×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5829 Le 26/08/2020 | Partager

• 1er Conseil du gouvernement de la rentrée
Les ministres reprennent le travail. Après une trêve de deux semaines, la réunion du Conseil du gouvernement se tiendra demain jeudi. Au menu, l’examen d’un projet de loi sur la dissolution de l’Office de commercialisation et d’exportation (OCE). Quatre autres projets de décret sont également programmés portant sur la délimitation du territoire d’attribution des bureaux régionaux d’investissement agricole à Tafilalet, Ouarzazate, Souss Massa et El Gharb.
M.A.M.

 • Rentrée scolaire: Amzazi convoqué au Parlement
Saaïd Amzazi est attendu, aujourd’hui mercredi, au Parlement. Le ministre sera interpellé par les membres de la Commission de la culture et de l’enseignement de la Chambre des représentants, sur les préparatifs de la prochaine rentrée scolaire et universitaire. Le dossier des examens reportés est également au programme de cette réunion très attendue.
M.A.M.

• Formation professionnelle: Les opérateurs favorables à un enseignement hybride
Le ministère de l’Education n’a pas encore annoncé sa décision pour la rentrée de la formation professionnelle, censée avoir lieu en octobre. Un communiqué devrait être partagé incessamment. Les opérateurs privés du secteur penchent pour un modèle hybride, avec des cours en présentiel et des effectifs réduits pour les TP, travaux dirigés et autres études de cas exigeant de la pratique, ou encore du e-learning pour les modules théoriques et travaux compatibles avec le distanciel. Ce modèle fait partie des scénarios  livrés par la Fédération marocaine de l’enseignement professionnel privé à la tutelle il y a quelques semaines. Concernant les examens, les épreuves relatives aux enseignements théoriques ont déjà eu lieu. Les évaluations liées aux travaux pratiques sont censées être organisées vers la mi-septembre.
A.Na

• Ecoles françaises: Les scénarios de la rentrée
«Le réseau des écoles françaises au Maroc étudie actuellement les différents scénarios de la rentrée à venir, en pleine coordination avec les autorités marocaines. Nous communiquerons dès que possible sur les modalités adoptées», a indiqué l’ambassade de France au Maroc. Le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et technique a adopté trois modèles pour la prochaine rentrée en raison de la situation sanitaire. Les cours se feront à distance, en présentiel ou à la fois en alliant  les deux modèles.
 E.M.G.

• La FME et le virus
La Fondation marocaine de l’Etudiant se dit soucieuse pour l’avenir à cause de la pandémie. En effet, pour ses 800 étudiants, il faut assurer des bourses ou des parrainages sur plusieurs années. «Pour nos jeunes, dit Hamid Benlafdel le président, la pérennité au moins, voire plus, importante que le montant, car il faut accompagner les étudiants sur des périodes longues». En fait meilleur est le jeune, plus il faut l’accompagner longtemps, car pour lui, comme pour le Maroc, il faut lui donner la possibilité d’une formation du plus haut niveau possible. Or par ces temps de Covid-19, les donateurs, personnes physiques ou morales, hésitent sur l’avenir et raccourcissent leurs engagements. Rappelons que la Fondation a quelque 800 protégés, dont une trentaine dans les meilleures écoles du monde.
N.S.

• Corruption
Selon notre confrère Assabah, des dérogations de déplacements sont accordées par certains agents d’autorité sans scrupules et sans pour autant que les bénéficiaires remplissent les conditions requises. De surcroît, selon le journal, «les autorisations spéciales s’achètent. Les tarifs vont de 400 jusqu’à... 5.000 DH pour un laissez-passer toutes directions».
A.R.

• Marrakech: Pizzorno dit stop
Le groupe Pizzorno Environnement a annoncé qu’il n’était pas candidat au renouvellement du marché de collecte et de nettoiement de Marrakech aux niveaux de la Médina et de Sidi Youssef Ben Ali. Le groupe assurait ce service depuis 2007 via sa filiale locale Téomara.  «Au regard des nouvelles dispositions du marché de Marrakech (augmentation du périmètre, besoins en investissements, facturation au trimestre notamment) et de la situation financière des filiales marocaines, il a ainsi été décidé de suspendre le développement du groupe au Maroc, conformément au plan stratégique mis en œuvre depuis trois ans».
E.M.G.

• Tanger: Les plages de Fahs Anjra fermées
La préfecture de Fahs Anjra vient de rejoindre le club des collectivités sans baignade. Les autorités de cette préfecture viennent de décider de la fermeture des sites relevant de son périmètre et qui font partie des plus belles plages de la région. Certaines d’entre elles, à moins d’une trentaine de kilomètres de Tanger, étaient la destination de nombreuses familles tangéroises qui réussissaient à passer entre les mailles des filets de contrôle.
 A.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc