×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Des fermes de mollusques pour les jeunes entrepreneurs

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5774 Le 03/06/2020 | Partager
Des exploitations destinées à améliorer le revenu des chô­meurs de la région d’Al Hoceima
Elles seront installées dans les eaux de la zone de Cala Iris
fermes-de-mollusques-074.jpg

L’aquaculture offre des débouchés multiples pour les jeunes promoteurs de la région d’Al Hoceima (Ph. Adam)

L’Aquaculture, une filière riche d’opportunités pour l’emploi des jeunes au nord. A Al Hoceima, la Chambre des Pêches Maritimes de la Méditerranée vient de lancer une initiative pour la mise en place de fermes mytilicoles pour les jeunes entrepreneurs de la région de Cala Iris. Il s’agit d’installations de culture de mollusques profitant des eaux fertiles de la région, connues des adeptes du balnéaire du Nord.

Le projet dont l’appel d’offres vient d’être lancé a pour objectif l’équipe­ment et l’installation de 16 filières mytilicoles de 250 m chacune (202m utiles) au niveau du site de Cala Iris.

Le lieu dispose de caractéristiques idéales pour ce type de projet avec une profondeur des eaux d’entre 20 à 50 mètres et un fond marin de type sableux-vaseux et des courants marins assez modérés. Le site dispose aussi d’un avantage de taille, la proximité du port de pêche de Cala Iris. En effet, les travaux de mise en place et d’entretien de ces fermes nécessitent une présence presque quotidienne sur le site d’où le besoin d’infrastructures portuaires ou d’un embarcadère.

La Méditerranée est une zone exceptionnellement riche en la matière. Elle est couverte par deux plans d’aménagement aquacoles régionaux. A l’ouest, Tanger-Tétouan-Al Hoceima concentre l’essentiel des espoirs avec 820 hectares iden­tifiés suivie par l’Oriental avec 1100 hectares. Le potentiel de production est de près de 150.000 tonnes, selon l’Agence Nationale de Développe­ment Aquacole (ANDA). La région se prête aussi bien à la pisciculture qu’à la conchyliculture avec les moules.

A noter que l’aquaculture au Maroc a été identifiée par la stratégie Halieu­tis comme levier de développement du secteur halieutique dans son axe de durabilité.

Dans ce sens, les études des plans d’aménagements aquacoles réalisées par l’ANDA ont permis de mettre en évidence le potentiel naturel du Maroc en terme d’aquaculture notamment la mytiliculture à laquelle 3000 ha ont été réservés.

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc