×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Feu vert pour les hôtels et les restaurants

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5788 Le 23/06/2020 | Partager
Ils reprennent du collier à partir du 25 juin
Sous conditions: la capacité d’accueil ne doit pas dépasser 50%
Et le respect des dispositifs sanitaires spécifiques à chaque filière

L’heure de la reprise a sonné pour la reprise dans les filières de la restauration et de l’hôtellerie. Après trois mois de suspension de leur activité, les professionnels vont reprendre le collier. Le ministère du Tourisme et de Transport aérien vient de donner le top départ pour la réouverture à partir du 25 juin avec comme condition des mesures sanitaires strictes que les opérateurs doivent adopter et une limitation de la capacité d’accueil ne dépassant pas les 50%.

De même que le ministère annonce la reprise des vols domestiques à partir de la même date.  Un ouf de soulagement chez ces professionnels qui attendaient ce feu vert avec beaucoup d’impatience et d’inquiétudes pour leur business et leur survie. La plupart des hôteliers, et même s’ils n’avaient pas été sujets à fermeture administrative,  avaient dû clore leurs portes, faute d'activité.

aereports-088.jpg

Caméras thermiques, mesures de distanciation et désinfection strictes et régulières, bureaux de contrôle sanitaire… Les aéroports du Maroc sont prêts à accueillir les voyageurs. Ci-dessus celui de Marrakech Ménara (Ph. Mokhtari)

En effet, l’hôtellerie compte beaucoup sur les points de vente à l’intérieur de l’établissement comme les restaurants, les bars qui sont complémentaires à leur activité.  La reprise du 25 juin sera limitée, dans un premier temps, en termes de capacité et conditionnée géographiquement en fonction de la zone d’exercice. Selon Saaïd Amzazi, porte-parole du gouvernement et qui était l’invité du journal télévisé d’Al Aoula, le tourisme interne demeure interdit dans la zone 2. C’est-à-dire Marrakech, Tanger, Asilah, Kénitra et Larache. La reprise est aussi conditionnée aux mesures sanitaires prises. 

A cet effet, les établissements d’hébergement touristique (EHT) sont tenus de respecter  le protocole sanitaire mis en place par le ministère du Tourisme  avec le cabinet Veritas permettant de garantir la sécurité sanitaire aussi bien des clients, du personnel et de tous les autres usagers. La plupart des hôtels ont anticipé ces mesures et sont déjà prêts.

Parmi ces dispositions, la désinfection régulière de l’ensemble des départements, la limitation du nombre de clients pouvant accéder à l’EHT en même temps, l’instauration d’un vide sanitaire de 6 h entre chaque réservation, la désinfection des bagages au moment du check-in et à la remise des clés par les clients lors du check-out et la limitation de la capacité d’accueil  à 50%.

La Fédération nationale de l’industrie hôtelière n’apprécie pas cette dernière mesure vu les circonstances et la sortie de crise, aucun hôtel ne réalisera un taux de remplissage de plus de 30%. La mesure n’avait pas besoin d’être adoptée et pourrait même devenir une contrainte pour plus tard, estime la FNIH.

«Cette mesure est d’ailleurs contradictoire avec les demandes du ministère qui souhaite que les hôtels puissent proposer des tarifs bas, car l’établissement sera aussi contraint  de hausser ses prix», analyse un hôtelier. Chez les restaurateurs et les cafés, c’est la course contre la montre pour préparer les établissements à l’accueil des clients dès ce jeudi.

La filière comprend  près de 200.000 cafés et restaurants. Ils sont tenus, tout comme les hôteliers, de respecter les dispositions sanitaires pour garantir la sécurité sanitaire avec le respect des mesures de désinfection et de nettoyage, celle de distanciation sociale au niveau des différents espaces et la limitation de la capacité d’accueil du restaurant à 50%.

Le ciel, à moitié libre

Très attendue par les professionnels du tourisme, la reprise des vols domestiques donne de la visibilité pour la saison touristique. Même si pour l’heure, les déplacements entre les zones 1 et 2 sont soumis aux mêmes restrictions que pour les autres modes de transport. A savoir l’obligation de disposer d’une autorisation professionnelle (ordre de mission) ou d’une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales pour des raisons de force majeure. Tous ces aéroports ont mis en place une batterie de mesures sanitaires aux normes internationales telles que le nettoyage et la désinfection stricts et réguliers, les contrôles de température systématiques, le port du masque sanitaire, etc. Ainsi dès le 25 juin, plusieurs lignes redémarreront, comme Casablanca-Dakhla, Casablanca-Laâyoune, Casablanca-Oujda, Casablanca-Agadir, Fès-Marrakech, Agadir-Tanger, Marrakech-Dakhla en attendant les vols internationaux et  l’ouverture des frontières tant réclamée.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc