×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Contaminations: Dépistage massif et non respect des gestes barrières à l’origine

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5799 Le 08/07/2020 | Partager
Le déconfinement se heurte à de gros foyers profession-nels
Plus de 4.500 patients actifs… après être descendu à moins de 1.000 cas
Soigner les patients à domicile, une option à l’étude

Depuis quelques jours, le nombre de cas du Covid-19 augmente de manière sporadique au Maroc. A la date du 6 juillet 2020, les cas actifs se chiffraient à plus de 4.500 patients occasionnant une mobilisation dans les centres de traitement un peu partout dans le Royaume. Une situation incommode pour le pays qui devrait annoncer la levée de l’état d’urgence sanitaire le 10 juillet. Avec l’explosion du nombre de contaminations et la multiplication des clusters, cette annonce pourrait bel et bien être reportée. Une décision qui dépend du gouvernement et principalement les ministères de l’Intérieur et de la Santé. Décryptage.

plages-098.jpg

Après 80 jours de confinement strict et une politique de communication autour des gestes barrières «ratée» selon le Dr Allal Amraoui, voilà les conséquences.... La plage de Salé ce dimanche 5 juillet! (Ph. Bziouat)

■ A cause du relâchement, Fès n’est pas mieux lotie
Lors de son passage au Parlement, Abdelouafi Laftit était catégorique. «Il ne faut pas sous-estimer l’apparition de foyers épidémiologiques, mais sans que cela ne constitue une source de panique. Il s’agit de cohabiter avec le virus selon les exigences de l’heure. Un retour aux restrictions sanitaires sera opéré dans toute région qui verra l’apparition de foyers épidémiologiques», disait le ministre de l’Intérieur. Et il en est ainsi puisque la ville de Safi a été, dès samedi, mise en quarantaine.
Les autorités ont reconduit la fermeture des commerces à 18h, ainsi que le renforcement des mesures de confinement et de distanciation sociale. Ailleurs, notamment à Fès, le maintien de la fermeture des salles de sport, spa et hammams est une décision salvatrice…mais qui n’a pas freiné les contaminations au Covid-19. Pas moins de 250 nouveaux cas ont été recensés durant les quatre derniers jours. Pourtant, tout le monde a cru que la situation était stable et que la population pouvait respirer après 3 mois de confinement sévère. Il est clair que la cité Idrisside paie cher le coût d’un flagrant relâchement. La ville a comptabilisé 54, 69, 90 et 30 nouvelles contaminations entre le 2 et le 5 juillet 2020. Ceci n’est autre que le résultat du non respect des restrictions sanitaires.

■ Les foyers professionnels inquiètent
Issus essentiellement de clusters professionnels (unités de textile pour la plupart), les cas positifs de ces derniers jours ont créé une véritable psychose à Fès. Cette recrudescence inquiète les industriels ainsi que leurs donneurs d’ordre. «Nous avons des commandes à honorer... La pire décision serait de reconfiner ou arrêter la production», alerte un textilien. De son côté, la wilaya insiste sur le respect des mesures de distanciation, de protection, et d’hygiène (dans les unités et les bus de transport du personnel), appelant à la sensibilisation et la vigilance. La désinfection des usines et des véhicules de transport, n’est pas en reste. A ce titre, une attestation délivrée par une société de désinfection homologuée, effectuée dans un délai inférieur à 10 jours, doit être présentée à chaque passage de la commission du contrôle sanitaire. «Notre seule arme contre ce virus est la prévention sanitaire... Autrement, nous aurions de nouvelles contaminations tous les jours», explique-t-on. A noter que les ouvriers adhèrent à ces mesures. «Lassés par le repos, nous voulons travailler pour gagner notre vie et célébrer la fête du mouton dans la joie…Après tout, il faut apprendre à vivre avec le virus et opter pour les mesures barrières altruistes», concluent-ils.

Plus de 400 cas recensés à Safi en moins de 24 heures

usine-conserve-098.jpg

Alors qu’ils devaient reprendre leur activité normale, les hôpitaux publics replongent dans les soins du Coronavirus. En fait, les structures spécialisées de Benguerir et Benslimane ne suffiraient plus au traitement des contaminations en cascade. Surtout celles observées après la multiplication de foyers professionnels à Tanger, Lalla Mimouna (plus de 700 cas), Fès, et maintenant Safi. Cette dernière a, à elle seule, enregistré une augmentation très rapide des nouveaux patients positifs dans une conserverie de poissons. En fait, la ville a dénombré plus de 400 cas en moins de 24 heures. Une situation qui a poussé les autorités locales à reconfiner la population. Désormais, tous les accès de la ville sont fermés et les habitants sont soumis à un confinement strict, avec interdiction de quitter la circonscription. Ce retour à la case départ est marqué par des campagnes de sensibilisation menées par les agents d’autorité dont notamment Houria, la femme Caïd devenue star de Safi durant cette pandémie.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc