×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Médias

Presse écrite et radios: Les détails du plan de sauvetage

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5792 Le 29/06/2020 | Partager
Injection de 205 millions de DH dans l’immédiat
L’Etat prend en charge la masse salariale de trois mois des entreprises

C’est au sortir d’une rencontre avec les professionnels des médias dont la toute nouvelle Association Nationale des Médias et des Editeurs vendredi dernier que le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othman El Ferdaous a annoncé un plan de sauvetage de la presse devant la commission de l’Enseignement, de la Culture et de la Communication de la Chambre des représentants.

presse-ecrite-et-radios-092.jpg

Les professionnels à la fin de la réunion avec le ministre. De gauche à droite, Abdelmounaïm Dilami directeur de publication de L’Economiste et Assabah et président de l’ANME, Othman El Ferdaous, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Faouzi Lakjaâ, directeur du Budget au ministère des Finances, Ahmed Charaï, PDG du groupe Al Ahdat Al Maghribia et Kamal Lahlou, président de l’Association des radios indépendantes (Ph. Privée)

Dans l’immédiat, son plan de sauvetage prévoit la mobilisation d’une enveloppe de 205 millions de DH pour financer plusieurs mesures. Pour la première, l’Etat débourse 75 millions de DH pour prendre en charge la masse salariale des entreprises de presse pendant trois mois, juillet, août et septembre. La 2e mesure, d’un montant équivalent, vise à prendre en charge les comptes fournisseurs des entreprises de presse. Ces dernières vont fournir la liste de leurs créanciers au ministère des Finances qui se chargera de les payer directement. La 3e mesure nécessite 15 millions de DH. Cette enveloppe ira dans les caisses des imprimeries qui impriment au moins 500.000 exemplaires par an. Une autre mesure vise le soutien à la distribution des journaux. Pour le ministre, Sapress connait des problèmes liés au contexte de la pandémie. L’idée est que le ministère des Finances lui accorde un appui de 15 millions de DH, en plus d’une recapitalisation à hauteur de 10 millions de DH.

■ Coup de pouce pour les radios privées: Le ministre a décidé de leur octroyer un appui de 15 millions de DH. Pour lui, au cours du confinement, «le travail fait par ces stations privées a été plus intéressant que les capsules sur les chaînes de télévision. Car, ces radios donnaient la parole aux citoyens, ce qui était d’une importance capitale. Il est donc impératif de les aider d’autant que nous aurons encore besoin de ces médias. Nous sommes en train de sortir de la phase sanitaire. Demain, il faudra affronter la crise économique, sociale,…», a précisé le ministre.

■ L’urgence d’une vision stratégique: Sur l’avenir de la presse écrite, le ministre a son idée. Selon lui, le travail doit être effectué en partenariat avec les organisations professionnelles qui ont une parfaite connaissance de la situation et des spécificités du secteur. Dans un proche avenir, le ministère compte lancer des pourparlers avec les éditeurs et les syndicats professionnels. L’objectif est d’évaluer l’ampleur de la crise de la presse écrite, d’identifier les contraintes en relation avec la situation matérielle des journalistes. Un travail qui devra aboutir à la mise en place d’une vision stratégique, qui comprend des solutions et des plans d’action pour relancer le secteur de la presse écrite.

■ Feuille de route sur 5 ans: Le ministre a traité le volet conjoncturel avec des aides directes et immédiates de l’ordre de 205 millions de DH. Ce dispositif sera appuyé par l’élaboration d’une feuille de route sur une période de 5 ans. D’ailleurs, dans la matinée, avant de venir à la Commission parlementaire, le ministre a tenu une réunion avec des professionnels de la presse écrite. Il en est «sorti optimiste» dans le sens où des résolutions ont été prises comme la constitution d’un groupe de travail commun qui fera des propositions relatives à la modernisation de l’entreprise de presse, aux projets d’investissements et à la formation. L’idée d’aboutir à la conclusion d’un contrat-programme n’est pas exclue.

■ Les demandes de subventions supérieures aux attentes: Lorsque le département de la Communication a fait un appel à candidatures pour les subventions annuelles il y a quelques semaines, il a reçu 135 dossiers, dont une trentaine émanant de nouvelles entreprises. Après l’analyse des données économiques, le ministre s’est aperçu que «le mal était plus profond qu’il ne l’imaginait». Par origine, 40 dossiers concernaient la presse écrite, 29 la presse électronique, 22 la presse régionale, 8 la presse écrite qui présentaient des demandes pour la première fois. A cela s’ajoutent 4 dossiers déposés dans le cadre du pluralisme et 32 demandes de subventions  faites pour la première fois au niveau de la presse électronique.

Modèle économique à repenser

Cette vision stratégique prendra en compte la situation économique de l’entreprise de presse et l’impact de la politique des subventions publiques. L’idée est de définir un modèle économique approprié et de chercher les moyens pour que les entreprises de presse puissent bénéficier des crédits bancaires sans intérêts pour des périodes données. En outre, il faudra se pencher sur la problématique de la publicité dans le domaine de la presse et les modalités pour conserver les parts de marché au niveau national. Aujourd’hui, la publicité est de plus en plus orientée vers le digital international, hors des sites électroniques locaux. Ces entreprises doivent relever le défi de faire face à la concentration que pratiquent les grandes sociétés mondiales dans le domaine de la communication (GAFA).

Mohamed CHAOUI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc