×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Vantage Capital: La santé, un secteur rentable

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5860 Le 08/10/2020 | Partager
Malgré le Covid, la santé promet des retours sur investissement intéressants
Le Maroc avec une augmentation de l’espérance de vie est un terrain propice
Après les cliniques, les laboratoires pathologiques en ligne de mire
luc-albinski-000.jpg

Pour Luc Albinski, le potentiel du secteur de la santé au Maroc est très important. Il est aidé, en cela, par toutes les initiatives gouvernementales visant à développer ce secteur stratégique (Ph. VC)

Fondé par le professeur en cardiologie Assad Chaara, CIM Santé vient de finaliser une levée de fonds de 28 millions de dollars (près de 260 millions de DH) et accueillir Vantage Capital, gestionnaire de fonds mezzanine à son tour de table (voir notre édition n°5857 du lundi 5 octobre 2020). Ce financement permettra à la holding marocaine de cofinancer l’extension de la clinique de Marrakech et l’ouverture de nouveaux hôpitaux privés aux standards internationaux à Tanger et Casablanca. Entretien avec Luc Albinski, directeur associé de Vantage Capital.

- L’Economiste: Vous investissez dans un secteur délicat, celui de la santé, surtout au Maroc. Comment voyez-vous le potentiel de ce marché?
- Luc Albinski:
Je pense que c’est un secteur en pleine développement qui atteint une croissance moyenne de 5% par an. De grandes tendances soutiennent cette évolution: une population qui est en transition épidémiologique en raison de la baisse de la mortalité infantile, de l’augmentation de l’espérance de vie et la réduction des maladies transmissibles en plus de l’augmentation de la prévalence des maladies non transmissibles et donc le besoin en services médicaux. Il y a un segment de personnes âgées en croissance au Maroc: même si la population est jeune, il y a de plus en plus de personnes âgées.
 
- Quel peut être l’apport du privé dans le système de santé au Maroc?
- Malgré les investissements de l’Etat dans la santé, le système n’arrive pas à couvrir tout le monde et le secteur privé vient compléter cet effort. Je trouve que la politique gouvernementale du Maroc soutient l’initiative privée. Il y a une volonté de l’Etat d’augmenter la couverture de la population par le système national de santé. L’AMO et le Ramed couvrent tous les deux autour de 60% de la population et le gouvernement veut atteindre l’ensemble de la population dans les deux ans, ce qui reste très ambitieux.
Pour faciliter cet accès aux soins, le gouvernement a autorisé depuis 2014 des investisseurs autres que les médecins à développer le secteur et diversifier les sources de financement dans le secteur de la santé. La tarification des actes médicaux a été mise à jour, avec de nouvelles procédures jusqu’alors absentes de la liste, donc il y a plein de raisons pour croire que ce secteur est promis à un bel avenir.
 
- La réforme est aussi attendue du côté des laboratoires pathologiques, la filière vous intéresse-t-elle?
- Nous avons déjà des partenariats avec des laboratoires et des biologistes. En fait, les clients de nos cliniques auront accès à leurs services et si la réforme aboutit et on arrive à avoir une ouverture du capital des laboratoires de pathologie, on va certainement exploiter cette opportunité pour renforcer notre présence dans ce secteur.
 
- Vantage Capital a-t-il d’autres participations au Maroc?
- Dans le secteur de la santé nous sommes engagés avec CIM. Mais le Maroc est un pays clé pour Vantage, nous avons investi en octobre 2019 dans Equity Invest, une holding qui détient plusieurs participations dans le secteur IT et technologie. Nous sommes aussi en train de regarder d’autres opportunités d’investissements au Maroc et on espère conclure une troisième participation en 2021. Nous étudions des projets dans divers secteurs comme l’enseignement, les services, ou encore l’agroalimentaire et l’immobilier. Ce sont des secteurs qui nous paraissent attrayants en ce moment.

Propos recueillis par Ali ABJIOU

                                                                                

Spécialiste des fonds mezzanine

Vantage Capital, gestionnaire de fonds en Afrique, spécialisé dans les opérations de financement en dette mezzanine, signe avec l’opération CIM Santé sa première en fonds propres. Vantage Capital compte parmi ses investisseurs la Banque européenne d’investissement, l’allemand DEG, Sifem, le fonds d’investissement suisse pour les pays émergents ainsi qu’un certain nombre de fonds de retraite qui sont classés parmi les plus grands du continent africain ou encore de fonds de dotation allemand et britannique.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc