires», estimant que «certains ne semblent pas assimiler que nous sommes face à une véritable catastrophe, dont les répercussions dépassent ce qui peut être fait par les gouvernements».

Des déclarations qui ont suscité l’ire des groupes de l’opposition, surtout que le chef du gouvernement a fait savoir que son équipe «ne prête pas attention à ce discours pessimiste qui sème le doute».

■ Appui à la production locale, renforcer la résilience des entreprises…  
Le constat est largement partagé, comme l’a rappelé El Othmani: la crise de la Covid-19 a eu des répercussions négatives sur l’économie. «Tous les indicateurs ont été impactés durant cette année, avec un taux de croissance à 0,1% durant le premier trimestre, avant de passer à -8,7% durant le 3e trimestre, avant de s’établir à -5,8% selon les prévisions pour la fin d’année. Cette tendance devra se poursuivre en 2021», selon le chef du gouvernement. Pour inverser la tendance, une série de mesures ont été lancées, dont le nouveau fonds d’investissement qui devra s’impliquer dans les efforts d’investissement public, dont la valeur devra atteindre 230 milliards de DH, selon les prévisions du PLF 2021. El Othmani a mis l’accent sur d’autres mesures parallèles, visant à «renforcer la résilience de l’économie nationale et donner un coup de fouet à la compétitivité des entreprises». L’une des principales mesures annoncées concerne l’appui à la production nationale en vue de remplacer les importations pour une valeur de 34 milliards de DH. S’y ajoute la relance du programme Intelaka, notamment en introduisant des incitations fiscales, avec une exonération d’IR durant 24 mois pour les entreprises qui embauchent des jeunes en CDI. El Othmani a également insisté sur l’importance de l’activation de la préférence nationale dans les marchés publics, notamment avec l’obligation du respect d’une part de 15% au profit des sociétés marocaines dans le domaine des études et consulting.

■ Couverture sociale: La généralisation bientôt en marche 
Annoncé par le Souverain lors du discours d’ouverture de la session d’octobre au Parlement, le chantier de généralisation de la couverture sociale sera bientôt lancé. El Othmani a annoncé que le gouvernement se penche actuellement sur la conception de ce programme, dont l’implémentation se déclinera sur les 5 prochaines années. «La mise en œuvre de ce programme s’étendra au-delà de l’actuel mandat du gouvernement», a noté El Othmani. Il a rappelé que ce chantier s’articule autour de plusieurs axes, notamment la généralisation de l’AMO, à court terme, au profit de 22 millions de personnes. Ce dispositif devra concerner certaines catégories dont celles inscrites actuellement au Ramed, ainsi que les professions libérales et les travailleurs indépendants. S’y ajoute la généralisation des indemnités familiales pour couvrir 7 millions d’enfants en âge de scolarisation. L’élargissement du régime de retraite est également au menu, en vue d’intégrer 5 millions de nouveaux bénéficiaires. Idem pour le régime d’indemnité de perte d’emploi, qui devra concerner tous les Marocains qui disposent d’un travail permanent. Le gouvernement devra également lancer l’implémentation du nouveau Registre social unifié, avec une expérience pilote, dans un premier temps, avant de le généraliser à toutes les préfectures et provinces.

■ Emploi: Le plan national actualisé
Les pertes d’emplois sont l’une des principales conséquences de l’actuelle crise. C’est aussi l’une des principales priorités du gouvernement, qui a procédé à l’actualisation du Plan national d’emploi 2017-2021. A une année de l’échéance de ce programme, l’équipe d’El Othmani va y introduire une série d’amendements. Parmi les mesures prévues: conditionner les incitations au niveau de la Charte d’investissement par le nombre d’emplois créés, parallèlement au renforcement des mécanismes de suivi et d’évaluation, notamment de l’accès des coopératives et des auto-entrepreneurs aux marchés publics. Cela devra s’accompagner de la mise en place de programmes régionaux pour l’insertion économique des jeunes.

                                                                                          

Mobilisation pour la campagne de vaccination

Le Maroc veut être prêt pour le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 dès que les vaccins seront prêts. C’est ce qu’a annoncé El Othmani, qui a souligné que son équipe est mobilisée, via une approche d’anticipation, en vue de garantir l’accessibilité au vaccin au niveau de toutes les régions, dès la confirmation de son efficacité. Le chef du gouvernement a rappelé que des accords ont été signés avec deux groupes pharmaceutiques. «Les essais cliniques sont en phase finale et les résultats sont prévus pour mi-novembre», a-t-il fait savoir. Le département de la Santé se penche actuellement sur l’élaboration d’une stratégie pour assurer le bon déroulement de la campagne de vaccination, notamment pour les aspects logistiques. Le chef du gouvernement a promis de tenir l’opinion publique informée de l’évolution de ce dossier.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]m
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc