×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Tribune

Comment juger de la situation pandémique?

Par Dr Abdelhafid OUALALOU | Edition N°:5769 Le 27/05/2020 | Partager

Diplomé de l’Institut Pasteur de Paris, Dr Abdelhafid Oualalou est pharmacien biologiste, spécialiste en parasitologie et en épidémiologie. Il assure aussi la vice-présidence de l’Institut marocain des relations internationales –IMRI– (Ph. Privée)

Les chiffres du ministère de la Santé, 3 mois et demi après le premier cas de Covid-19, le 20 mars dernier, traduisent la maîtrise de la situation grâce aux mesures préventives installées par le Maroc. Celui-ci avait pris au sérieux cette épidémie en anticipation depuis cette date en privilégiant la santé de notre population sur l’économie du pays.

Cette approche a été bien saluée par plusieurs pays et médias étrangers même dans les pays développés ayant des systèmes de santé très avancés mais qui ont enregistré des milliers de décès parmi les malades de coronavirus aux USA et en Europe par exemple.

L’analyse des données nous donne un taux de létalité de 3,7% contre 7 au niveau mondial. Le  nombre des malades guéries de 2017 est en augmentation et représente plus de 37% grâce au traitement au début des premiers symptômes suivant le protocole du ministère de la Santé et aussi grâce au diagnostic biologique précoce de la maladie par les laboratoires agréés.

Très peu d’entreprises au Maroc ont pris des mesures d’hygiène qui s’imposent surtout celles qui sont dans le secteur informel et qui échappent au contrôle et à l’inspection du travail.

Coopération au rendez-vous

A mon avis, la gestion de cette crise sanitaire par le comité national de pilotage, les autorités sanitaires, l’hôpital public et les services de santé militaire accompagnés par les autorités locales et de sécurité a été au rendez-vous, par la coopération entre tous les intervenants et par la convergence des procédures de surveillance, de prise en charge des malades depuis leur hospitalisation et aussi des personnes douteuses ou contaminants.

Concernant le protocole thérapeutique décidé par le ministère de la Santé depuis le 23 mars suivant l’avis du comité scientifique et suivi en milieu hospitalier et sous surveillance médicale était basé sur les recherches du Dr Raoult de France et ses résultats thérapeutiques par la chloroquine associée d’un antibiotique azithromycine. Ce que l’OMS vient de remettre en question, lundi 25 mai 2020.

evolution-quotidienne-069.jpg

Le 17 avril, le Maroc a déploré 281 nouveaux cas. Depuis, les décès baissent, mais la mauvaise tenue des zones industrielles rend les avancées fragiles: la découverte de nouveaux cas est instable

La menace des porteurs sains

Une autre donnée constatée est le nombre de cas asymptomatiques de 92% parmi les cas positifs enregistrés et confirmés par les analyses virologiques. Ces porteurs sains du virus expliquent l’obligation du port des masques de protection pour tous et toutes afin d’éviter les contaminations d’une personne à une autre.

La prise en charge précoce des malades, en maîtrisant les personnes douteuses ou contaminants proches des malades confirmés, montre la bonne gestion, la bonne maîtrise des foyers familiaux, et en milieu industriel ou commercial observés ces derniers jours dans certaines régions.

D’après l’échelle des risques définie par l’OMS nous sommes au niveau 5. Il représente la fin de vague pandémique, avec le niveau 6, la décroissance des cas positifs. Mais il y a toujours la possibilité d’une nouvelle vague pandémique. Ces phases d’alerte internationale de l’OMS s’appliquent à toutes les pandémies virales comme celle du virus H1N1 grippale.

Et sans vouloir intervenir sur les compétences du Comité scientifique national chargé de gestion de cette crise, je pense qu’il faut rester très prudent et vigilant quitte à prolonger cette date du confinement, si l’indiscipline et le relâchement continuent de se produire.

La discipline fera la différence

Le taux de guérison toujours en progression est encourageant, surtout au Maroc.  Le taux de létalité est de moins 3,7% contre 7 dans le monde. Parmi les cas positifs enregistrés jusqu’au 6 juin de 5.408 figure une bonne partie parmi les personnes contacts et de l’entourage et proches des contaminés. A cette date, sur les nouveaux cas de 189 nous avons 162 cas nouveaux enregistrés parmi ces personnes contacts sous surveillance médicale à cause des foyers. On aurait souhaité que le ministère de la Santé nous informe sur les causes de décès des malades dont le nombre est de 183 actuellement pour apprécier l’évaluation objective du protocole thérapeutique souvent contesté. Y a-t-il des autopsies et des recherches pour évaluer les dégâts de cette maladie et ses complications?

comparaison-mondiale-069.jpg

Les données américaines et brésiliennes sont inquiétantes.  Inversement, la France, l’Allemagne et l’Italie ont l’air d’être sorties d’affaires

                                                                         

Petit dictionnaire de la malfaisance

Pour apprécier l’évolution de la situation épidémiologique au Maroc due au Covid-19, on doit tenir compte de plusieurs facteurs. Faut-il rappeler que l’épidémiologie consiste à étudier les différents facteurs comme le mode de transmission du virus, son évolution, sa virulence, les mesures de prévention et les évaluations du cycle de l’épidémie dans le temps pour une population donnée.

Les mesures épidémiologiques reposent sur des indicateurs de morbidité et sur des taux d’incidence et de prévalence.

Toute appréciation se base sur le taux de mortalité qui calcule le nombre des décès par rapport à la population alors que le taux de létalité, lui, est déterminé par le nombre de décès sur le nombre de cas positifs.

Par contre, le taux de reproduction représente la capacité du virus de transmission d’un individu à un autre. Ce taux nous servira pour décider le déconfinement tant attendu par toutes les populations confinées, c’est ce taux R0 qui va nous permettre de décider quand on pourra commencer la période tant attendue du déconfinement.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc