×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Covid-19: Inquiétants les chiffres!

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5824 Le 17/08/2020 | Partager
Plusieurs quartiers se barricadent à Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger-Tétouan…
De plus en plus de jeunes admis en réanimation!

Depuis plus de deux semaines, le bilan quotidien des contaminations au Covid-19 au Maroc est passé au-dessus de la barre des 1.000 cas. La situation devient critique et le nombre de cas augmente de plus en plus. C’est le cas également des personnes sous respiration artificielle. Plus inquiétant encore, le nombre de décès qui bat chaque jour un triste record ! Autre constat, de plus en plus de jeunes sont admis en réanimation.

covid-19-chiffres-024.jpg

Déploiement en renfort des forces de l’ordre dans le quartier populaire complètement barricadé de Takaddoum à Rabat (Ph. Bziouat)

Selon le ministère de la Santé, 1.776 nouveaux cas ont été enregistrés samedi dernier. Ce qui porte à 41.017 le nombre total de cas confirmés. Quant aux décès, ils ont atteint 632, soit 21 morts recensés, ainsi que 154 cas critiques dont 71 sous respiration artificielle. Au total, le Maroc compte 11.819 cas actifs. 802 cas ont été recensés uniquement à Casablanca-Settat, 256 à Marrakech-Safi, 180 à Béni Mellal-Khénifra. Le reste est réparti entre Fès-Meknès (159), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (157), Rabat-Salé-Kénitra (69), Draâ-Tafilalet (51), l'Oriental (40), Souss-Massa (33), Dakhla-Oued Eddahab (16), Laâyoune-Sakia El Hamra (10) et Guelmim-Oued Noun (3).

Le nombre de cas frôle les 2.000/jour. La situation épidémiologique suscite de vives inquiétudes. Même l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’inquiète de la situation sanitaire au Maroc. «La tendance est la hausse à la fois en nombre de cas et de décès», souligne le directeur de l’OMS. Et d’ajouter : «Le Maroc devrait faire plus pour inverser la tendance haussière».

Face à la multiplication des cas, les autorités barricadent les zones les plus exposées, surtout les quartiers populaires. A la Médina de Casablanca, où l’on a assisté à la pose de barricades depuis la journée du samedi 15 août, des Casablancais s’interrogent sur l’efficacité de ce dispositif, «vu que les habitants des quartiers vont et viennent, sans contrôle, ni vérification de documents». C’est à croire que les barrières sont là uniquement pour dissuader.

Les mesures prises dans la capitale économique portent notamment sur l'interdiction de diffusion des matchs sur écrans dans les cafés et le bouclage de certaines artères et quartiers, à savoir Boulevard Taher El Alaoui, Rue Abderrahmane El Mkhanet, Rue Mouha Ou Said, Bab Marrakech, Bab Jdid, Sour Jdid et Tnaker... Autre mesure prise dans la capitale économique, la mise en place des patrouilles mixtes sur des barrages filtrants au niveau des accès aux marchés central, la zone de Benjdia et de Chaouia. Il y a pourtant de quoi s’inquiéter, avec la multiplication des cas admis en réanimation et de plus en plus de jeunes.

Selon un praticien, «les malades sont admis en réanimation à un stade déjà très avancé de la maladie. Du coup, la prise en charge ne sert plus à rien». Ce même praticien déplore aussi le retard pris dans les dépistages massifs. Selon le ministère de la Santé, quelque 154 cas sur les 11.819 actifs ont été admis dans les unités de réanimation et de soins intensifs, dont 71 intubés. 152 sont de Casablanca. Le Maroc serait-il en train de vivre ce qui s’est passé en Italie et en Espagne entre mars et avril dernier, avec des pics de contaminations et décès ?

En fait, la recrudescence des cas Covid s’explique par plusieurs facteurs: le maintien de la fête du mouton, les départs en vacances ou encore le relâchement populaire dans les souks, marchés… D’autant plus que la capacité hospitalière n’étant pas suffisante, beaucoup de cas ne sont pas pris en charge et restent chez eux. S’y ajoutent les cas non déclarés parmi les asymptomatiques.

covid-19-chiffres-024.jpg

Les forces de l’ordre contrôlent les ruelles exiguës des quartiers populaires et font même du porte-à-porte (Ph. Bziouat)

La situation épidémiologique à Rabat a elle aussi basculé dans le rouge avec la multiplication des cas de contaminations, suite au dépistage de bouchers dans les quartiers de Rachad à Takaddoum et de Bezanta, dans l’arrondissement de Youssoufia. Du coup, ces quartiers ont été fermés afin d’identifier les personnes ayant été en contact avec les bouchers contaminés.

A Marrakech, des mesures spécifiques ont été prises pour 7 zones urbaines en vue de freiner la propagation du coronavirus. Ainsi, les autorités locales ont ciblé Sidi Youssef Ben Ali, Hay Hassani, Hay Mohammadi, M’hamid, Menara, Jemaa Fna et de Kechich.

Les mesures relatives à ces zones concernent l’intensification des opérations de contrôle, la fermeture partielle ou totale de certains quartiers pour enrayer la propagation du coronavirus (Covid-19) tout en limitant les déplacements sauf en cas de nécessité extrême (travail, raisons de santé ou faire ses courses). A noter que la ville se trouve confrontée à la hausse des cas positifs et à la contamination du personnel du CHU.

Les autorités ont d'ailleurs déployé une vaste campagne de sensibilisation pour faire face aux dernières évolutions de la situation épidémiologique. Samedi 15 août, la région de Marrakech-Safi a enregistré 256 nouveaux cas. Depuis le début de la pandémie, elle est la 3e région la plus touchée après Casablanca-Settat et Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

M.Ko.

                                                                              

 La situation se stabilise à Tanger

Fort heureusement, le nombre de cas dans la ville de Tanger affiche une baisse notable depuis quelques jours. La ville du Détroit avait défrayé la chronique durant les derniers jours du mois de juillet en enregistrant des chiffres record en matière de cas avec des pics de 400 par jour. Mais depuis, avec la prise de mesures draconiennes comme la fermeture de la ville au trafic entrant et sortant et l’arrêt de la production dans les usines, profitant de la pause du congé de l’Aid, le nombre de cas s’est stabilisé lors du dernier bilan de samedi dernier avec seulement 86 cas. Ceci étant, plusieurs quartiers à risque ont été bouclés, surtout à Béni Makada et Tanja Balia, mais le contrôle a été allégé ces derniers jours, probablement à cause de la baisse du nombre de cas.
A Tétouan, le nombre de cas est reparti à la hausse avec une moyenne de 30 à 40 cas par jour depuis le début du mois d’août. Ce qui s’explique par les flux de visiteurs et de touristes nationaux qui y séjournent. En effet, Tétouan et ses villes côtières voisines comme Mdiq, Martil et Fnideq ont continué à recevoir des flux importants de touristes nationaux, même si les déplacements ont été grandement limités.
 A.A.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc