×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Sebta: Les binationaux continuent de souffrir

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5771 Le 29/05/2020 | Partager
Une quarantaine de Marocains toujours bloqués
Pas de porteurs du virus parmi les 266 rapatriés

La crise des Marocains bloqués à Sebta n’a pas connu un dénouement heureux pour tout le monde. Si la majorité (266 personnes) a pu rentrer au Maroc via la frontière de Bab Sebta, une quarantaine d’autres sont encore bloqués sans possibilité de retour.

Parmi eux, un nombre important de binationaux qui depuis le début de la crise du coronavirus ont été considérés comme des apatrides et qui attendent une solution qui selon toute vraisemblance n’arrivera qu’avec l’ouverture définitive des frontières.

Leur situation est d’autant plus compliquée qu’ils doivent faire face aux autorités espagnoles de Sebta qui y voient une source de dépenses non justifiée. En effet, depuis le démarrage de cette crise, le gouvernement autonome de Sebta et celui central de Madrid se renvoient la responsabilité de savoir qui paierait pour l’hébergement des Marocains bloqués dans un véritable bras de fer budgétaire.

La décision avait été prise alors de les installer avec les migrants clandestins, mineurs sans documentation ou d’origine maghrébine dans une salle couverte baptisée «la Libertad» que la plupart des Marocains bloqués ont déserté, réussissant à trouver des maisons d’accueil.

Actuellement, les autorités de Sebta ont averti qu’elles procéderont à la fermeture de ce centre d’accueil et que les migrants qui s’y trouvent seront refoulés vers le Maroc.

A noter que Sebta a essayé depuis le démarrage de cette crise de se débarrasser de ces invités trop pesants, allant même jusqu’à les intégrer dans les listes des rapatriés interrompant à deux reprises le processus.

Installés dans un des hôtels de la côte tétouanaise, les rapatriés continuent leur quarantaine. Selon les dernières informations, aucun d’entre eux ne serait porteur du virus du covid -19, après une série de tests de dépistage.

 Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc