×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Kénitra: Les nouveaux bus pour début 2021

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5827 Le 24/08/2020 | Partager
La société Foughal assurera le service pour une durée de 10 ans
138 véhicules seront mobilisés

La commune de Kénitra aboutit enfin à une solution à sa crise de transport par bus, due à un long conflit avec Karama Bus, délégataire de ce service depuis près d’une décennie. Karama Bus sera ainsi remplacée par un nouvel opérateur: La société Foughal.

Le contrat de gestion déléguée a été adopté par les élus lors d’une session extraordinaire du conseil de la ville, tenue la semaine dernière. Les habitants de la capitale du Gharb attendent avec impatience la reprise du réseau des bus, dont le service est à l’arrêt depuis la fin de l’année 2019. Depuis, les autorités ont permis aux minibus de prendre le relais, en attendant la désignation du futur opérateur du réseau. Une situation qui risque de durer jusqu’à la fin de cette année.

«Après l’adoption du contrat par les élus, il faudra le valider par le ministère de l’Intérieur», rappelle Rachid Belamkissia, premier vice-président de la commune de Kénitra. «Le nouvel opérateur a aussi besoin de temps pour la commande et la mobilisation du parc de bus prévu dans le contrat, et qui devrait atteindre, en juillet prochain, 138 véhicules», ajoute-t-il.

Pour le responsable de la commune, tous les efforts seront déployés pour une mise en service du réseau au plus tard début 2021. «En attendant, nous examinons la possibilité d’avoir recours, provisoirement, à une centaine de bus à emprunter auprès de la ville de Casablanca», avance Belamkissia.

Le contrat, d’une durée de dix ans, appartient à la nouvelle génération de cahiers des charges élaborés par le département de tutelle, dédiés au transport urbain par bus. «A l’instar de Rabat et de Casablanca, la commune de Kénitra et la région contribueront au financement de l’acquisition du parc des bus, avec la participation du ministère de l’Intérieur», précise le premier vice-président de la commune. D’ailleurs, une convention dans ce sens a été également adoptée par les élus, lors de la session extraordinaire du conseil de la ville de Kénitra. 

Une enveloppe de 130 millions de DH sera mobilisée pour contribuer au financement de la moitié de l’investissement nécessaire pour l’acquisition des 138 bus. De son côté, Foughal devra réaliser un programme d’investissement s’élevant à 310 millions de DH. L’ensemble du personnel employé par le délégataire sortant sera intégré par le nouveau.

Les reproches des élus du PI

Le contrat a suscité quelques remarques des élus du Parti de l’Istiqlal (PI). Les tarifs, fixés entre 3 et 4,5 DH, élevés par rapport aux anciens prix pratiqués, selon Abdellah El Ouarti, élu du PI, sont pointés du doigt. «A titre d’exemple, il y avait auparavant une ligne directe à Mahdia pour 3,5 DH, alors qu’avec le nouveau réseau, il faut emprunter deux lignes pour y arriver, pour un coût global de 9 DH», argumente El Ouarti. La subvention accordée au délégataire pour l’acquisition des bus devrait en principe se traduire par une baisse des tarifs et non une augmentation, selon l’élu, qui constate que le parc de bus «ne peut pas répondre aux besoins de la ville», car en baisse par rapport à l’ancien cahier des charges. 

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc