×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Des milliers d’emplois menacés chez les traiteurs

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5828 Le 25/08/2020 | Partager
20% environ ont déjà déposé le bilan
D’autres font face à des difficultés financières
La saison des fêtes touche bientôt à sa fin

Zéro visibilité chez les traiteurs. Alors que la saison des fêtes et des mariages touche bientôt à sa fin, beaucoup d’entre eux mettent la clé sous le paillasson. «Près de 15 à 20% au moins ont déjà entamé les procédures de dépôt de bilan», estime Hassan Douch, secrétaire général de la Fédération marocaine des traiteurs.

traiteurs-028.jpg

Alors que la saison des mariages et des fêtes touche à sa fin, les traiteurs n’ont aucune visibilité sur leur devenir (Ph. L’Economiste)

Certains ont vendu leur matériel pour pouvoir payer les charges et libérer les locaux. D’autres font face à des difficultés financières ou des poursuites judiciaires pour chèques sans provision…

En tout, quelque 7.000 traiteurs (dont 2.000 structurés) sont aujourd’hui dans l’expectative.  La fédération des professionnels avance même le chiffre invraisemblable de 1 million d’emplois direct et indirect qui seraient en jeu (cuisiniers, serveurs, femmes de ménages…). Sans oublier les filières satellites comme boulangeries-pâtisseries, glaciers, vendeurs de viande et volailles, installateurs de chapiteaux …

Si les métiers de bouche (cafés, restaurants, boulangeries, pâtisseries…) ont durement souffert ces derniers mois, les traiteurs sont de loin les plus lésés. Dès le début de l’année, beaucoup se sont engagés sur l’achat du matériel pour préparer la saison estivale. Or, leur activité est en arrêt total depuis mars dernier.

Aujourd’hui, il est clair que leurs espoirs de reprise d’activité s’évaporent. De plus, le personnel déclaré à la CNSS ne bénéficie plus des indemnités du fonds Covid (2.000 DH). La situation est donc très critique pour ce secteur en particulier. «Nous demandons une prolongation des indemnités Covid jusqu’à la fin de l’année à l’instar du secteur touristique», réclame Douch.

                                                             

Protocole sanitaire

Les professionnels de la Fédération des métiers de bouche ont rencontré jeudi 13 août dernier Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce qui les a assurés du soutien de son département. «Ce sera désormais notre ministère de tutelle avec lequel nous préparerons un protocole sanitaire à suivre pour les services de traiteurs», poursuit Hassan Douch. De même, il a été décidé, lors de cette réunion, de lancer des formations dans les Chambres de commerce au profit du personnel.
Les professionnels se sont adressés au ministère à la recherche de solutions concrètes. «Nous avons répondu présents au début de la pandémie en distribuant 500.000 repas  au profit des malades, médecins… sans oublier la nourriture fournie à 500 SDF durant 3 mois, 50.000 paniers au profit du personnel des métiers de bouche», souligne le SG de la Fédération des traiteurs. En retour, ces derniers espèrent des mesures urgentes pour sauver un secteur à l’agonie…

Aziza EL AFFAS

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc