×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le Maroc continue de séduire les capitaux

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5791 Le 26/06/2020 | Partager
Malgré la crise Covid-19, aucun investisseur ne s’est rétracté
Plus de 23 milliards de DH d’investissements approuvés
Energies renouvelables, tourisme, industrie… les projets foisonnent

Malgré une conjoncture difficile, le Maroc continue de séduire les investisseurs. C’est ce qui ressort des travaux de la 78e commission interministérielle des investissements (CI), réunie mercredi dernier, sous la présidence du chef du gouvernement. En somme, 45 projets de conventions et d’avenants ont été approuvés par la commission pour un volume global d’investissement de 23,38 milliards de DH. Ils sont de nature à générer la création de 3.194 emplois prévisionnels directs et 5.406 emplois indirects. Décryptage.

                                                                         

■ Les investissements sont maintenus malgré le Covid-19

capitaux-1-091.jpg

«Les dossiers d’investissements instruits ont été maintenus par les porteurs de projets dans leur globalité». L’affirmation est de Hicham Boudraâ, DG par intérim de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), qui présentait au nom du ministre de l’Industrie, la ventilation des investissements approuvés par la commission interministérielle des investissements, par secteur et par région. Selon lui, pour acter la reprise, il faut dire vrai et véhiculer des messages positifs et fondés». Lors d’une visioconférence de presse, le responsable de l’AMDIE a noté que «le Maroc continue sur sa lancée de croissance logique des affaires». Le Royaume se positionne comme une plateforme de business. Chiffres à l’appui, Boudraâ a précisé que la Commission des investissements a approuvé 45 projets de conventions et d’avenants pour une enveloppe globale de l’ordre de 23,38 milliards de DH. Ces investissements sont de nature à générer plus de 8.500 emplois, dont 3.194 postes directs et 5.406 indirects.

                                                                         

■ Le tourisme accapare près de la moitié des emplois

emploi-secteur-091.jpg

En matière d’emplois, la région Casablanca-Settat se place en 1re position et accueillera  1.658 emplois directs, soit 52% des emplois projetés. Par secteur, le tourisme et loisirs est le principal pourvoyeur d’emploi avec la création de 1.534 emplois directs, soit 48% des postes projetés. Signalons que cette branche concentre 11% de l’enveloppe globale des investissements approuvés (2,6 milliards de DH). Les projets touristiques approuvés par la commission des investissements concernent aussi bien les régions de Marrakech, Tanger, et Fès-Meknès, entre autres. Ainsi, la ville de Meknès, à titre d’exemple, un parc touristique d'envergure de plus de 100 millions de DH. Outre le tourisme, «le secteur de l’industrie et du commerce vient en 2e position avec 1.410 emplois directs (44%), puis des télécommunications avec une proportion de 5%», a précisé Boudraâ.

                                                                         

■ Gros intérêt pour le sud du Royaume

repartitions-091.jpg

Par région d’implantation, la ventilation des projets à réaliser place plusieurs régions en première position avec un montant d’investissement de près de 7,6 milliards de DH, soit 33% des investissements projetés. Le sud du Royaume, particulièrement  la région Laâyoune-Sakia Al Hamra, arrive en 2e position avec 6,7 milliards DH, soit 29%. Faut-il rappeler que l’Etat s’est engagé, depuis des années, à mettre en œuvre la régionalisation avancée dans cette partie du Royaume. Ainsi, d’importants investissements en infrastructures y sont réalisés à l’initiative du Souverain. Et naturellement l’investissement privé va de pair avec la volonté royale. Troisième du peloton, la région Casablanca-Settat avec 22% des investissements projetés. Elle est suivie par les régions de Marrakech-Safi, Draa-Tafilalet, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, et Fès-Meknès par respectivement 8, 4, 3 et 1% des investissements adoptés. Signalons que la réalisation de ces investissements se fera notamment dans le cadre de joint-ventures (en 1re position avec 14,91 milliards de DH), soit 61% des investissements approuvés. A côté du Maroc, parmi les partenaires dans ces joint-ventures figurent l’Espagne, la Belgique, l’Allemagne et l’Italie. Les autres projets (29% des investissements) sont portés par des investisseurs du Maroc (30%), Qatar (2%), Malte (2%), Arabie-Saoudite (1%) et Tunisie (1%).

                                                                         

■ Le tourisme pour redynamiser les territoires

tourisme-091.jpg

Quoi qu’il soit donné comme le dernier secteur à se relever de la crise Covid-19, le tourisme continue de drainer d’importants investissements (plus de 11% des projets approuvés par la CI). La répartition par marché fait ressortir que 59% des investissements touristiques engagés sont d’origine marocaine et 41% en provenance des investisseurs étrangers. Pour ce qui est des investissements étrangers, il faut noter l'investissement et l'implantation pour la première fois d'un groupe portugais opérant dans la finance et l'hôtellerie. Ce groupe détient la chaîne Sana Hotels qui compte plusieurs hôtels 5*, 4* ou 3* dans divers pays. Les projets touristiques approuvés par la CI comprennent également des composantes d’animation et de loisirs à savoir un parc de loisir, des SPA, restaurants, salle de conférence, commerces, etc. Il est à noter que la ville de Meknès renforce son attractivité par la création d'un parc d'envergure de plus de 100 millions de DH. Ces investissements viennent consolider les efforts visant à étendre le produit touristique au niveau des différentes régions du Royaume. Ils permettront la dynamisation économique des territoires.

                                                                         

■ Les énergies renouvelables aussi

invest-secteur-091.jpg

A la lecture de la répartition des investissements par secteur, la branche de l’infrastructure énergétique et des énergies renouvelables arrive en 1e position avec 7,72 milliards de DH (33% des investissements approuvés), suivie des télécommunications avec 32%, alors que les secteurs de l’industrie et commerce et du tourisme et loisirs arrivent en 3e et 4e positions, avec respectivement 16% et 11%. De l’avis du directeur de l’AMDIE, l’attractivité économique du Royaume est  «clairement confirmée cette année». Elle s’est traduite par la stabilisation des investissements en dépit du contexte exceptionnel relatif à la crise sanitaire de Covid-19. «Il y a un réel intérêt et une motivation des investisseurs quant à la poursuite du déploiement de leurs investissements dans le pays. D’ailleurs, aucun investisseur n’a revu ses engagements vis-à-vis des projets instruits à la CI. Bien au contraire, tous les projets sont maintenus selon des délais de réalisation préétablis», conclut Boudraâ.

Youness SAAD ALAMI

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc