×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5765 Le 20/05/2020 | Partager

■ WEF: Détresse économique, mécontentement social…
«Une récession mondiale prolongée, un chômage élevé, une autre pandémie, le protectionnisme…», arrivent en tête de liste des préoccupations à court terme pour les entreprises, selon une nouvelle publication intitulée «Aperçu des risques de la Covid-19: une première cartographie et ses implications». La détresse économique et le mécontentement social augmenteront au cours des 18 prochains mois à moins que les dirigeants, les entreprises et les décideurs politiques travaillent ensemble pour gérer les retombées de la pandémie. A mesure que les économies redémarrent, il est possible d’intégrer une plus grande égalité et durabilité sociales dans la reprise. Ce qui déclencherait une nouvelle ère de prospérité. Une thématique largement développé dans l’autre publication: «Défis et opportunités dans un monde post-Covid-19». Les deux rapports ont été élaborés avec le soutien du Global Risks Advisory Board du Forum économique mondial (WEF) et en partenariat avec Marsh & McLennan et Zurich Insurance Group.

■ Comment se porte l’économie américaine
«La crise économique provoquée par la pandémie présente des différences fondamentales avec la Grande Dépression», selon le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell. Selon ses estimations, un pic du taux de chômage à 20 ou 25% est probable et que la chute du PIB des Etats-Unis au deuxième trimestre serait «facilement dans les 20 et les 30%». L’économie américaine a été très sévèrement ralentie par les mesures de confinement imposées à la majorité de la population du pays pour tenter d’enrayer la pandémie qui a déjà fait près de 90.000 morts dans le pays et en a infecté près d’un million et demi, selon les données disponibles compilées par l’université Johns Hopkins. Le débat fait rage aux Etats-Unis entre les partisans d’une réouverture rapide de l’économie et ceux d’une ouverture lente et raisonnée pour tenter d’éviter une seconde vague d’infections.

■ L’hypothèse des chercheurs d’Harvard
Plusieurs périodes de distanciation sociale seront sans doute nécessaires jusqu’en 2022 pour empêcher que le coronavirus n’engorge les hôpitaux de malades aux Etats-Unis, estiment des chercheurs d’Harvard dans une étude publiée récemment par la revue Science. L’équipe a modélisé la pandémie de Covid-19, la maladie causée par le virus, en partant de l’hypothèse qu’elle «serait saisonnière comme d’autres virus de la même famille, dont des coronavirus responsables du rhume, qui aiment l’hiver». La durée et le degré de confinement pourront être réduits quand des traitements efficaces ou un vaccin auront été découverts. D’ici là, il faudra osciller entre confinement et ouverture afin de prévenir une nouvelle vague de la pandémie. Une chose est quasi-sûre, selon les auteurs de l’étude: «le nouveau coronavirus ne va pas disparaître du jour au lendemain».

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc