×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casa-Settat: Des pistes de relance sectorielles

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5835 Le 03/09/2020 | Partager
Le comité régional de veille économique rend sa copie
Un travail de fond mené auprès des professionnels tous secteurs confondus
Tourisme, industrie, artisanat, commerce, BTP…
damane-axygene-035.jpg

365 recommandations et des pistes de relance pour les secteurs les plus impactés par la crise Covid. Le Comité régional de veille économique de la région de Casa- Settat (CRVE) vient de rendre public le fruit d’un travail orchestré par le CRI. Un document ayant mobilisé plus de 120 organismes, dont CGEM, fédérations, confédérations sectorielles et associations professionnelles, chambres professionnelles, banques, universités, collectivités territoriales, SDL, délégations ministérielles...

Huit groupes de travail sectoriels ont été constitués (sous la houlette du CRI) dans l’objectif de débattre et d’apporter des idées, des projets et des recommandations à même de permettre la reprise de l’activité des secteurs les plus impactés, à savoir le tourisme, l’industrie, l’artisanat et l’économie sociale et solidaire, les industries créatives et culturelles, le commerce, l’agriculture et la pêche, les BTP ou encore le climat des affaires. Les recommandations et les pistes d’actions concernent  principalement les volets liés au financement, à la fiscalité, le foncier, l’accompagnement, la digitalisation et facilitation administrative, la formation, la promotion et marketing territorial, le développement durable et inclusif et bien d‘autres.

A cet effet, les groupes de travail, présidés chacun par un chef de file, doivent pousser la réflexion et classer parmi les 365 recommandations recueillies, celles à caractère conjoncturel, celles à caractère prioritaire et celles nécessitant des préalables, tout en identifiant les mesures à déployer  sur le court, le moyen et le long termes.

Dans un rapport de 117 pages, le comité régional de veille économique liste les principaux indicateurs de la région, rappelle les mesures phares du Comité national de veille économique et explique la démarche participative adoptée pour l’élaboration de ce travail. Un exercice qui rappelle le travail du think tank, lancé par l’ex-wali Khalid Safir en 2014 à Casablanca (suite au discours royal d'octobre 2013). Ses recommandations, restituées en 2015, avaient débouché sur le lancement, un an plus tard, du «plan de développement 2015-2020».

Cette fois-ci, Said Ahmidouch, wali de la région Casa-Settat, se prête donc au même exercice afin d’atténuer l’impact de la crise Covid-19 sur l’économie régionale. Il a d’ailleurs souligné l’importance que constitue ce vivier de recommandations et qu’il est maintenant attendu de la part de tous les intervenants un travail de «hiérarchisation, de priorisation afin de pouvoir traduire sur le terrain les actions les plus concrètes et qui répondent aux contraintes économiques liées à la conjoncture actuelle».  Voici les grandes lignes des recommandations secteur par secteur.

■ Artisanat et économie solidaire: Développer l’e-commerce
Arrêt total ou partiel de l’activité, annulation de commandes nationales et internationales, baisse du chiffre d’affaires (67,61%) … L’état des lieux est catastrophique pour ce secteur. Pis encore, la valeur des exportations à chuté de  65 ,44% au niveau de l'aéroport et de 58% au niveau du port. Sans oublier l’impact de l’annulation des foires et expositions … Résultat : des pertes d’emplois dans le secteur avec ce qui s’ensuit comme  précarité sociale  et incapacité à honorer les engagements (eau, électricité, loyer…). Pas moins de 34 recommandations ont été recueillies.  Sur le volet financement, à titre d’exemple, il a été recommandé de mettre en place un fonds de développement régional des coopératives avec un programme d’emploi adapté sous forme de subventions, primes d’investissement et prêts d’honneur à 0% d’intérêt. Pour la promotion de leurs produits, les professionnels recommandent d’encourager les coopératives à obtenir le droit d'utiliser «le label qualité» via des primes d’investissement et l’achat des produits coopératifs par les acteurs publics et privés à diverses occasions. Il est également recommandé de développer le commerce électronique à travers du branding, des partenariats avec des plateformes électroniques ou encore les réseaux de la grande distribution…  

■ Agriculture/pêche:Entre stress hydrique et arrêt d’activité
40% de production de betterave, 24% du lait et 15% des légumes. C’est ce que pèse Casa-Settat au niveau national. La région produit également l’essentiel de la viande blanche (54%) et de viande rouge (18%). Si les mesures de soutien, qui ont été déployées par le ministère ont permis la continuité de l’activité agricole, le secteur est soumis à une forte pression quant aux ressources hydriques. Pour sa part, l’industrie de transformation des produits de la pêche a enregistré l’arrêt de 28 unités sur un total de 67 (soit 57%)
La flotte active a diminué de 24% par rapport à 2019 , alors que les débarquements des produits de la pêche ont augmenté en poids (11%), mais ont diminué en valeur (50%). Sur le volet fiscal, il est recommandé d’exonérer de la TVA à l’importation des fourrages pour la filière laitière. De même, la création d’un statut employeur pour les petits agriculteurs ou les exploitants agricoles devrait assurer une couverture médicale et sociale aux employés à l’instar des pêcheurs et artisans qui ont une couverture médicale et sociale (retraite...) via la CNSS. Objectif: stabiliser et intéresser les jeunes à travailler dans le secteur agricole qui reste majoritairement informel. Parmi les 29 mesures préconisées, figurent également le lancement d’un écosystème industriel de valorisation autour des zones ostréicoles, d'algocultures et valorisation des produits agricoles de la région, l’indemnisation de 42.810 agriculteurs dans le cadre de l'assurance agricole, la subvention des aliments composés pour la filière laitière et la création d’un fonds régional pour l’accélération de la reconversion des agriculteurs aux énergies renouvelables.

■ BTP: Repli de 50% des ventes
Le secteur des BTP, qui représente pas moins de 24,5% du PIB national et 35,2 dans le PIB régional, est parmi les plus sinistrés. En plus de l’arrêt quasi total des chantiers en cours de construction, une baisse de 80% de l’activité a été enregistrée dans les chantiers relatifs à la lutte contre l’habitat insalubre… Les transactions immobilières ont chuté, pour leur part, de 30% au 1er trimestre. Pour les 3 mois à venir, les promoteurs immobiliers s’attendent à un repli de 50% des ventes en se basant sur plusieurs facteurs, notamment la renonciation ou l’annulation des contrats de vente en raison des préoccupations des clients dont les priorités ont changé suite à la Covid-19. Les intervenants et les professionnels opérant dans le secteur ont également vu leurs activités régresser, notamment les architectes, les bureaux d’études, les ingénieurs-topographes ainsi que les entreprises de construction. Les ventes de ciment ont aussi régressé de 50% en mai dernier par rapport au même mois de l’année précédente. Pour amorcer une sortie de crise, les professionnels recommandent de baisser les taxes locales appliquées sur les accès et les terrains non bâtis, de les exonérer provisoirement de la taxe sur l’occupation du domaine public, de réduire les taux d’enregistrement et d’immatriculation et de la TVA sur les intérêts bancaires des crédits logements destinés aux acquéreurs de logements économiques et sociaux pour encourager les transactions. Sur le volet foncier, ils ont appelé à dématérialiser davantage les procédures administratives relatives à l’urbanisme. Dans le même sillage, il a été proposé d’assouplir les procédures d’autorisation de construction de lotissements ou d’activités économiques et écourter les délais de leur octroi. Sans oublier la prise en considération de la période de pandémie Covid-19 en tant que force majeure de retard d’exécution des lotissements, ce qui pourrait se répercuter sur les délais de réception des projets.

■ Commerce: Réduire la TVA de 3 à 5 points
Pour relancer le commerce, qui a enregistré une baisse de plus de 70% pour 50% des entreprises, les professionnels proposent une série de 38 mesures. A commencer par l’exonération des paiements des taxes sur les baux des locaux commerciaux communaux pendant toute la période du confinement et la reprogrammation des paiements des arriérés de l’année 2020 sans intérêts. Parmi les recommandations: l’exonération des commerçants et professionnels (commerce de proximité et hammams traditionnels) des impôts pendant toute la période du confinement (taxe professionnelle, IR et taxes locales). Autre mesure fiscale: la réduction de la TVA de 3 à 5 points sur toute l’année 2020. Cette réduction pourrait être ciblée par type de catégorie de produits pour la relance de la consommation. Les professionnels proposent également la création d’une ligne de financement pour la gestion de la trésorerie avec des taux réduits et des délais allant jusqu’à 5 ans au profit des opérateurs dans le commerce de gros et l’accompagnement des commerçants pour les mesures étatiques: Relance TPE, Damane Relance et Damane Oxygène. Sur le volet accompagnement, les professionnels appellent à réfléchir à des mécanismes pour le maintien d’un niveau minimum de demande interne et de pouvoir d'achat et ce à travers des mesures d'encouragement de la consommation nationale.

produits-garnties-035.jpg

Le produit «Garantie Auto-Entrepreneurs Covid-19», alncé en avril dernier par la CCG, représente l’équivalent de 3 mois du chiffre d’affaires calculés sur la base de la dernière déclaration fiscale avec un plafond de 15.000 DH

■ Tourisme: 90% des établissements hôteliers à l’arrêt
Faute de reprise du trafic aérien à l’international, l’on peut estimer qu’à compter de début septembre, plus de 90% des établissements hôteliers seront contraints de fermer ou réduire leur activité. Le maintien de 80% du personnel statutaire aura un coût financier certain en raison du complément de salaire que l’employeur serait amené à effectuer sans parler des dépenses fixes de maintenance et de sécurité.
Pour les agences de voyages, le problème de règlement d’acomptes et de remboursement des clients versés aux hôtels se pose avec acuité. Les charges fixes, compléments de salaires, impôts et taxes réglées ont obéré une bonne partie de la trésorerie destinée aux remboursements des avoirs. S’y ajoute le non-remboursement des acomptes de l’opération Omra par les compagnies étrangères. Ce qui a mis en très grande difficulté financière les agences.
Le transport touristique est totalement en arrêt depuis fin février 2020. Ce sont 220 sociétés et près de 1.200 véhicules (autocars, minibus, vans…) ainsi que le personnel qui sont affectés. Il en est de même pour le secteur de la location de voitures qui compte 3.500 sociétés avec près de 60.000 véhicules et près de 17.500 emplois. Parmi les mesures préconisées: l’assouplissement et le report de certaines taxes pendant des périodes bien déterminées, la suppression des taxes locales jusqu'à la reprise de l’activité ou encore des solutions pour les opérateurs ayant un passif fiscal. Les professionnels demandent aussi d’intégrer le secteur de la restauration au niveau des mesures de soutien prévues par le contrat-programme de relance touristique.

■ Industrie: Le textile-habillement parmi les plus touchés
Dans la région Casa-Settat, l’industrie s’accapare pas moins de 59% du chiffre d’affaires national, 17,5% dans le PIB national et 16% de l’emploi. Le secteur le plus durement touché est celui du textile-habillement avec une baisse de plus de 55% du chiffre d’affaires et une réduction de plus de 71% des postes d’emplois. L’automobile a pour sa part accusé une baisse de plus de 50% de son chiffre d’affaires et de près de 60% en termes d’emplois. Tous les secteurs industriels ont enregistré une baisse plus ou moins importante de leur CA. C’est le cas de l’agroalimentaire (-30,8%), chimie-parachimie (-39%), l’aéronautique (-24,7%), métallurgie (-31,2%), électrique-électronique (-37,7%)… Les recommandations des professionnels de l’industrie (une centaine au total) portent notamment sur le rééchelonnement des échéances fiscales (sans majoration ni pénalités de retard), l’activation des remboursements des crédits de TVA pour les sociétés impactées par la crise et la suppression de la TVA sur investissement pour la relance de l'investissement. Sur le volet financement, il est recommandé de prévoir des fonds régionaux de soutien dédiés à l’appui des activités des entreprises opérant dans des secteurs de pointe, dans la perspective de préserver l’emploi et l’activité économique. Sur le volet emploi, il est préconisé entre autres de mettre en place un plan de reconversion des personnes licenciées afin de créer des opportunités d’auto-emploi et de prolonger la mesure Covid-19 de la CNSS jusqu’à fin 2020.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc