×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Budget: Le fonds Covid continue de jouer son rôle de paravent

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5824 Le 17/08/2020 | Partager
24,7 milliards de DH dépensés sur 33,7 milliards de DH
Le déficit budgétaire à 3,5% du PIB à fin juillet

A fin juillet dernier, la plupart des recettes fiscales s’inscrivent en baisse plus ou moins prononcée. Celle des impôts directs s’est repliée de 3,3%, alors que la fiscalité indirecte recule de près de 11%. Il en est de même des droits de douane (- 6,1%) et ceux d’enregistrement et de timbre dont la chute atteint 21,7%.

source-recettes-024.jpg

Les dix principales natures de recettes nettes représentent 84,9% du total des recettes ordinaires. Avec 30,7 milliards de DH, la TVA constitue la première source des rentrées fiscales  du budget de l’Etat

En revanche, les recettes non fiscales ont augmenté de plus de moitié à 26,8 milliards de DH contre 17,6 milliards à fin juillet 2019. C’est cet apport de plus de 9 milliards de DH qui explique la légère baisse de 0,8% des recettes ordinaires. L’augmentation provient, pour l’essentiel, des versements des Comptes spéciaux du Trésor et des fonds de concours. Par contre, les recettes des monopoles et participations ont marqué une forte chute par rapport à la même période de 2019.

Au total, elles se sont établies à 3,34 milliards de DH au lieu de 5,6 milliards, un an auparavant, soit un plongeon de plus de 40%. Elles ont été versées, notamment par l’OCP (1 milliard de DH), Bank Al-Maghrib (916 millions de DH) et l’Agence de la conservation foncière (700 millions de DH).

A l’opposé, les dépenses globales se sont appréciées de 3,5%. La hausse provient des achats des biens et services qui ont marqué une augmentation de 8,1% et de l’accroissement des charges du personnel:7,1%. Mais c’est la rubrique «autres biens et services» qui s’est distinguée par une hausse à deux chiffres:10,3%. En revanche, la compensation et les remboursements et restitutions fiscaux ont fortement baissé. (Voir encadré ci-contre).

Il ressort de cette situation des recettes/dépenses, un solde ordinaire négatif de 1,6 milliard de DH et un déficit budgétaire de 41,3 milliards de DH, soit environ 3,5% du PIB.

couverture-des-depenses-024.jpg

A fin juillet 2020, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes éponymes s’est établi à  98,9% contre 101,6% un an auparavant. Environ, 54,3% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 26,1% aux dépenses de matériel, 13,6% aux intérêts de la dette et 3,8% aux émissions de la compensation

Dans le détail, les recettes douanières nettes ont accusé un recul de 14,1%, en raison notamment des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux de 63 millions de DH contre 42 millions, un an auparavant. La TVA à l’import s’est contractée de 12,5% sous l’effet conjugué du recul des importations et des restitutions fiscales. Il en est de même de la TIC sur les produits énergétiques (-22,4%) et près d’une baisse de 10% sur les tabacs manufacturés. 

Globalement, les recettes nettes de la fiscalité domestique ont régressé de 5,1%, sous l’effet des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux dont le montant s’est élevé à 4,6 milliards de DH contre 5,2 milliards à fin juillet 2019.

Les recettes de l’IS ont enregistré une légère hausse de 0,2%, compte tenu de restitutions qui ont atteint 355 millions de DH. A noter qu’à fin décembre 2019, les demandes de restitution de cet impôt ont porté sur 4,1 milliards de DH.

De même, l’IR a reculé de 6,4%, compte tenu de restitutions qui ont totalisé 61 millions de DH contre 48 millions, un an auparavant. Les recettes de l’IR sur profits immobiliers ont plongé de 37,2% par rapport à leur niveau de fin juillet 2019. Et la TVA à l’intérieur qui demeure la principale source de recettes s’est appréciée de 1,7%.

Ceci, compte tenu des remboursements supportés par le budget général qui ont atteint 4,14 milliards de DH contre 4,93 milliards, un an auparavant. Alors qu’à fin décembre 2019, les arriérés de remboursement de TVA avaient cumulé 41,2 milliards de DH.

A fin juillet 2020, les remboursements de TVA à l’intérieur (y compris la part supportée par les collectivités territoriales) ont atteint près de 6 milliards de DH contre 7 milliards, un an auparavant.

                                                                                       

Fonctionnement: Près de 126 milliards de DH

depenses-de-fonctionnement-024.jpg

A fin juillet, les dépenses de fonctionnement se sont établies à 125,8 milliards de DH, dont 78,1 milliards ont concerné les traitements et salaires. Ces derniers enregistrent une hausse de 7,1%. Les charges de matériel ont augmenté de 3,1% (29,9 milliards de DH contre 29 milliards à la même période de 2019).
 En revanche, les dépenses des charges communes ont reculé de 14,5%, en raison notamment du plongeon de 46,8% de la charge de la compensation. La part du budget général dans les remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux s’est contractée de 11,9%. En particulier sous l’effet de la baisse des remboursements de la TVA à l’intérieur (4,14 milliards de DH contre 4,93 milliards).

                                                                                       

Hausse de l’investissement

Les dépenses d’investissement émises au titre du budget général se sont établies à 41 milliards de DH sur les 7 premiers mois contre 37,3 milliards de DH un an auparavant. L’amélioration provient de la hausse des dépenses des charges communes de 32,8%. En revanche, les dépenses des ministères ont reculé de 7,8%.
Les dépenses d’investissement tiennent compte du versement aux comptes spéciaux du Trésor d’un montant de 18,9 milliards de DH contre 13 milliards à fin juillet 2019. C’est probablement l’apport du compte d’affectation spéciale intitulé «Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus Covid-19». A fin juillet, il cumule 33,7 milliards de DH de recettes pour un total des dépenses de 24,7 milliards.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc