×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Maroc connaît désormais sa 1re vague

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5811 Le 24/07/2020 | Partager
Le pays n’a pas encore atteint les pics épidémiques, selon Dr Amraoui
Extrême vigilance et protec­tion des plus fragiles, insiste le chirurgien
allal-amraoui-011.jpg

«Nous sommes frappés par le relâchement profond, et l’abandon des mesures de distan­ciation sociale. Si les Marocains continuent à s’en écarter, le risque d’une aggravation de la situation épidémique est présent», alerte Dr Allal Amraoui (Ph. YSA)

- L’Economiste: L’augmenta­tion quotidienne du nombre de cas Covid-19 inquiète. Est-ce le début d’une nouvelle vague?
- Allal Amraoui:
Dès le début de l’épidémie, le Maroc a pris toutes les précautions nécessaires (protocole thérapeutique, équipement des hôpi­taux, matériel médical et de protection, augmentation de la capacité en lits et services de soins intensifs) pour contrer le virus. Mais depuis l’allègement pro­gressif des mesures de confinement, après une période anxiogène vécue par l’ensemble de la population, ses li­mites sociales et économiques, entraî­nant des comportements réactionnels, avec une reprise économique attendue et indispensable, notre pays connaît désormais sa réelle première vague. Alors même qu’on n’a pas encore at­teint les pics épidémiques, le virus cir­cule dans nos rues. Fort heureusement, la situation épidémiologique reste glo­balement maîtrisée au Maroc, comme le montrent tous les indicateurs, mais la situation dans certaines villes est effectivement inquiétante et doit être surveillée de très près.

- Y a-t-il réellement une véritable menace de contaminations en cas­cade?
- Tout à fait. Cela coïncide avec l’Aïd El Kébir et le début des vacances pour ceux qui pourront se le permettre cette année, et qui conduira à un bras­sage des populations, des rencontres familiales des rassemblements privés et donc nécessairement un relâchement des gestes de protection, et un risque de dissémination du Covid-19 à travers des localités épargnées jusqu’à mainte­nant. L’heure n’est pas à la catastrophe sanitaire, mais pendant cette période de circulation active du virus, il faudra s’armer d’une extrême vigilance. Nous ignorons encore ce que recèle ce virus, même si nous en savons un peu plus qu’au début. Nous le soignons mieux qu’au mois de mars, sans non plus dis­poser de traitement miracle. L’âge est le facteur de risque le plus important. Il faut absolument protéger les seniors et les personnes les plus fragiles. L’objec­tif est d’empêcher des gens de mourir. Cette maladie prend plusieurs tableaux cliniques différents, et malheureuse­ment peut provoquer un tableau parfois très grave et mortel. L’évolution impré­visible de l’épidémie empêche d’avoir des certitudes scientifiques, même à court terme.

- Que faire face à cette insou­ciance des jeunes qui ne respectent pas les mesures sanitaires édictées?
- La majorité de nos cas sont des personnes relativement jeunes, qui ne sont pas susceptibles de dévelop­per des formes graves. En revanche, il est important d’insister que même s’ils sont porteurs sains, n’ayant pas développé la maladie, c’est-à-dire sans symptômes, se sentant invincibles et en pleine santé, ils diffusent quand même le virus, surtout auprès des populations vulnérables, qu’on a le devoir de pro­téger. Depuis la levée progressive du confinement, les citoyens ne paraissent pas comprendre et adhérer au discours de sensibilisation autour des risques encourus par le pays. Il y a probable­ment un défaut de communication autour des décisions prises par le gou­vernement. Certaines même contradic­toires, et ce n’est pas au seul ministre de la Santé, d’assumer une vision gou­vernementale collective qui devra être assurée par le politique.

Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc