×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Le regroupement des malades suscite des interrogations

Par L'Economiste | Edition N°:5785 Le 18/06/2020 | Partager
bus-corona-085.jpg

■ Fausse route
Le corps médical n'approuve pas ces transferts. Ils sont déjà assez exténués avec la charge de travail et de ne pouvoir étreindre leurs proches et on leur demande maintenant de s’éloigner d’eux.  Pour les patients, la situation est pire vu que la contamination impacte état physique et psychique. Leur transfert augmentera cette souffrance puisqu’il sera loin de chez lui et de sa famille. Par conséquent, la plupart des contaminés ne vont plus se présenter/déclarer pour les dépistages pour ne pas être transférés et l’épidémie continuera de se propager. De plus, ces transferts seront coûteux pour l'Etat. Le plus raisonnable, c'est de consacrer un pavillon dans chaque hôpital à ces services, comme c’est le cas actuellement.

B.O.

■ Et les cas extrêmes?
Si par hasard on détecte des cas extrêmes au sud du pays? Quelle logistique sera employée? Le long voyage ne risque-t-il pas de dégrader l’état du malade?

S.A.

■ Et si ça vous arrivait à vous?
Lorsque l’on voit que les résultats du sondage mené par L’Economiste sur cette question montrent que la majorité est d’accord pour emmener les gens qui ont le Covid dans des hôpitaux excentrés, je reste bouche bée ! D’abord, il n’y a aucune empathie, car personne ne se projette dans cette situation. Imaginez qu’on vous emmène vous ou vos enfants? Le transfert d’un malade coûterait plus cher que le traitement qui lui est administré… Que fait-on du droit de visite ou des droits tout court ? Quelle image donnons-nous du Maroc ? Aucun pays au monde n’a pris une telle décision… celle là risque de saper tous les efforts réalisés depuis le début. Quel touriiste voudra venir s’il voit ça? 

D.D.

                                                                                           

Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?

■ Reprise du travail: Il est temps !
Il faut rattraper le temps perdu. Le redémarrage du tourisme et du transport aérien se dessine à l'international et les parts de marché sont en cours de redistribution. Si notre pays continue à tergiverser il ne lui restera que des miettes.

T.A.

                                                                                           

Ecoles privées: Amzazi s’attaque à la tarification

■ Plus d’efforts étatiques
Est ce que l'Etat a calculé le prix de revient par élève, collégien, lycéen et étudiant? Pourquoi les frais de scolarité ne sont pas déductibles des impôts des parents? Comparer les prestations des cours donnés dans le public par rapport à chaque établissement privé pour le classer dans une grille tarifaire et harmoniser les salaires des enseignants privés et publics en fonction des matières, de l’ancienneté etc. sont de bonnes initiatives. Toutefois, les efforts doivent d'abord être faits par l'Etat qui ne paye rien pour les élèves des écoles privées. C'est à lui de s’acquitter de la part qu'il devrait normalement payer si ces élèves étaient scolarisés dans le secteur public.

Y.O.

Contribution de l’Etat
Au-delà de ces problèmes particuliers liés à la pandémie, il y a lieu de revoir la configuration globale de l'Education nationale. Si l’on considère que les écoles privées sont complémentaires aux écoles publiques, la contribution de l'Etat à leur budget devra être obligatoire puisque ces parents des enfants qui vont à ces écoles sont des citoyens qui payent leurs impôts comme les autres. Il ne doit pas y avoir d’inégalité dans le traitement des citoyens. De plus, à voir le nombre important des écoles privées dans le Royaume, il semble que leur utilité est indiscutable et qu'elles jouent un rôle important. A contrario, est-ce que l'Etat peut se passer de ces écoles ? L'Education et l'Enseignement comme la Santé, ne sont pas des services marchands. Les dépenses liées à leur fonctionnement devraient être considérés comme des investissements. Un citoyen bien éduqué formé et en bonne santé est un citoyen constituant une force vive pour son pays.

I.L.
 
 

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc