×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Fès/Covid-19: Les autorités tentent de cerner les clusters professionnels

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5794 Le 01/07/2020 | Partager
Le wali Essaid Zniber rappelle les industriels à l’ordre
La reprise de l’activité conditionnée par le dépistage massif

Les autorités de la ville de Fès veulent enrayer le Covid-19. D’un ton ferme, le wali Essaid Zniber a ainsi appelé, lundi dernier, les opérateurs économiques, industriels, et professionnels du tourisme, au respect le plus strict des mesures barrières à la propagation de l’épidémie.

textile-094.jpg

Pour éviter la rechute et surtout des clusters professionnels, le wali Essaid Zniber appelle les opérateurs au respect le plus strict des mesures sanitaires… (Ph YSA)

La ville venait juste d’enregistrer un nouveau cluster professionnel. Il s’agit d’une unité de textile d’un groupe portugais où l’on a dépisté une vingtaine de cas positifs. «Il est anormal que l’on continue d’enregistrer des cas Covid-19, en dépit de tout l’effort qui a été consenti par l’Etat… Les opérateurs économiques doivent rester vigilants, dépister leurs salariés et assurer les conditions d’hygiène les plus appropriées», a exhorté le wali. En présence des responsables sécuritaires, le délégué de la santé, le commandant de la protection civile, entre autres, le wali a conditionné la reprise de l’activité économique par le dépistage.

«Il nous a été explicitement dit que tout manquement aux mesures sanitaires pourrait conduire le contrevenant en prison», rapporte un industriel. «Par crainte de représailles, plusieurs chefs d’entreprises menacent de fermer leurs unités», ajoute-t-il.

Un autre souligne que les opérateurs étaient mobilisés pour relancer l’activité économique, «mais pas dans une atmosphère envenimée». «Nous nous sommes inscrits dans l’opération du dépistage massif mais cela fait plus de 15 jours que nous attendons notre tour», regrette un opérateur, notant «qu’il y a des multinationales de plus de 3.000 ouvriers qui ont été rapidement servies, en moins de 48 heures, par les équipes médicales».

Outre l’attente «interminable», ce dernier attitre l’attention sur les ateliers informels qui ont poussé comme des champignons un peu partout dans les quatre coins de la ville. Ces endroits échappent à tout contrôle. Il en est de même pour le non respect des mesures sanitaires, principalement le port du masque, dans la rue.

«Ce qui permet au virus de continuer sa libre circulation», dit-il. De son côté, un professionnel du textile affirme que 80% des textiliens ont repris leur activité en respectant les mesures sanitaires, même s’ils sont aux affres avec la concurrence déloyale et la perte de donneurs d’ordre.

En tout cas, cette phase du déconfinement progressif doit être placée sous le signe de «la vigilance et la prudence. Pour les autorités de la ville, «le virus est toujours parmi nous et Fès est au carrefour des territoires». Elle constitue une zone d’afflux et de transition, sans oublier ses espaces de précarité encore très fragiles. Mesures barrières et actions de sensibilisation sont à poursuivre au profit des populations, insiste-t-on.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc