×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Nord: Une nouvelle infrastructure pour parer au stress hydrique

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5798 Le 07/07/2020 | Partager
360 millions de DH pour un dispositif reliant les systèmes de production d’eau
Tanger et Targuist premières concernées
Entrée en service dès novembre prochain

Le stress hydrique guette au Nord. Selon l’Agence de promotion et de développement du Nord, APDN, le niveau des barrages 9 avril et Ibn Battouta alimentant le Grand Tanger en eau potable, a atteint des niveaux critiques que les précipitations de la dernière saison n’ont pas permis de dépasser. Le même scénario se répète à Targuist et les centres avoisinants avec le barrage Joumaa. Cette situation, si elle perdure, risque de compromettre l’approvisionnement en eau potable de ces deux zones dès septembre prochain.

nord-eau-098.jpg

Les investissements permettront d’assurer l’alimentation en eau potable de Tanger et Targuist avec des canalisations pour relier les systèmes de production d’eau (Ph. Adam)

Un plan d’urgence a été mis en place pour la réalisation de projets de sécurisation de l’alimentation en eau potable des populations de ces deux régions. L’une des premières mesures de l’APDN est la mise en place d’une canalisation d’un débit de 1600 l/s pour alimenter la station de traitement El Hachef sur le barrage 9 Avril à partir du périmètre d’irrigation Dhar Khrofa. La canalisation d’un diamètre de 1400 mm s’étalera sur 26 kilomètres avec un coût de 200 millions de DH. Sa mise en service est prévue pour le mois de novembre prochain.

Concernant Targuist, il est prévu de mettre en place une canalisation d’un débit de 100 l/s connectée sur le système de production d’eau d’Al Hoceima. Un tel dispositif servira à sécuriser l’alimentation en eau potable de Targuist pour un montant global de 142 millions de DH. Targuist sera aussi par la même occasion connectée à divers points de forage environnants pour compléter le dispositif pour un coût supplémentaire de 18 millions de DH. Les deux chantiers entreront en service eux aussi dès novembre. Actuellement, les études viennent d’être finalisées, le taux d’avancement du projet atteint les 30%, pour une entrée en service prévue en novembre prochain.

Au total ce sont 360 millions de DH (y compris les coûts d’acquisition des assiettes foncières nécessaires) qui seront investis pour la sécurisation de l’alimentation en eau potable de ces deux régions qui vivent au bord du stress hydrique. Le financement est assuré par le ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau alors que la réalisation est sous la responsabilité de l’APDN, un schéma inédit, selon l’Agence. Le ministère de l’Intérieur, celui de l’Economie et des finances, la Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’ONEE sont partenaires du projet et membres du comité de pilotage.

                                                                               

Des retenues en baisse, malgré la pluie

Le Nord est l’une des régions les plus arrosées par les précipitations. Bon an, mal an, elle reçoit plus de 9 milliards de m3 d’eau de pluie desquels un peu plus du tiers est exploitable. Malgré tout, la situation reste critique avec des besoins pour ce précieux liquide qui doublent en été.

Pour mieux exploiter ces ressources en eau, la construction de barrages dans la région est accélérée avec quatre projets supplémentaires dont le plus grand est celui de Beni Mansour (Chefchaouen) avec un milliard de m3 de retenue. Il se profile comme l’un des plus grands barrages du pays. Une initiative qui intervient dans le cadre du Plan national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027, lancé en début d’année.

A terme, la capacité de retenue totale de la région atteindra les 6,6 milliards de m3, soit une augmentation de 26%. Actuellement, le volume d’eau stocké est de seulement 3,1 milliards de m3, soit un taux de remplissage global de 59%. Ces chiffres sont en baisse de 6,3% par rapport à l’année dernière.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc