×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Déconfinement: Une nouvelle phase dès la fin de cette semaine

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5784 Le 17/06/2020 | Partager
L’annonce faite par le ministre de l’Intérieur devant les députés
8,8 millions d’autorisations exceptionnelles de déplacements accordées
Plus de 1 milliard de DH en aides alimentaires distribuées
abdelouafi-laftit-084.jpg

«Pour retrouver au plus vite une vie normale ou presque», a souligné le ministre de l'Intérieur, il est vital d’observer avec fermeté les mesures barrières, le respect de la distanciation physique, l’obligation du port des masques de protection, particulièrement à la lumière de l’accélération du déconfinement à venir (Ph MAP)

«A la fin de cette semaine, le Maroc va entrer dans une nouvelle phase de déconfinement, avec l’allègement des dispositifs». Abdelouafi Laftit a choisi la Chambre des représentants pour faire cette annonce qui ne manquera pas de réjouir l’opinion publique et le monde des affaires.

Le ministre de l’Intérieur relativise toutefois les choses en rappelant que la levée du confinement ou de l’état d’urgence sanitaire ne signifie pas que le virus est vaincu.

«Au contraire, il sera toujours parmi nous encore pendant une période. C’est pour cela que  pour retrouver au plus vite une vie normale ou presque», il est vital d’observer avec fermeté les mesures barrières, le respect de la distanciation physique, l’obligation du port des masques de protection, particulièrement à la lumière de l’accélération du déconfinement à venir. En tout cas, les points saillants abordés par le ministre de l’Intérieur lors des questions orales du lundi dernier sont les suivants:

Un premier bilan du dispositif mis en place par l’Intérieur

deconfinement-1-084.jpg

Abdelouafi Laftit a choisi les députés pour leur présenter une première évaluation des interventions de son département, trois mois après l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire. C’est ainsi que pour accompagner les dispositions prises, les autorités locales ont imprimé et distribué des autorisations exceptionnelles de déplacements, dans un délai jugé «record». En effet, elles ont remis aux citoyens pas moins de 8,8 millions de documents. Dans le même sillage, 247.000 autorisations ont été accordées pour des motifs économiques et professionnels ainsi que 194.000 autres pour des raisons humanitaires, à travers la prise en compte de la situation sociale et médicale difficile de certains citoyens.

■ Des aides alimentaires d’une valeur de 1,024 milliard de DH

deconfinement-2-084.jpg

Cette fois-ci, pour éviter toute exploitation électoraliste, ce sont les autorités locales qui ont procédé à la distribution des aides alimentaires dans toutes les provinces. La valeur de ces aides a atteint 1,024 milliard de DH. Au 12 juin dernier, ce sont 3,9 millions de personnes qui en ont bénéficié. Avec les services concernés, elles ont également hébergé près de 11.000 personnes sans domicile fixe. A cette occasion, le ministre de l’Intérieur a fait un aveu: «Il est vrai, nous n’avons pas laissé les partis politiques distribuer ces aides alimentaires dans cette situation. Naturellement, dans certaines interventions, nous l’avons fait avec la coordination des collectivités territoriales», a-t-il dit. Par contre, il n’est pas au courant de la distribution des tablettes. Si c’est le cas, nous allons faire le nécessaire. Cela ne doit pas exister», a-t-il martelé.

■ Contrôle des unités industrielles et commerciales
Parallèlement, les commissions provinciales chargées du contrôle ont inspecté 4.652 unités industrielles et commerciales au niveau national. L’objectif est de vérifier si elles respectaient les mesures barrières nécessaires prises dans le cadre de la protection du personnel. Au final, les 261 entreprises contrevenantes ont été invitées à se conformer aux dispositifs de prévention prévus.

■ Campagne massive de dépistage

deconfinement-3-084.jpg

Dans le but de contrecarrer la propagation du virus, les autorités locales ont tenu à accompagner les opérations d’analyses de laboratoires du personnel. Outre les unités industrielles et commerciales, cette opération a concerné les établissements bancaires, pénitentiaires, la grande distribution, les chauffeurs de taxis, les abattoirs, les stations de service et les marchés de gros de légumes, fruits et de poissons. Il s’agit de s’assurer de l’absence de contamination au virus. Au 12 juin dernier, les analyses ont concerné plus de 200.000 personnes dont 857 cas positifs au niveau de 4.827 unités industrielles, commerciales et bancaires. En outre, 51.500 chauffeurs de taxis ont fait l’objet de dépistage qui a révélé 18 cas positifs sur l’ensemble du territoire national. Dans le même élan, les autorités locales ont également accompagné une vaste campagne de dépistage menée au sein des entreprises en vue d'assurer les meilleures conditions de reprise des activités économiques. Cela a été fait conformément aux instructions royales et en coordination avec le ministère de la santé et la CGEM.

■ Appel à télécharger l’application Wiqaytna

deconfinement-4-084.jpg

Abdelouafi Laftit a profité de l’opportunité pour lancer un appel à l’opinion publique pour télécharger l’application Wiqaytna. Cette opération permettra de disposer d’un canal supplémentaire pour identifier et suivre les personnes contacts. L’application va également aider à prendre les décisions appropriées pour contenir et vaincre la propagation de cette pandémie, indique t-il.

■ Les marchés suffisamment approvisionnés

deconfinement-5-084.jpg

Selon le ministre de l’Intérieur, pour réunir les conditions optimales de la réussite du déconfinement, les secteurs concernés ont pris les précautions pour mettre à la disposition des citoyens tout ce qui relève des exigences de la vie quotidienne. Ce qui a garanti l’approvisionnement et le fonctionnement normal des circuits de distribution des produits de base et alimentaires dans les magasins et les centres commerciaux sur l’ensemble du territoire national, a noté Abdelouafi Laftit.   

■ Le Ramed de la discorde

deconfinement-6-084.jpg

Le ministre de l’Intérieur est visiblement lassé par la récurrence d’une question relative à des personnes disposant du Ramed et qui n’ont pas touché les aides financières. Il a encore répété et avant lui le ministre des Finances il y a quelques semaines, pour rappeler que ces aides étaient destinées aux ménages du secteur informel qui ont perdu leurs revenus à cause de la pandémie. Il ne s’agit pas d’aides contre la pauvreté. Les cartes Ramed ont été utilisées comme base de données pour faciliter l’opération de ciblage des familles éligibles aux aides financières. Toutefois, Abdelouafi Laftit a regretté que seuls les cas n’ayant pas reçu d’aides sont abordés par les députés. Pourtant, ajoute le ministre, «on oublie de préciser que près de 6 millions de personnes ont bénéficié des aides financières". Il a rappelé que dans le cadre du traitement des réclamations, 800.000 cas ont été étudiés et approuvés, en plus de 800.000 autres supplémentaires. A cela s’ajoutent 4,3 millions bénéficiaires d’avant.

                                                                             

Autorités locales vs collectivités territoriales

autorites-locales-084.jpg

Pour le ministre, le travail se fait, en général, en concertation entre les autorités locales et les collectivités territoriales. «Lorsque nous les interrogeons individuellement, tous les présidents vous le confirment. Je ne sais pas où se trouvent les présidents qui ne travaillent pas avec les autorités locales ou qui ne sont pas consultés», a martelé le ministre de l’Intérieur avant d’interpeler quelques députés par leurs prénoms sur la question.

Et il revient à la charge: «avec cette pandémie, il n'existe pas de commune qui n’a pas travaillé avec les autorités locales, la main dans la main».

A moins que cela vienne du fait que les présidents de commune sont absents de la Commission de suivi, s’interroge t-il, avant d’affirmer qu’«il n’est pas possible de tous les intégrer». Pour convaincre, il a donné l’exemple de la province de Taroudant qui compte plus de 80 communes.

«Nous ne pouvons pas réunir tous ces présidents dans la Commission de suivi. Mais la communication entre les walis, les gouverneurs et les élus est continue. Il y a une complémentarité dans le travail, c’est le plus important», dit-il. Par ailleurs, Abdelouafi Laftit a rappelé les circulaires adressées aux walis et aux gouverneurs, relatives à l’autorisation accordée aux présidents des collectivités territoriales de procéder à des transferts d’urgence de budgets.

L’objectif est de mobiliser les équipements et les employés en vue de stopper la propagation du virus et de soutenir les services d’hygiène très sollicités. Elles ont également porté sur le respect des orientations concernant les mesures d'enterrement des victimes et l’interdiction de l’utilisation illégale des eaux usées.

A propos des enterrements, le ministre de l'Intérieur a indiqué qu'il est désormais possible de transférer les dépouilles pour inhumation, à partir de lundi, d'une province vers une autre, à l'exception des victimes de la pandémie.

Mohamed CHAOUI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc