×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossier Spécial

Jeunesse : Par milliers, ils succombent à la tentation de la culture Geek

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5826 Le 19/08/2020 | Partager
Les nouvelles technologies révolutionnent les modes de communication et les relations sociales
L’activisme 2.0 sans effet sur le terrain?
Le digital, véritable tremplin, ayant permis des sucess-stories à l’international

Ils passent de nombreuses heures par jour devant des ordinateurs, ou les écrans de leurs smartphones. Les habitudes de la communauté Geek semblent avoir gagné de grandes franges de la société. Surtout pour la génération Y, baignant dans l’environnement des nouvelles technologies dès leur jeune âge. 

jeunes-covid-026.jpg

Aujourd’hui, ils se déplacent via Uber ou commandent leurs repas sur les applications dédiées. Pour le shopping, si les sites de e-commerce marocains sont encore au stade de balbutiement, ceux de référence mondiale ont la cote. Globalement, «les nouvelles technologies sont en train de révolutionner tous les aspects liés à l’organisation sociale, à la vie, aux valeurs…», selon le rapport élaboré par le Conseil économique et social, sur les nouvelles technologies et les valeurs.

Un constat conforté par le sociologue Ali Chaabani, qui met l’accent sur une fracture intergénérationnelle. «Les jeunes sont plus familiarisés aux outils technologiques que leurs aînés. La culture numérique et ses différentes implications ont favorisé un véritable changement dans les relations sociales». «Ces technologies, évoluant à un rythme effréné, sont aussi en phase d’engendrer des mutations économiques, culturelles et politiques».

■ Activisme 2.0

jeunes-manif-026.jpg

Le printemps arabe constitue l’une des principales manifestations de l’impact du numérique sur les nouvelles générations de jeunes. Dans plusieurs pays de la région, notamment en Egypte, en Tunisie, mais également au Maroc, des jeunes actifs sur les réseaux sociaux ont été à l’origine de manifestations ayant favorisé des changements politiques dans leurs pays. Au Maroc, le Mouvement du 20 février semblait avoir réconcilié les jeunes avec la politique. Mais au-delà de l’effervescence sur le net, les rendez-vous électoraux suivants n’ont pas confirmé cette tendance. L’implication des jeunes dans la politique semble être cantonnée aux réseaux sociaux, sans un impact réel sur le terrain. Le taux de participation aux élections, particulièrement celui des jeunes, est resté très bas. L’appel au boycott de certaines entreprises, lancé l’année dernière sur les réseaux sociaux, constitue également une manifestation de la transformation du mode opératoire des jeunes, qui ont opté pour Internet comme espace privilégié d’expression.
Il y a quelques mois, le web a constitué une véritable scène de bataille contre l’adoption d’un projet de loi visant à réguler l’utilisation des réseaux sociaux au Maroc, poussant les partis politiques à se positionner dans ce débat. La pression s’était avérée payante, et le projet de régulation a été remis dans les tiroirs. Ce bouillonnement est à prendre avec beaucoup de précaution, selon le sociologue Ali Chaabani. Pour lui, il ne s’agit pas d’un mouvement cohérent. «C’est essentiellement des prises de conscience individuelles, partagées sur les réseaux sociaux, à la recherche d’un sentiment d’autosatisfaction», a-t-il estimé. jusqu’à aujourd’hui, «cette prise de conscience des jeunes n’a pas un impact réel, dans la mesure où elle reste éparpillée, alors que l’action politique est un acte organisé, à l’instar de celui mené par les partis ou les syndicats».

                                                           

■ Les relations sociales remises en question?

jeunes-d-026.jpg

L’émergence d’une nouvelle génération de jeunes, «ultra-connectés», a remis en question les relations sociales traditionnelles ainsi que les valeurs partagées. «La relation de plus en plus avérée entre les technologies et les valeurs est aujourd’hui objet de larges discussions à l’échelle internationale»,  selon le CESE. Au Maroc, «on s’achemine vers ce modèle, même si ces technologies n’ont pas encore pénétré la société marocaine au même niveau que les pays développés», explique le sociologue Ali Chaabani. Les experts s’accordent à dire que les technologies numériques marquent nos manières de voir, de nous divertir, d’apprendre, de nous cultiver, ainsi que dans nos relations avec autrui. L’une des principales manifestations de ce chamboulement des habitudes sociales est constatée au niveau de la famille atomique. «Plusieurs familles se plaignent du manque d’intérêt des jeunes pour les activités sociales communes. Ces derniers restent souvent absorbés par leurs smartphones, soit dans le cadre de conversation avec d’autres personnes en réseau, soit dans le cadre des multiples jeux en ligne, qui sont de plus en plus populaires au sein de cette communauté», explique ce sociologue. Néanmoins, il faut préciser qu’en dépit de ces changements, la structure des relations sociales au Maroc n’a pas été encore chamboulée, comme cela ressort de l’enquête menée par l’Institut royal des études stratégiques (IRES). Celle-ci a précisé «qu’en dépit de ces mutations, le lien familial reste le socle de l’édifice social marocain».

                                                           

■ «Geeks en herbe»

geeks-026.jpg

Si le taux de pénétration des nouvelles technologies atteint des niveaux importants, notamment grâce à l’accès relativement facile aux smartphones, les jeunes Marocains restent pour l’instant, essentiellement des consommateurs de contenus. Les usagers d’Internet, consultés dans le cadre du rapport du CESE, insistent sur son importance pour leur travail ou leurs études. Néanmoins, la production du contenu reste relativement faible. Pour l’instant, l’émergence d’une génération de Geeks producteurs de valeur ajoutée est encore au stade de balbutiement.
La prise de conscience de l’importance économique des nouvelles technologies n’a pas encore atteint une masse critique. Pourtant, il s’agit d’un véritable tremplin, ayant permis des sucess stories au niveau international. Pour l’instant, quelques initiatives émergent à l’instar de l’école 1337, mise en place par l’OCP, pour développer l’enseignant du Coding. Certains jeunes profils marocains se sont également distingués dans des compétitions internationales liées aux nouvelles technologies, à l’image du jeune élève Idder Moutia, qui avait brillé lors du DevFest, organisé par Google developpers group. D’autres jeunes se sont également frayé un chemin parmi les meilleurs game-designers au monde.

Révolution des modes de consommation

C’est l’une des principales conclusions du rapport du CESE sur l’impact des nouvelles technologies sur les jeunes. La révolution numérique bouscule les méthodes de communications et les liens sociaux. Idem pour les modes de consommation. Aujourd’hui, tout est accessible via smartphone. «Aujourd’hui, les algorithmes semblent influencer le comportement de la génération connectée, son mode de réflexion et ses préférences de consommation», selon le sociologue Ali Chaabani. Celui-ci met l’accent sur le rôle des publicités ciblées sur les smartphones ou tablettes, qui répondent à un besoin, parfois non exprimé explicitement par la personne concernée. «Tout est fait pour pousser les utilisateurs à consommer», a-t-il noté.

M.A.M.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc