×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca: Du poisson pour chasser les moustiques

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5785 Le 18/06/2020 | Partager
Des poissons mangeurs de larves en provenance d’Azrou
Expérience pilote sur le lac Firdaous
Le site peut se transformer en destination loisirs

La ville de Casablanca expérimente une nouvelle méthode de lutte contre les moustiques. La SDL Casa Baia a décidé de s’attaquer à la source du problème, c’est-à-dire les larves avant leur transformation en moustiques.

lac-firdaous-085.jpg

Outre le lac Firdaous, Casablanca compte des plans d’eau formés sur le site d’anciennes carrières ou des sources. Avec quelques aménagements, le lieu peut être transformé en destination de loisirs pour les amoureux de la nature et les adeptes de l’ornithologie (Ph. L’Economiste)

L’équipe de la DASH (Division spécialisée dans les actions de salubrité et d’hygiène) a mené mardi 16 juin une opération pilote sur le site du lac Firdaous (Oulfa/Hay Hassani). Il s’agit de l’introduction d’un millier de petits poissons dévoreurs de larves de moustiques (Gambusie, voir aussi encadré).

Ce projet intervient dans le cadre d’un plan d’action annuel de désinsectisation au niveau des lacs et étangs de la ville de Casablanca, principalement l’étang d’El Oulfa. «Le Centre de pisciculture d’Azrou a mis à notre disposition une quantité de poissons Gambusies,  cette espèce est connue en tant que prédateur pour la lutte biologique contre les larves  de moustiques dans les milieux aquatiques», explique Dr Karim Boudhir, chef de la division DASH. Lydec a aussi placé une dizaine d’aérateurs pour l’oxygénation de l’étang afin de favoriser la prolifération des poissons.

Une alternative écologique

lac-firdaous-085.jpg

Un millier de petits poissons (Gambusie) ont été introduits dans le lac mardi 16 juin (Ph. Dash)

D’une superficie qui varie entre 9 et 11 hectares selon les saisons, cet étang (de 1,50 m de profondeur) est une source d’invasion de moustiques pour les riverains, notamment l’hôpital Khalifa et les quartiers voisins (Oulfa, Hay Hassani, Casa-Anfa...). L’introduction de ces poissons, qui vont se reproduire sur le site, représente une alternative efficace, écologique et à moindres coûts pour la lutte anti-larvaire.

D’autant plus que cet étang est l’un des rares plans d’eau qui accueillent encore des oiseaux migrateurs à Casablanca. «Le nouveau procédé permettra de préserver l’écosystème de cette zone en évitant la pulvérisation de produits chimiques, hautement toxiques», poursuit-il.

Le site pourrait même se transformer (à condition d’être valorisé) en une attraction pour les Casablancais. Si cette expérience pilote réussit, d’autres plans d’eau (comme Sindibad, Lahraouyine...) pourront également accueillir ces poissons mangeurs de larves.

Mosquito fish

Originaire des Etats-Unis où elle est appelée «Mosquito fish» (poisson à moustiques), la gambusie est introduite dans de nombreuses eaux douces des pays chauds pour lutter contre la prolifération des moustiques vecteurs de maladies. Elle se nourrit notamment de leurs larves. Elle a été utilisée dans la lutte contre les moustiques (notamment en Corse et dans le sud de la France) pour lutter contre le paludisme. Elle est connue pour ses capacités d’adaptation remarquables, supportant des eaux à teneur très faible en oxygène.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc